Messages - Kodeni

Pages: [1] 2 3 ... 8
1
Only for Love / Re: Chapitre 8
« on: 14 September 2020 à 17h22 »
NEWS

Cette version du chapitre 8 est une version rééditée de la publication originale du 1er mai 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

2
Only for Love / Chapitre 63
« on: 3 August 2020 à 15h41 »
Chapitre 63

Le soleil hisse timidement ses premiers rayons dans le ciel pour inonder l’Himalaya de sa lumière bienfaitrice ce 11 décembre 1986.
A Jamir, région quittée quelques jours plus tôt par Mû, l’air est encore frais.
Les au revoirs échangés libèrent des bouches, remplies de confiance, de la fumée.
Toujours en retrait, Mei secoue, malgré tout, la tête en guise de salut pour Marin.
Celle-ci, Pandora Box sur le dos, incline son buste en avant, afin de remercier Médée pour son hospitalité, alors que son mari est parti pour le Sanctuaire après un détour par les Cinq Pics en Chine.
Un salut moins formel témoigne à Yulij un respect mutuel, tandis qu’une caresse véhémente sur la joue de Nicol, lui renvoie toute l’affection qu’il lui porte.
Le meneur de cette équipe de mutins du Sanctuaire reste droit, la mâchoire contractée afin de ne pas trahir son habituelle solennité. Toutefois, sa voix teintée d’inquiétude le trahit : « Sois prudente.
_ N’ai crainte. Je voyagerai sans utiliser ma cosmo énergie. Et une fois au Sanctuaire, je connais le lieu comme ma poche. J’arriverai sans faire de grabuge sur Star Hill.
_ Tu me diras à quoi cela ressemble, plaisante-t-il.
_ Tu le sauras le jour où tu prendras cette place qui est tienne désormais, répond Marin avec sérieux. »

Ces mots heurtent Nicol à tel point qu’il ne remarque même pas Marin s’éloigner à l’horizon.
Tandis que Médée et Yulij lui font de grands signes de bras, Mei tourne le dos en direction de la demeure.

Une fois Marin disparue de leur champ de vision, Médée grimace : « C’est dommage que tu n’ais pas pu interpréter les symboles qu’elle a vu. Nous aurions pu l’aider. »
Nicol dévoile un sourire rempli de certitude : « Mais nous allons l’aider. Je sais exactement ce qu’elle a vu. »
Yulij s’offusque : « Pourquoi ne pas le lui avoir dit ?
_ Parce qu’elle a raison. Le plus important aujourd’hui c’est d’aider Athéna à récupérer sa place. Nous ne ferions que les gêner à nous rendre au Sanctuaire. Nous aiderons donc Marin… Je veux dire Athéna, à préparer la prochaine étape : la survie de l’humanité toute entière. »
Le regard déterminé de Nicol se brise sous la réflexion sarcastique du Saint de la Chevelure de Bérénice : « Tu es sûr que ce n’est pas plutôt qu’elle t’a tourné la tête cette Marin.
_ Pas du tout, rougit Nicol !
_ Après tout ça n’aurait rien d’étonnant. Je veux dire, Marin est une Olympienne, toi tu es vachement cultivé et ton statut de Saint de l’Autel aspire à suppléer, voire remplacer, le Grand Pope. Il est normal que tu ais des goûts de luxe. »
Nicol commence à menacer son rival. Amicalement, les deux chevaliers ont besoin de Médée et Yulij pour être séparés.

Tandis que les deux hommes boudent chacun dans leurs coins, Médée déclare avec enthousiasme : « Bien, dans ce cas nous allons récupérer le Pendentif de Zeus. Destination… Le… La… Euh… Mais où allons-nous au fait ? »
Face à tant de légèreté, ses amis ne savent comment réagir. Après qu’une brise de honte caresse ses cheveux, Médée obtient la réponse de la bouche du Saint d’argent de l’équipe. Il prend la relève en pointant avec détermination l’horizon : « Préparez vos baluchons les amis. Nous partons pour le Mexique ! »


Dans une dimension qui surplombe la Terre, l’Olympe, la nuit laisse place au jour dans le coliseum.
Les fidèles s’y font de plus en plus nombreux.
Ceux restés à prier chez eux ou dans les temples la veille pénètrent dans l’enceinte, curieux de ne pas voir leurs semblables en revenir.
 
Au milieu de celle-ci, Apodis distingue difficilement son reflet dans le carrelage brillant qui habille cette majestueuse arène. Ses yeux sont tellement gonflés après les coups reçus, qu’il ne peut distinguer son nouvel adversaire qu’à l’aide de ses autres sens accrus.
Fort de quatre victoires durant la nuit, le chevalier a déjà réalisé ici un exploit que chaque Olympien n’ose pas nommer « miracle ».
L’Ange qui s’amuse avec lui depuis ces dernières heures, se montre bien plus difficile à appréhender.
Ce dernier, fier dans sa Glory, affiche sans cesse une expression dédaigneuse. Il garde sous la main le diadème de son armure, afin de ne pas l’entremêler dans ses longs et lisses cheveux au bleu aussi clair que ses yeux.
A l’image d’un chat qui joue avec une souris, Cycnos tourne autour d’Apodis en s’amusant à le repousser chaque fois au sol lorsque le Grec amorce une tentative pour se mettre debout.
A genoux, sur les coudes, Apodis baisse la tête pour souffler d’exaspération.
_ « Si seulement j’étais capable de maîtriser pleinement les septième et huitième sens à ma guise. Je parviendrais à surmonter instinctivement toutes mes peines, songe-t-il. »
Un nouveau coup de pied dans le creux des reins, le ramène à la réalité.
Son visage heurte le sol pour la énième fois et lui occasionne une contusion supplémentaire au front.
Quelques quolibets pleuvent encore des tribunes et lui donnent encore la rageuse envie de repartir de plus belle au combat.
Mais comme il en a pris la fâcheuse habitude, Cycnos l’humilie une fois encore en lui remémorant son infériorité.
Refusant d’abdiquer, Apodis lève les yeux vers son adversaire qui le dévisage avec mépris.
Malgré une nette fatigue, Apodis prend par surprise son ennemi.
Il fait exploser son cosmos pour projeter son corps, tête la première, contre la poitrine de l’Ange.
Stupéfait et démuni, Cycnos en lâche son diadème. Il est projeté dans les airs et s’y maintient en créant des ailes d’énergie afin d’éviter une dangereuse chute.
Entre lui et le sol, le sang qui s’échappe de sa Glory fissurée s’égoutte jusqu’à son adversaire.
Le Saint est étendu sur le pavement, inconscient, souffrant d’une terrible lésion crânienne après le choc. Sa perte de connaissance le plonge dans de sombres souvenirs qui le rapprochent peu à peu du terme de sa vie…

Flashback
Grelottant, Apodis rentrait dans son logis avec quelques bûches dans les mains. La cape sous laquelle il s’était abrité était couverte de neige en ce mois de décembre 1983.
En balançant un morceau de bois dans la cheminée, il se précipita tout sourire au chevet de sa bien-aimée.
Autour d’elle, des prêtresses s’affairaient à faciliter l’accouchement du fruit de leurs amours.
Surexcité, Apodis leur déclara : « J’ai relancé le feu. Je ne veux pas que notre enfant ait trop froid ! »
Pour réagir à son grand sourire, une prêtresse adopta une mine empruntée.
Eprouvant un profond malaise, Apodis se précipita au chevet de Netsuai : « Que… Quoi… Que se passe-t-il ? »
Aucune prêtresse n’osait répondre au chevalier, elles poursuivaient le nécessaire à la mise au monde de l’enfant.

C’est finalement Netsuai, livide, qui attrapa avec sa main gauche munie d’une alliance, celle de son époux, ornée du même bijou : « Mon époux… Les prêtresses disent que je perds trop de sang…
_ Ne… Non… Ce n’est rien. Hein ce n’est rien ? N’est-ce pas, questionnait Apodis autour de lui l’air faussement rassuré ? »
Aucune des sages-femmes ne répondait. Apodis commença alors à moins bien gérer son angoisse : « Non, ce n’est pas possible. Ce n’est rien. Je vais te couvrir de ma cosmo énergie pour empêcher ceci. Je vais soigner cette hémorragie et…
_ J’ai déjà perdu trop de sang, apparemment je serai trop faible après la mise au monde de notre enfant pour m’en remettre et… »
Netsuai, pousse d’inaudibles cris de souffrances, alors qu’apparait peu à peu la tête de l’enfant.
Apodis serra fort sa femme et, contre son avis, l’inonda de son cosmos puissant et chaleureux.
Il était tellement concentré sur le visage de sa femme, espérant la voir se remettre, qu’il n’entendit pas une prêtresse scander : « C’est un garçon ! »
Il ne regarda même pas son fils, lorsqu’une autre le prit à bras et le débarbouilla de tout le sang dont il était couvert.
Les linges sur lesquels Netsuai était allongée, étaient si imbibés que l’hémoglobine gouttait sur le sol, incapables d’en absorber plus encore.

Soudain, un sourire apparu sur les lèvres de Netsuai, craquelées par sa mort imminente.
Ses yeux, gondolés de larmes en se faisant une raison, distinguèrent l’apparence de ce petit être qui naquit de son amour inestimable pour Apodis.
Elle accueillit le petit homme contre sa poitrine et le plaqua. Elle le maintenait fort contre elle en mélangeant soulagement et chagrin.
Elle échangeait cette fusion d’apaisement et de souffrance avec son mari impuissant qui voulait à la fois partager leur joie d’être parents et le refus d’abdiquer devant la mort.
Son corps était de plus en plus froid et elle ne ressentait plus la douleur. Pas plus que le poids du nouveau né posé dans ses bras.
Elle ne ressentait pas non plus la chaleur du cosmos de son mari, plongé de plus belle contre elle et leur fils.
Elle n’entendait plus non plus. Ni les pleurs de l’enfant. Ni Apodis étouffer ses sanglots contre l’oreiller.
Il ne lui restait que sa vue en parfait état.
La douleur partie, il ne lui restait que le bonheur de la vue de cet enfant et l’affliction qu’elle laissait à son mari.
Les prêtresses, impuissantes, avaient abandonné la pièce les unes après les autres.
Avec le peu de force qui lui restait, Netsuai saisit son époux pour le serrer encore plus fort contre eux. L’obligeant ainsi à relever la tête et à abandonner ses efforts inutiles.
D’une voix haletante et faible, elle murmura : « Sperare… signifie… espérer en italien… Notre fils… Sperarus… Il s’appellera… Sperarus… Parce qu’il est… pour moi… l’espoir… de te savoir… heureux… malgré… mon absence… »
La douleur était si grande qu’Apodis n’arriva pas à lui répondre. Il ahanait de chagrin.
L’enfant cessa ses pleurs, comme pour accompagner calmement sa mère dans ses derniers instants.
_ « Apodis… Je te laisse un petit peu de moi grâce à Sperarus… Je vous aime… Apodis Sperarus… Merci pour tout… »
Aussitôt, Apodis entendit le c½ur de son épouse battre une dernière fois. Le battement retentit dans son esprit. Mais il idéalisait tellement sa femme, il la voyait si forte, qu’il aurait pu jurer que ce dernier interlude en aurait fait craquer les murs. 
Il plongea son regard malheureux dans le sien, pour lui répondre à quel point il l’aimait lui aussi mais aucun son ne put sortir.
Seulement, alors que ses membres cessaient toute étreinte, les yeux de Netsuai pouvaient lire, comme ils l’avaient toujours fait, l’amour que lui vouait son époux.
Puis, plus rien. Il ne resta qu’un sourire sur ce visage désormais éteint.
Apodis prit son enfant et pencha son visage sur celui de sa femme qu’il embrassa sur ses lèvres une dernière fois. Puis, il ferma ses paupières en gémissant : « Moi aussi, je t’aime Netsuai. »
Il recula de trois pas et, s’effondra.
Il chuta sur son postérieur, l’enfant à bras.
Il hurla de douleur pendant que le nourrisson le regardait avec curiosité de ses petits yeux innocents…
Flashback

Le bruit de la chute incessante d’une goutte dans une flaque travaille le subconscient d’Apodis.
_ « Est-ce le bruit de mes larmes qui ne cessaient de couler ? Je ne crois pas. C’est moins limpide. Cela veut dire que je ne suis pas encore auprès de vous… Netsuai… Sperarus... Oui, ce ruissellement, c’est celui du sang de mon adversaire. Cela veut dire que le combat n’est pas terminé. Et puisque je suis voué à vous rejoindre, autant que je le fasse en Saint d’Athéna. En hommage pour mes amis défunts, pour Hébé, pour Athéna… Et pour vous ! »
Apodis revient à lui en murmurant : « Oui, pour vous et tout l’amour que les hommes peuvent partager entre eux… »
Il expose son corps recouvert d’hématomes et achève sa phrase en hurlant : « … Je mourrai en homme fier ! »

Cycnos regagne l’arène et prononce, impassible : « Je vais mettre un terme définitif à cette hérésie. »

Apodis ramasse le diadème abandonné par son opposant et lui balance à pleine vitesse.
Semblable à un objet hostile à cette allure, Cycnos l’esquive et ne peut reprendre sa garde à temps. Le Saint cogne l’Ange en pleine poitrine et enchaîne de plusieurs coups de poings sur l’ensemble de son torse. Cycnos entrevoit une ouverture, dont il profite d’un direct du droit en plein visage. Il l’attrape par le cou pour le balancer contre le mur en haut duquel sont installés les dieux. Cycnos espère le coincer contre le mur en lui éclatant la tête contre la roche.

Le carambolage est si impressionnant, que l’assistance croit entendre le fracas de la boite crânienne d’Apodis.
Seulement, rien d’autre que la roche froide n’est fracturée par Cycnos.
L’Ange regarde instinctivement dans les airs et reconnaît Apodis, bras écartés, tel un oiseau qui déploie ses ailes sous le soleil levant, comme pour en absorber la chaleur.
Les ongles du chevalier de bronze s’allongent à mesure qu’il retombe en direction de son adversaire, comme un rapace qui rase le sol pour piquer dessus au dernier moment.
De ses dix doigts brûlants il entame l’armure de l’Ange et passe au travers pour taillader sa chair et la calciner par la même occasion.
En retombant derrière lui, Apodis murmure le nom de son arcane : « Shining Apus Claw. »

Encore debout, profondément lacéré et brûlé aux nombreux points d’impacts choisis par l’être humain, l’Olympien maintient avec difficulté son imperturbabilité. Ses veines maquillent son expression d’une profonde haine.

Le Saint dresse toujours sa tête aux yeux gonflés en direction d’Hestia.
Même s’il n’arrive plus à le voir, il tient à exposer jusqu’au terme de sa vie sa volonté de venger Philémon et les Hébéïens victimes de la Déesse du Feu Sacré et du Foyer.
En même temps, il cogite : « Les Serres Brûlants de l’Oiseau de Paradis n’ont pas réussi à l’achever. Mes réserves s’épuisent. Il me faut achever ce combat au plus vite. »

Cycnos profite de l’immobilité de son adversaire pour l’attaquer dans le dos en balançant sa jambe en direction de sa tête.
Étalant toutes ses dispositions et son expérience, Apodis perçoit le mouvement sans avoir à l’observer. Il s’abaisse pour esquiver et riposte d’un coup de coude en plein visage en faisant volte-face.
Cette fois-ci, c’est Cycnos qui est projeté contre le mur de pierre.
En se heurtant la tête contre, l’arrière de son crâne s’ouvre et libère une importante quantité de sang qui se mêle à ses longs cheveux soyeux. Autrefois azure, sa chevelure est désormais vermillonne.
Bluffé par la résistance de l’humain et son cosmos toujours plus puissant chaque fois qu’il se relève, Cycnos refuse de s’avouer vaincu.
Il effectue un coup de pied retourné qu’Apodis évite en basculant sa tête en arrière. Il profite de l’élan pour cogner avec sa tête Cycnos en pleine tempe.
L’Ange repart s’appuyer contre le mur pour se maintenir debout. Il lève la tête en direction de la tribune d’honneur.

Là-haut, Hermès se lève pour manifester sa lassitude.
Arborant sur ses cheveux couleur or son pétase, sa longue robe bleue agrémentée d’une cape blanche qui entoure ses très larges épaules se plie à mesure qu’il s’incline en direction de Zeus : « Ô Seigneur Zeus. Ce combat a duré de trop longs instants pour me permettre de m’y intéresser davantage. J’aimerai retourner auprès de mes fidèles afin de bénir les offrandes qui m’ont été apportées. »
Aux côtés de son père, Apollon répond pour lui avec cette flegme qui le caractérise : « Hermès. La vue de cette mise à mort t’affecte-t-elle ?
_ Aucunement. Seulement, je me languis de la fin de cet être qui ne vient pas. »
Les petits yeux sombres et inquiets d’Hestia suggèrent : « D’autres Anges pourraient intervenir pour en finir au plus vite. »
Le visage très fin, les traits très tirés, Héra fixe de ses yeux larges et plissés qui expriment à chaque instant la supériorité dont elle se glorifie, sa semblable : « Et cela reviendra à avouer au peuple l’impuissance d’un seul Olympien face à un seul homme. »
La voix tonnante de Zeus clôt le débat : « Nous n’en sommes pas là. Nous resterons tous ici pour rappeler aux Olympiens qu’un homme a subi mille tourments pour avoir osé défier les dieux. »
Aussitôt, parfaite dans sa robe cristalline, Aphrodite indique d’un pressant hochement de tête à l’Ange qui est à son service d’achever au plus vite le combat.

Cycnos s’exécute alors. Ses ailes d’angelot, invoquées par son cosmos s’enroulent autour de lui pour concentrer tout ce dont il est capable.
Peu bavard, comme l’ensemble des siens, Cycnos gratifie Apodis de quelques explications : « Je vais rassembler toute ma cosmo énergie pour t’achever. Ma Douche Soufflante libère un coup qui perce toute défense et surtout toute surface qu’elle rencontre. Tu seras déchiqueté par l’impact. Blowing Shower ! »
Les ailes de Cycnos ne laissent qu’une boule d’énergie absorbée par son poing, afin de mieux la libérer sur le chevalier.
Les bras ballants, Apodis ne réagit que trop tard. Il évite au dernier moment que son c½ur soit frappé. Hélas, c’est à droite de sa poitrine que le faisceau lumineux libéré par Cycnos le transperce.
L’Oiseau de Paradis retombe sur le dos, un trou aussi large qu’une balle de tennis en plein pectoral droit duquel s’écoule avec abondance énormément de sang…


En dehors de la tour de garde où vit Mû à Jamir, urnes encapuchonnées sous des draps, Mei, Nicol et Yulij attendent que Médée daigne sortir de la tour.
_ « Un long voyage pendant lequel nous ne pourrons pas faire l’usage de nos cosmos nous attend encore, soupire Mei. »
Tous les trois armés sous le bras d’un maigre paquetage, ils feignent de tomber à la renverse quand Médée arrive déjà toute vêtue de son poncho et d’un chapeau en criant avec le soleil dans la voix : « Mexique me voilà ! »
Sous ses bras, d’énormes sacs de pagnes accompagnent le reste de sa garde-robe.
Mei se moque d’un ton méprisant : « Tu espères passer incognito dans cette tenue. Le Mexique c’est encore loin je te signale. »
Involontairement, mais toujours dans la contrariété à destination de Mei, Nicol relève : « Toutefois je note que tu as eu l’ingénieuse idée d’ôter ton masque et de voiler ton visage. Cela semblera déjà moins louche lorsque nous traverserons le monde contemporain. »
Les grands yeux mauves de Médée, seul attribut visible de son visage, scintillent de plaisir pour une fois qu’on lui évite une moquerie.

Yulij l’imite en tournant le dos aux siens.
A visage découvert, elle est soudain attirée par une distorsion sur le sol juste devant. Elle pivote légèrement en avant pour identifier cet étrange phénomène quand tout à coup deux énormes yeux globuleux apparaissent. Tout autour de ces globes, se dessine la silhouette d’un enfant aux cheveux roux et au sourire chenapan.
Déstabilisée, le Saint du Sextant tombe en arrière et ramasse aussitôt le linge qui dissimule sa Pandora Box pour se cacher derrière.
L’enfant, identifiable comme étant un Muvien grâce aux deux points qui marquent son front, adopte l’attitude d’un être ensorcelé : « Ouah ! Comme elle est belle ! »
Passablement révolté qu’on ait pu voir le visage de sa bien-aimée, Mei dresse déjà son poing en avant : « Qu’est-ce qu’il a dit ?! »
Médée s’interpose entre l’enragé et le clown qui continue de vanter la beauté de la jeune femme : « Kiki ça suffit ! »
Nicol, bras croisé, ne peut s’empêcher de trouver cela amusant.


En Olympe, le coliseum applaudit déjà la mort proche d’Apodis.
Passablement amoché, Cycnos, le cinquième Ange de suite à faire front à Apodis, reçoit les louanges qu’il a difficilement méritées. En effet, le sang qui le souille et sa Glory en piteux état, attestent la difficulté qu’il a eu à venir à bout de cet homme qui ressort chaque fois plus fort des épreuves rencontrées.

Là, étendu dans son sang, l’être conspué glapit en essayant de contenir sa douleur pour se relever.
« Ces Anges… Un jour ils viendront sur Terre détruire tout ce pourquoi je me suis battu jusqu’à présent. Tout ce qui a été construit au prix d’innombrables sacrifices. Je ne peux laisser les tombes de ma mère… De mon épouse… Et… De mon fils ! … Je ne peux pas les laisser être profanées par ces dieux qui nous rabaissent, s’encourage-t-il ! »

Les acclamations de la foule s’amoindrissent à mesure qu’Apodis reprend appui sur ses membres devant un Cycnos interdit : « P… Pourquoi insiste-t-il ? Les humains font preuve de lâcheté. Ils renoncent au moindre obstacle. Alors pourquoi lui… »
Plus mort que vif, Apodis ne laisse pas à Cycnos le temps d’achever sa réflexion.
Il balance une gauche avec désespoir. L’Ange s’en saisit sans le moindre mal : « Aussi combatif puisses-tu être, tu es limité par ton humanité. Tu as épuisé toutes tes forces. Il ne te reste rien. »
Ayant trop de mal après les heurts subits pour bouger correctement sa mâchoire, Apodis rétorque difficilement : « Si. Il me reste ma combativité. »
Il rappelle si fort et si soudainement sur son poing gauche prisonnier que Cycnos en est déstabilisé et ne parvient pas à éviter une nouvelle droite, bien plus inquiétante et dangereuse que le coup précédant. Celle-ci transperce la poitrine de Cycnos au même endroit où ce dernier a infligé son Blowing Shower à Apodis.

L’assistance est coite.
Certains fidèles se retournent de nouveau vers leurs dieux, pour les prier avec davantage d’assiduité.

Cependant, au centre de l’arène, rien ne change.
Cycnos profondément meurtri essaie de balancer une droite à laquelle Apodis riposte avec plus de vitesse d’un coup en pleine face.
Cycnos tente le tout pour le tout en vidant toute sa cosmo énergie dans la bataille : « Blowing Shower ! »
Cette fois-ci, Apodis bloque le coup dans la paume de sa main. L’onde de choc est si puissante, que l’épaule droite d’Apodis cède sous la pression exercée, dans une gigantesque éclaboussure de sang. Néanmoins, comme s’il devenait insensible à la douleur, le Saint n’abdique pas et, tout en gardant le bras de son adversaire prisonnier de sa paume, il libère avec son autre bras son arcane habituel : « Wing Jikan No Yoyu ! »
Et même s’il n’a plus qu’une seule aile, le Battement d’Ailes Majestueux libère un cosmo insoupçonné qui arrache progressivement l’armure de Cycnos.
Puis son épiderme.
Jusqu’à le désintégrer totalement…

Le vent cosmique et violent libéré par Apodis souffle jusqu’aux loges divines où Héphaïstos protége les siens, loin d’être inquiets, en le contrant d’un vulgaire revers de la main.

Plus bas, les genoux tremblants, Apodis lutte pour rester debout. Il sait qu’un sixième Ange va le rejoindre.
Instantanément, la silhouette gracieuse d’une Olympienne apparaît pour lui donner raison.
Celle-ci porte une Glory adaptée à ses formes féminines. Le bustier libère sa frêle poitrine, tandis que l’armure protège ses jambes, dès le bas de ses fermes cuisses. Ses yeux gris font le tour de la surface de combat, sans jamais s’attarder sur l’être humain qu’elle dénigre lorsqu’elle parle de lui.
En s’agenouillant en direction de sa maîtresse, elle déclare : « Ô Déesse des Plaisirs et de la Beauté, je m’engage personnellement à achever ce misérable Saint d’Athéna. Moi Penthesíleia Ange de l’olympe j’en fait le serment sur ma Glory. »

Après sa révérence, toujours sans poser le moindre regard sur son adversaire, la guerrière aux longs cheveux noirs bouclés se contente de pointer le doigt dans sa direction : « Amazon Arrow Express. »
Un filet de lumière traverse Apodis en plein genou droit. Toutefois, il ne fléchit pas pour autant. Penthesíleia réitère la même technique sur le genou gauche sans pour autant qu’Apodis ne perde l’équilibre.
L’Ange s’en inquiète : « Les Flèches Expresses des Amazones sont sensées faire perdre toute vie à l’organe qu’elles touchent. Les cellules de tes genoux auraient dû se dissoudre et tes jambes lâcher dès que mes flèches t’ont transpercées. »

Tête baissée, le corps balançant au gré du vent, le chevalier ne répond rien.
Face à cette attitude, l’Ange tend ses dix doigts en direction du mort-vivant : « Dans ce cas, je vais libérer toutes mes forces : Amazon Arrow Express ! »


Au pied de l’Himalaya, mélangé à la population locale, la bande de Nicol et Mei entame son périple.
Derrière, Mei grommelle encore contre l’arrivée fortuite de Kiki.
En tête, Nicol partage les impressions de la Muvienne concernant le garnement.
_ « … Je vois, donc Mû en a fait son apprenti. Il est très doué pour la téléportation en tout cas, s’amuse Nicol. »
Cette dernière remarque ne fait guère sourire Mei.
Médée poursuit : « Durant ces derniers mois il est resté au Japon, au c½ur du conflit entre le Grand Pope et Athéna. Mû a voulu qu’il assiste à la bataille au plus près, afin de le confronter à la réalité des combats de Saints.
_ Tu ne lui as pas dis où nous allons, interroge Nicol ?
_ Non. Il a la langue bien pendue. J’aurai trop peur qu’il en parle à Mû. Je ne veux pas détourner mon mari de sa mission.
_ Tu as bien fait. Et Kiki sait au moins où est Mû ?
_ J’ai refusé de le lui dire. S’il est aussi doué que mon époux le prétend, alors il parviendra à le localiser tôt ou tard et à le rejoindre lorsqu’il arrivera au Sanctuaire s’il n’y est pas déjà parvenu aux Cinq Pics. »


Au centre de l’arène de l’Olympe, dix flèches libérées des mains de Penthesíleia viennent transpercer les principaux points vitaux d’Apodis.
Seulement, l’Olympienne aux belles anglaises n’obtient pas l’effet escompté.
Apodis erre toujours au c½ur de la surface de combat. Seuls quelques filets de sangs s’écoulent des plaies.
_ « Non. Non une seule flèche devrait avoir raison de toi. La destruction des cellules se propage dans tout ton corps. Là j’ai même percé ton c½ur et ton cerveau des Flèches Expresses des Amazones.
_ …
_ Que… Quoi ? Je n’entends pas ? »
La foule se tait pour essayer de percevoir les sons qui s’échappent de la bouche d’Apodis : « … »
Ne craignant plus rien de ce cadavre ambulant, l’Ange se rapproche et lui flanque une droite qui le fait juste reculer d’un pas.
Face à une telle insensibilité, l’Ange lève les yeux l’air penaud vers Aphrodite.
C’est à cet instant, à une vitesse que seuls les dieux peuvent percevoir, qu’Apodis accroche la gorge de Penthesíleia : « Je disais, il est normal que je ne sente pas la destruction de mes organes. Je ne ressens plus rien depuis des heures déjà. »
La voix enrouée, Penthesíleia reste médusée : « C’est impossible. »
_ « Rien n’est impossible pour l’homme. Nous vivons en harmonie avec l’univers. Et même si nos corps sont brisés, le cosmos, lui, est immortel. »

Au sommet du coliseum, Zeus surprend tout le monde : « Face à l’immortalité des dieux, il a répliqué par la fusion de son cosmos avec l’univers. Il a atteint l’éveil. »
Tous posent les yeux vers leur maître, hormis Apollon qui reste rivé sur le combat.

Sans remord, Apodis continue de serrer ses doigts sur la gorge de la guerrière céleste.
Celle-ci prononce difficilement le nom de son arcane en libérant par centaines des Flèches Expresses des Amazones sans pour autant faire flancher Apodis.
Au contraire, le cosmos doré du Saint devient blanc, immaculé. Sa voix retentit dans tout le stade : « Frantic Fury ! »
Il libère avec son autre main un oiseau de cosmos opalin qui arrache instantanément toute trace de Penthesíleia.

La Furie Frénétique d’Apodis gagne la tribune d’honneur une fois de plus.
Héphaïstos se contente du même mouvement qu’auparavant.
Malgré cela, rien n’y fait.
Il est contraint cette fois-ci, au dernier instant, d’écarter les deux bras pour mettre fin à cette vague menaçante.
Une sueur froide roule le long du dos du Dieu du Feu, des Forges et des Volcans.
Hestia, profondément marquée par la blessure provoquée par l’abnégation d’Apodis par le passé, se cachait déjà les bras face à la déferlante.
Apollon se redresse d’un mouvement lent et calculé.
Sans même craindre la colère de Zeus qui doit le leur autoriser, Apollon est debout pour mieux dominer les siens.
_ « Aphrodite. Je pense que tes Anges ont fait ici l’étalage de leur faiblesse. Je vais m’occuper de faire cesser cette offense. Helénê. »
A l’appel de son nom, l’Ange plus connue sous le nom de Ksénia apparaît derrière son maître. L’amante de Vasiliás et la prétendue amie de Saori Kido se montre dans sa Glory qui épouse à merveille ses courbes si généreuses. Le petit c½ur rosé tatoué sur sa joue et ses yeux topaze lui donnent une allure que les autres Anges n’ont pas.
Face à l’attitude autoritaire d’Apollon, tous sont pendus aux lèvres de Zeus, impatients de connaître la suite.
Celui-ci la fait connaître en exposant à son tour sa très grande taille, bien plus imposante encore que celle de son fils : « Assieds-toi, mon fils.
_ Dieu des dieux je… »
Des éclairs accompagnent la grogne du dieu des cieux : « J’ai dit… Assieds-toi ! »
La colère dans la voix provoque une onde de choc qui cloue les spectateurs à leurs sièges.
Digne, Apollon s’exécute en gardant le menton en l’air et sans baisser les yeux.
Zeus poursuit plus calmement : « Envoyer Helénê. La plus puissante de tous les Anges réunis, l’être le plus puissant au monde après les dieux, pour abattre un Saint d’Athéna. Si nous en arrivons là, c’est que cet homme à quelque chose de spécial. Les humains font d’habitude preuve de peu de persévérance. Alors que lui, regardez-le, même à l’article de la mort, il se met de nouveau sur pieds pour faire face. Je laisse une dernière chance à Aphrodite de me prouver que ses Anges sont à la hauteur.
_ Bien, dans ce cas, j’appelle Troïlos, acquiesce Aphrodite honteuse.
_ Ne devrais-tu pas plutôt appeler Hektor et Paris ? Après tout, ils sont tes plus puissants défenseurs, suggère Artémis.
_ Ils composent ma garde personnelle. Troïlos sera parfait pour clore ce combat. »

A l’appel de son nom, le nouvel Ange arrive depuis les airs.
Les cheveux mi-longs, blond pâle, le teint laiteux, ce grand et mince chevalier céleste a une allure très élancée. Ses yeux couleur or s’accordent à merveille avec les deux petits anneaux accrochés à ses oreilles.
Alors que tout porte à croire en la venue d’une entité douce et délicate, comme le son de sa voix, son sourire perfide le trahit : « Quelle horreur. Un être humain qui souille ces lieux. Et qui plus est dans cette tenue et dans cet état. N’as-tu pas honte de vivre ? Il n’y a rien de plus misérable que la condition humaine. Mais dans cette situation, commettre l’outrage de persister à arborer une telle impolitesse devant nos dieux représente le plus grand sacrilège. »
Les bras croisés, refusant de toucher terre, lévitant à merveille grâce à ses ailes d’énergie, Troïlos est surpris par la réponse narquoise du Saint.
Alors qu’il tangue en fonction de l’insistance avec laquelle sa tête lui tourne, Apodis s’amuse à faire de l’esprit en balbutiant : « Parle autant que tu veux, je n’entends plus rien de toute façon. »
Comme une personne ivre, Apodis se met à ricaner nerveusement.

Cette attitude nonchalante provoque l’indignation des tribunes.
Celles-ci implorent les dieux par d’incessantes prières de mettre un terme à tout cela.

Troïlos, croise ses jambes et se tient dans les airs comme s’il était allongé sur un divan, la tête reposant dans la paume de sa main : « Je comprends mieux maintenant pourquoi Eurypylos et les autres ont été vaincus. Tu t’es affranchi de toutes tes faiblesses pour revenir au sommet de ta force. Tu tires cette énergie de l’univers. Ce qui pourrait te rendre invincible. Seulement, pour maintenir un tel niveau, il faut avoir l’esprit sain. Garderas-tu la même détermination une fois que… »
L’Ange s’évapore dans l’atmosphère pour réapparaître dans la même pose mais juste au-dessus d’Apodis sur le crâne duquel il effectue de son index une légère pression tout en achevant sa phrase : « … la Fantasmagorie Angélique t’aura entretenu du fond de sa pensée ? Angelic Fantasia. »

Instantanément, ses sens reviennent peu à peu à Apodis…
L’Olympe disparaît, pour laisser place à une plaine fleurie à l’herbage doux où de jolis rosiers s’enroulent sur les vestiges de temples anciens…
Des fleurs aux pétales jaunes, rouges ou violettes voguent au gré du vent.
Le soleil radieux réchauffe le visage du Saint assis sous un arbre, sur lequel chantent des oisillons.
Il s’étonne de se voir habillé de sa tunique turquoise en parfait état.
Proche d’un lac à l’eau pure, là où il a rencontré Netsuai pour la première fois, le chevalier de bronze distingue au loin son épouse approchant avec leur fils dans les bras.
_ « Ils sont magnifiques n’est-ce pas, lui demande une voix étrangement familière ? »
Le Grec se retourne et reconnaît Mujakis, sa mère, à laquelle il ne répond que d’un regard stupéfait.
Mujakis comprend alors : « Oh, notre présence te trouble sûrement ? »
En prenant appui contre le tronc sur lequel il est adossé, Apodis tente d’approcher sa mère qui recule. Elle emprunte la direction de Netsuai et Sperarus : « Qu’attends-tu ? Viens avec nous ?
_ Je ne peux pas. Je dois me battre.
_ Te battre ? Mais pourquoi donc ? Que trouveras-tu après cette bataille ? Plus personne ne t’attend. Alors que nous nous sommes là. »
Le jeune homme grimace en baissant la tête.
Inconsciemment, il amorce un pas, puis deux, en direction de sa femme et de son fils.
L’air est si doux. Les éclats de rire de Netsuai qui n’étaient qu’un lointain souvenir, sont si réels.
Arrivé à leur hauteur, Apodis reconnaît les gazouillis de Sperarus.
Il est saisit au c½ur par un sentiment insoutenable de bien-être lorsque Netsuai lui sourit avec amour. Le soleil reflète sur ses cheveux bruns quelques mèches orangés et fait ressortir le bleu profondément amoureux de ses yeux.
Sur son épaule, Apodis sent la main chaude et pleine de compassion de sa maman : « Allons, prends-les dans tes bras. Ils n’attendent que ça.
_ Mais… Puis-je vraiment ? Pas maintenant ! Je suis en plein combat, dit-il par réflexe en faisant le tour de lui-même pour chercher son adversaire ! »
Pourtant, ni à proximité, ni à l’horizon, rien ne ressemble à ce coliseum, où depuis des heures ses pieds glissent dans son sang.
_ « Quel combat ? »
Apodis s’obstine à guetter le moindre danger. Mais ni les injures des Olympiens, ni la voix tonnante de Zeus ne lui viennent. Il n’entend que les oiseaux et sa femme rire avec leur fils.
_ « Mais… Puis-je vraiment… Ils ne font plus partis de mon monde désormais, se persuade Apodis. »
Netsuai tend leur enfant dans sa direction et s’inquiète de sa douce voix : « Comment peux-tu dire ça ? Tu es si proche de nous à présent ! »
Apodis détourne son regard vers une statuette d’Athéna couverte de verdure : « C’est que… J’ai une mission… Et Juventas… Et sa fille Agape… Elles méritent que je me batte encore. »
Netsuai reprend son enfant contre sa poitrine : « Comment ?! Tu veux dire que tu nous as remplacé ?! Que tu les aimes plus que nous ?!
_ J… Jamais de la vie… Ce n’est pas… »
Ne voulant peiner davantage celle qui lui manque tant, Apodis s’approche encore pour chercher son fils.
Le bambin tout potelé, dégage cette même odeur d’onction hydratante qu’il lui appliquait sans cesse et qu’il achetait sur le marché d’Honkios.
Il ferme les yeux pour savourer plus intensément cet instant…

Dans le coliseum, l’assistance est muette.
Sans n’avoir rien fait d’autre que de toucher le crâne de son adversaire, Troïlos réussit à faire chuter Apodis.
Réduit à l’état de chair sans âme, le Saint de l’Oiseau de Paradis retombe lourdement sur le dos.
Les battements de son c½ur ralentissent inexorablement.
Toujours confortablement installé en lévitation, Troïlos commente : « Son âme est à deux doigts d’accepter la funèbre fatalité qui a été réservée aux siens. Il va retrouver ceux qu’il aime en renonçant à sa volonté combative. »

Prisonnier de son subconscient, Apodis poursuit l’étreinte contre son petit garçon.
Peu à peu, il étouffe en sanglot : « Vous m’avez tellement manqué. Je meurs chaque jour depuis que vous m’avez quitté. »
Par compassion, Netsuai se laisse submerger par l’émotion. Elle tend Sperarus à Mujakis pour se consacrer à son époux. Elle ramasse son visage de ses soyeuses mains et essuie avec ses pouces les larmes d’Apodis : « J’imagine. Tu avais perdu le sens de ta vie. »
Elle commence à s’approcher de lui pour l’embrasser.
Instinctivement, il se laisse guider.
Son c½ur en crève d’envie, il a attendu ce moment si longtemps.
Pourtant, quelque chose le dérange.
La dernière phrase de Netsuai le contrarie. Au dernier moment, il tourne la tête et se contente de serrer contre lui sa chère et tendre. Ses yeux marquent un trouble de plus en plus profond : « Le sens de ma vie…
_ Quelque chose te dérange ?
_ Vous êtes le sens de ma vie.
_ Alors pourquoi ne m’embrasses-tu pas ?
_ L’amour est le sens de ma vie.
_ C’est nous que tu aimes, alors pourquoi ne m’embrasses-tu pas ? »
Apodis recule progressivement, refusant de regarder plus longtemps les siens : « Parce que c’est vous que j’aime justement. Parce que Juventas et Agape me l’ont rappelé. »
Le visage de Netsuai se crispe. A mesure qu’il s’éloigne elle perd patience : « Tu les aimes plus que nous !
_ Je n’aime pas plus Juventas et Agape que vous. Je vous ai dans la peau, au plus profond de moi. Et elles je les aime, parce qu’elles me rappellent chaque jour que j’ai pu avoir une famille, auprès de laquelle j’ai fais le serment de me battre pour l’amour et la justice sur Terre. Le sens de ma vie ! Ce sont elles qui m’ont convaincu de poursuivre la lutte pour honorer votre mémoire ! Afin de tenir la promesse que je t’ai faite, d’être le chevalier que tu as toujours voulu que je sois ! »
Apodis revient à l’arbre contre lequel il se reposait et arrache sa tunique pour exposer son torse criblé des empreintes de ses récents combats.
Déguisé de la robe rose qui sert de la poitrine à la taille Netsuai, Troïlos laisse apparaître totalement son visage : « Tu ne peux refuser l’amour des tiens ! »
Totalement apathique, comme il l’est en dehors de son subconscient, Apodis réalise un effort pour prononcer : « En effet. Je ne peux y renoncer. C’est pour ça que je me bats : Shining Apus Claw ! »
D’un lourd mouvement de bras, il projette les Serres Brûlants de l’Oiseau de Paradis qui viennent entailler et incendier le visage de Troïlos.
Le hurlement de douleur de Troïlos brise le charme.

Sur l’air de combat, Apodis se relève inexorablement.
Troïlos, lui, perd son équilibre et s’effondre au sol, le diadème brisé, le visage entre les mains sous le regard médusé de l’assistance.

En tribune, tous se regardent.
Au sommet, Aphrodite tourne très lentement la tête vers Zeus de crainte de recevoir son courroux.
A la place de celui du dieu des dieux, concentré sur le centre du coliseum, elle encaisse celui d’Apollon, toujours immobile dans son siège.

Le cadavre ambulant qu’est le chevalier de bronze entame sa pénible approche en direction de l’Ange.
Ce dernier, rampe désespérément en voulant cacher son faciès lacéré. Lui, si fier de son apparence androgyne, ressent au plus profond de ses entrailles la chaleur des Serres Brûlants.
Bavant, ne contrôlant plus son martyre, Apodis bredouille : « C’est fini… J’ai gagné… »
Désemparé, Troïlos abandonne sa fuite et reprend le combat. Il affiche son faciès épouvantablement distordu par l’arcane essuyé.
_ « Bien. Si la douceur de la mort que je t’offrais ne te convient pas. Je torturerai ton esprit. Angelic Fantasia ! »
Il cogne en plein tempe Apodis qui laisse le coup envahir son esprit…

Le coliseum laisse place à la maison d’Apodis dans le village de Paesco.
Le Saint de bronze porte son armure, abîmée après la bataille menée contre Hébé, lors de la Journée Sainte de 1985.
Bien que blessé, son corps ne porte pas les mêmes plaies que celles laissées par les Anges, loin de là.
La demeure est ravagée après le passage du Caraib Ghost Saint de la Méduse et du combat mené contre Mensa de la Table.
Ses pieds trempent dans le sang des siens et son regard est figé sur le petit corps sans vie de Sperarus.
Le nourrisson baigne dans une marre d’hémoglobine. Il crie de toutes ses forces en demandant au ciel une explication.
Apodis se retrouve exactement dans la peau de celui qu’il était le 4 mars 1985, alors qu’il découvrait le soir de la Journée Sainte la mort des siens.
Même homme. Mêmes circonstances. Mêmes questions.
Néanmoins, une voix venue d’outre-tombe lui donne les réponses qu’il n’a pas eu à l’époque.
Rocailleuse et méprisante, il reconnaît le timbre insultant de son père Frontinus Caraib Ghost Saint de la Méduse : « C’était inévitable. Tu n’es qu’un faible et c’est ce qui arrive aux faibles. Ils ne peuvent protéger leur famille. »
Aussitôt, il dévisage cet homme au menton carré et aux petits yeux noirs remplis de haine. Ses cheveux blancs poisseux sont couverts d’un heaume arrondi qui représente l’animal symbole de son armure de mercenaire, la Méduse.
Le Caraib Ghost Saint tient encore dans sa main sa femme qu’il a assassiné : « Tu ressembles comme deux gouttes d’eau à ta mère. Ah… Mujakis ! Elle gémissait comme une catin pendant que je la violais sous les yeux innocents de ton fils. »
Apodis, impuissant, médusé, fait un signe négatif de la tête comme pour refuser ces allégations.
_ « Et ton petit garçon braillait aussi fort que toi lorsque je te battais pendant que je l’étranglais avec mes tentacules…
 _ Non, geint Apodis en passant sa main devant sa bouche…
_ Je regrette que tu n’ais pas pu assister à tout ceci. J’aurai voulu lire le désespoir dans tes yeux, comme je le lis en cet instant.
 _ Arrête, implore Apodis en retenant ses sanglots ! »
Le mercenaire arrache les vêtements de Mujakis et s’amuse à la traîner dans le sang qui s’écoule de son corps : « Regarde comme je la rabaisse à ton rang. Un insecte. Une larve. »
Apodis tape des poings sur le sol, pendant que Frontinus part dans un fou rire machiavélique : « Arrête ! »
Le père indigne, reprenant peu à peu les traits de Troïlos, poursuit ses sarcasmes.
L’Ange s’étonne de devoir forcer davantage sur la voix de Frontinus pour se faire entendre.
En effet, la névrose d’Apodis prend le dessus.
Le visage dans les mains, le Saint de bronze se gausse.
Nerveusement, la folie prend le dessus.
Troïlos n’arrive plus à s’entendre.
Il est étonné d’être dérangé par un autre éclat de folie que celui qu’il joue.
Apodis relève les yeux, hilare, devant un Troïlos médusé.
Gardant la voix du monstrueux paternel du Saint de bronze, l’Ange s’indigne : « Qu’est-ce qui t’amuse ? Tu ne mérites pas ton rang de Saint ! Si tu avais un tant soit peu de fierté tu te donnerais la mort ! »
Comme lors de l’échec précédent de Troïlos, l’apparence illusoire d’Apodis disparaît pour laisser dans ce décors trompeur son corps meurtri.
_ « Misérable Troïlos ! Tu ne vaux pas mieux que mon père de croire pouvoir me pousser au suicide en jouant sur mes culpabilités ! Il y a bien longtemps que j’ai su les surmonter ! Et là où tu as commis une erreur, c’est de penser que j’étais encore sous l’influence malsaine de mon père ! Mais sache que c’est que c’est avec plaisir que je vais mettre fin à ta vie en te frappant sous son apparence. »
Sans même invoquer de technique, Apodis loge son poing en plein flanc, sous le c½ur de Troïlos.
 
Autour des deux combattants, le coliseum reprend forme et expose des Olympiens médusés.
Dans les loges d’honneur, Aphrodite est atterrée. Elle tremble à l’idée de se retourner à nouveau en direction d’Apollon.
Zeus, lui, grimace de colère. D’abord fasciné par ce combat, l’issu l’oblige à un constat : « Félicitations. Après qu’il ait atteint l’éveil en poussant son cosmos à l’infini, ton Ange lui a permis d’atteindre l’illumination, en faisant de son âme un esprit combatif indéfectible. »
D’un violent coup de poing qui fracasse son accoudoir, Héphaïstos propose : « Ô Seigneur Zeus, laissez-moi mettre fin à cette mascarade.
_ Qu’ai-je fais par le passé, demande alors Zeus ? Pour m’élever à mon rang, je me suis éveillé et mon esprit s’est illuminé. Aujourd’hui, il n’y a plus aucune frontière infranchissable entre cet homme et nous. L’éliminer reviendrait à nier ma propre histoire ! »
Absolument hystérique, perdant son calme Olympien, Hestia se lève : « Mais enfin… »
Un gigantesque éclair s’abat en plein milieu de l’arène et enlève Apodis.
Ce geste de colère de Zeus interrompt la déesse : « Le nies-tu ?! »
Hestia baisse la tête. Tous les autres dieux, excepté Apollon, l’imitent.

Face à la colère impériale, les spectateurs abandonnent l’arène traversée par d’innombrables éclairs laissant croire que le dieu des dieux a anéanti d’un coup Apodis et ainsi exaucé leurs prières.

De longues minutes de silences suivent.
Seuls les puissantes entités attendent les explications de Zeus.
Celles-ci viennent alors qu’il tourne le dos aux siens, après que le tonnerre laisse place à la pluie.
Resté seul à agoniser de ses blessures, Troïlos implose.
Un déluge suit les premières gouttes. Il lave l’arène de tout le sang perdu par le Grec, inonde les travées désertées, se regroupe en flaques, puis mares. Elles se déversent dans le vide au-dessus duquel est suspendue l’arène. Vide sans fin, sauf conduit vers l’Hyperdimension.

A l’abri dans les loges d’honneur, Apollon, fièrement installé dans son trône ne bouge pas.
Il écoute son père sans esquisser la moindre réaction.
_ « La prison de l’Olympe est le seul refuge pour ces êtres qui s’opposent à nous et que nous refusons de reconnaître. Je l’y ai renvoyé, emprisonné de mon sceau. J’ai créé les hommes et ils récompensent mon amour en me défiant. Je ne permettrai jamais que cela se propage. Cependant, le garder en vie est le meilleur moyen de nous rappeler que les sous-estimer peut s’avérer dangereux. »
Pour conclure, la prunelle de ses yeux laisse place à la foudre qui change son corps en éclairs. Ceux-ci prennent la forme d’un aigle qui repart en direction du Mont Olympe.

Tour à tour, Aphrodite, Artémis, Déméter et Hermès imitent Zeus et regagnent leurs temples.

Dans le coliseum, seuls les conspirateurs sont restés dans la tribune d’honneur à observer les dernières gouttent tomber du ciel pour se perdre plus bas.
Tapis dans l’ombre en attendant leur dieu, Helénê et Roloi patientent calmement, refroidis par les déclarations de Zeus.
Héphaïstos, lui, s’inquiète de la décision de Zeus : « Étrange qu’il veuille garder cet humain en vie. »
Les phrases courtes du meneur des conjurés ponctue son calme impérial : « C’est fâcheux en effet. Cela prouve qu’il tient encore les humains en estime. »
Hestia s’en indigne : « Si ce que tu dis est vrai, Apollon, ce serait une insulte de Zeus vis-à-vis de nous !
_ Je dirai plutôt qu’il s’agit d’une punition. Si les Anges d’Aphrodite avaient correctement fait leur travail tout aurait été différent. Zeus aurait compris que les hommes sont insultants et n’inspirent aucun respect.
_ Certes mais Helénê aurait pu le tuer. Il n’avait pas à le protéger. »
La ténébreuse Héra corrige : « Au contraire. Cela a permis à Zeus de mettre en défaut les dieux qui veulent à tout prix reprendre la Terre à Athéna. En valorisant les actes de cet homme, il espère prouver que ceux-ci peuvent être dignes d’intérêt, comme veut le faire croire Athéna.
_ Exactement, ponctue Apollon. Lorsque Athéna provoquera sa colère, cet homme sera ici la représentation de ma chère s½ur. Il en paiera les conséquences.
_ Athéna parviendra-t-elle au moins à perdre la confiance de Zeus, s’inquiète Hestia ?
_ Elle y parviendra. N’ait crainte. Nous avons encore beaucoup de cartes à jouer. Et notre plus beau jeu est sur Terre, assure Apollon. »
En disant cela, il regarde avec détermination Helénê, responsable en tant que Ksénia de toute sa machination auprès des dieux sur Terre.

A plusieurs kilomètres de là, étendu sur le dos, respirant difficilement en raison de la douleur et de l’effort que cela nécessite pour lui, Apodis marmonne : « Et maintenant, que vont-ils faire de moi ? »
En dehors de la tour où il est retenu prisonnier, Déméter se maintient debout au-dessus du vide. Toujours aussi peu vêtue, ses formes envieuses fort exposées, la déesse aux cheveux noirs de jais, approche sa main en direction du rideau de lumière qui entoure désormais la prison. Aussitôt, quelques grésillements hostiles annoncent une probable décharge du cosmos de Zeus : « L’amour de Zeus pour les hommes émousse sa colère. C’est son amour sans limite qui a rendu les hommes forts. Et aujourd’hui, manipulé par les discours des siens, il veut leur faire payer leur insolence. Tu n’es qu’un exemple.
_ Je vois. Quoi qu’il arrive, même si je parviens à me rétablir, je suis voué à finir mes jours ici.
_ De plus, le cosmos de Zeus m’empêche de te maintenir en vie comme je le faisais jusqu’ici. Je crois en l’homme. Mais je ne peux agir pour lui. Quand le moment sera venu, d’autres hommes seront là pour t’aider. En attendant, persévère, poursuit ton entraînement. Car les Anges d’Aphrodite ne sont rien face à ceux d’autres dieux. »
La silhouette de la divinité s’évapore dans l’atmosphère, tandis qu’Apodis bombe son torse en prenant une profonde aspiration : « J’espère qu’à ce moment là, Athéna sera auprès de moi. Car aujourd’hui, c’est en son nom que j’ai surmonté tous les obstacles. »


Sur Terre, vers laquelle Apodis envoie ses prières, les événements s’accélèrent.
Le Grand Pope reçoit tour à tour, les nouvelles des défaites des Saints envoyés punir les différents rebelles.
L’idée de faire appel aux Saints d’or pour clore la menace japonaise, trotte de plus en plus dans sa tête…

3
Only for Love / Re: Chapitre 7
« on: 14 July 2020 à 15h20 »
NEWS

Cette version du chapitre 7 est une version rééditée de la publication originale du 1er mai 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

4
Only for Love / Chapitre 62
« on: 5 July 2020 à 16h27 »
Chapitre 62

A la frontière de la Chine et de l’Inde, là où l’atmosphère se raréfie et où les tibétains eux-mêmes ne s’aventurent jamais, une jeune femme aux cheveux orangés et le visage masqué achève de traverser un pont.

Ce 10 décembre 1986, derrière elle, retombent en morceaux plusieurs squelettes qui s’étaient dressés pour lui barrer la route de Jamir.
Son corps porte quelques égratignures dues aux épreuves endurées pour parvenir jusqu’ici.
En brassant de l’air avec ses mains, elle parvient à dissiper le brouillard himalayen et à apercevoir au loin l’immense tour qu’elle est venue visiter.
Elle rehausse les lanières de sa Pandora Box d’argent et puise en elle la force d’achever son périple.
« Traverser la planète à pieds sans user de ma cosmo énergie pour ne pas me faire repérer ni du Sanctuaire ni de l’Olympe n’aura pas été de tout repos. J’espère que Mû saura m’accueillir comme il se doit, pense-t-elle. »

Tout à coup, si proche de son but, l’intruse est étrangement immobilisée, sans remarquer la présence de qui que ce soit.
Une voix féminine accompagne une gracieuse silhouette qui apparaît au détour d’une roche : « Le périple pour venir jusqu’ici est long et douloureux. Je pense que ton épuisement t’a empêché de remarquer les cheveux de Bérénice. »
La voyageuse s’attarde sur ses membres paralysés, pour cette fois-ci distinguer une sorte de filaments qui l’enserrent et qui rejoignent la main d’un inconnu derrière elle.
La complice de son bourreau, cheveux longs, fins et argentés, elle aussi le visage dissimulé sous un masque, la questionne : « C’est étrange que le Sanctuaire n’envoie qu’un seul assassin. Tes amis sont-ils morts devant le cimetière des armures ? »
La prisonnière confesse : « Je suis Marin Saint d’argent de l’Aigle. Si tu es toi aussi poursuivie par le Sanctuaire, tu dois savoir que j’ai été, au même titre que toi, cataloguée comme renégate. »
Un troisième allié se montre à son tour. Il expose sans gêne un visage aussi mature que celui de certains Saints d’or. Ses cheveux châtain clair ébouriffés et sa carrure digne d’une statue grecque lui donnent un certain charme, que Marin lui reconnaîtrait volontiers dans d’autres circonstances.
D’un geste raffiné et d’une voix imposant un certain charisme, il se présente : « Je suis Nicol Saint d’argent de l’Autel. Cette jeune femme à qui tu fais face est Yulij Saint de bronze du Sextant. Et l’homme qui te tient en joug est Mei Saint de bronze de la Chevelure de Bérénice. Nous aussi nous sommes venus chercher asile à Jamir. »
Marin gesticule pour montrer que la façon dont on la traite est inappropriée : « Je ne suis pas vraiment venue chercher asile. Et si tel avait été le cas, j’aurai tout de même espéré un autre accueil. »
En fermant les yeux, d’un hochement de tête, Nicol demande au moins docile de ses complices : « Ça ira Mei, tu peux la relâcher. »
Le Japonais s’exécute en marmonnant : « Agis comme ci ! Pas comme ça ! Non mais, pour qui il se prend celui là ?! »

Enfin, une quatrième personne vient accueillir le Saint de l’Aigle.
Également masquée, deux longues nattes de ses cheveux pommes tombent par-devant ses épaules. Habillée de sa Cloth de bronze faite d’épaulettes ovales et d’un plastron qui met sa poitrine en valeur, Médée berce Marin de sa voix douce et mélancolique : « Bienvenue sur la terre de mes ancêtres. Entre donc te reposer. »


A l’est de l’Olympe, dans les terres habitées par les fidèles qui ont été élus par les dieux, un brouhaha résonne dans le Coliseum.
Inoccupé depuis des décennies, ce stade qui a vu par le passé de grands combats rassasier le plaisir des dieux commence à se remplir de spectateurs.
Hormis les prêtres et les servants des temples des dieux de l’Olympe, tout le peuple se déplace dans la discipline la plus totale à l’intérieur du stade.

Les tribunes sont ouvertes en arc de cercle. Elles dominent l’arène et sa plateforme rectangulaire. Celle-ci, suspendue par d’énormes chaînes par-dessus le vide, surplombe ainsi le grand lac de l’Olympe. Cette mer s’étend à perte de vue et meurt au pied de l’arène dans l’Hyperdimension.
Les gigantesques chaînes s’élèvent vers la pointe montagneuse qui abrite l’arène. Elles sont reliées dans la main d’une statue de Zeus taillée dans la roche.
Au centre des gradins, surélevées par des colonnes de marbres, les loges des dieux représentent, sous la statue de Zeus, le point culminant du Coliseum.

Dispatchés sous leurs bienfaiteurs, les Olympiens ne cessent d’applaudir chaque divinité qui elles ne daignent même pas les regarder en se positionnant dans leurs fauteuils.
Arrivées chacune sur litière, les déesses s’installent en premières.
Hestia, accompagnée d’Héra, prend plaisir à observer la surface carrelée et brillante qui accueillera sous peu Apodis.
Les deux manipulatrices sont suivies d’Aphrodite et Artémis toutes deux aveuglément tombées dans le piège ourdi.
Déméter, aux traits aussi tirés et à la démarche aussi fière que les siens, n’affiche cependant pas le même plaisir que les autres.
Hermès et Héphaïstos ferment la marche.
Le Dieu du Feu, des Forges et des Volcans glisse un regard complice à Héra et Hestia, en prenant place à côté d’un Hermès crédule.

Les invocations envers les dieux s’atténuent peu à peu. C’est seulement lorsque le silence le plus complet revient que se montre enfin l’empereur des cieux.
Dans l’assistance, tous s’inclinent, tête baissée. Certains pleurent même face au bonheur de voir enfin leur seigneur.
Lui qui se montre peu, se racle la gorge avant de prendre la parole.
A cet instant, l’impact de son imposante voix fait résonner le tonnerre.
Un éclair illumine davantage l’espace d’un instant le Coliseum.
Les épais sourcils de ses yeux larges et plissés se froncent à mesure que s’ouvre la bouche de Zeus : « Peuple de l’Olympe… »
Ces deux mots seuls suffisent à faire trembler les tribunes. Si le temps se suspend lorsqu’il ouvre la bouche, le monde autour de lui tremble : « … vos dieux bienfaiteurs vous ont réunis en ce jour pour condamner l’hybris d’un homme. Il a commis la faute fondamentale. Défier les dieux. Son châtiment est la destruction. »
Aussitôt, le souverain prend position dans son trône et laisse ses épaisses mains tomber sur ses cuisses habillées d’une courte jupe blanche.

A ses côtés, son fils se positionne dans l'ombre de la musculature inouïe du dieu des dieux, en tapant dans ses mains. Son geste est si noble, si discret et délicat qu’il émet à peine le son dû à l’éloge de son père.
Apollon entame ainsi les applaudissements que suivent durant de longues minutes le reste de l’assemblée en hommage à Zeus qui reste impassible.
Le dieu du Soleil, lui, dissimule du mieux qu’il peut son regard sadique destiné au c½ur de l’arène où apparaît malgré lui Apodis.

Agenouillé, habillé de son pantalon bleu, encore recouvert sur les jambes et les poignets de quelques morceaux de sa Cloth de bronze, le Saint de l’Oiseau de Paradis expose son torse nu et son regard fier à l’entité qui lui fait face.

Debout, bras tendu vers lui, responsable de son arrivée dans l’arène, un ange arbore sa Glory et dévisage Apodis avec dédain. Son armure, semblable à celle de Peleus et des autres Anges, laisse passer par sa clavicule un linge blanc qui couvre la moitié de son torse. Ses cheveux opulents, oscillant entre l’azur et le vert bleuté sont coiffés par le diadème de sa Glory. Cela permet de dévoiler ses yeux jaunes et son sourire fier qui défient le chevalier.

Seul contre tous, Apodis tourne sur lui-même et ne reçoit du public qu’insultes et moqueries. Il remarque, plus haut, les dieux aisément installés qui se délectent de nectar et d’ambroisie que des échansons leurs servent déjà à foison.
D’abord circonspect en apercevant parmi eux Déméter, si bienveillante à son encontre, son expression change radicalement lorsqu’il reconnaît Hestia.
Alors qu’aucun Olympien n’a osé dévisager les dieux, Apodis fixe avec audace la Déesse du Feu Sacré et du Foyer.
Des premiers mots descendent des travées pour l’invectiver suite à son comportement.
Hermétique, Apodis a le regard de plus en plus noir. Le reflet rouge de ses yeux scintille de plus en plus.

En haut, d’abord outrée, Hestia a du mal à se sentir rassurée. Elle, la seule déesse ici présente qui connaît désormais la peur depuis qu’Apodis l’a atteinte sur Terre. Elle souhaite fuir son regard assassin, mais son rang l’en empêche.
Refusant voir cette mascarade continuer plus longtemps, Apollon, de sa voix lente et malsaine, suggère à Aphrodite : « Aphrodite. Toi qui tenais tant à ce que ce soit tes anges qui punissent cet homme. Faut-il encore attendre qu’il nous souille davantage ? »
Apeurée par le seul d’entre eux qui ne craint pas de se positionner à côté de leur souverain, Aphrodite effectue immédiatement un geste de la main à son fidèle sujet qui n’attend que ça.

L’ange se courbe pour accuser réception de l’approbation d’Aphrodite, puis se dresse en direction d’Apodis.
Alors qu’il n’a pas quitté Hestia des yeux, Apodis sent une soudaine douleur lui heurter la poitrine.
Il s’effondre au sol sans même comprendre ce qui lui est arrivé.
Ses yeux se ferment aussi forts que ses poings sont serrés afin de retenir la douleur et de ne pas pâlir sous les huées du stade.
A côtés de lui, il peut entendre les cliquetis métalliques de la rencontre entre les pieds de son ennemi couvert de sa Glory et le carrelage brillant de l’air de combat.

Enfoncé avec élégance dans le fond de son siège, Apollon remue une coupe de nectar dont il se délecte en esquissant un très léger rictus sadique.
Devant lui, les mains enroulées de crispation dans sa toge, Hestia remue nerveusement sa jambe. Son esprit est ailleurs, son comportement, limite profane, inspire chez Héra, sa voisine, un profond agacement. Elle le manifeste en tapotant légèrement et discrètement la cuisse de l’anxieuse déité.

Plus bas, l’ange ramasse Apodis par les cheveux. Il l’élève avec froideur à direction des spectateurs.
Apodis reste fixé sur ses pensées : « Toutes ces semaines d’entraînement… Trop lent, trop faible… Trop loin de Peleus, cet Ange que j’ai combattu sur Terre. Pas étonnant que je n’ai pas le niveau contre celui-là. Les instants de répit offerts par les Olympiens ne m’ont pas permis pas de surpasser ce cap nécessaire, pour aller au-delà du niveau du simple humain.
Les jours ont passé et chaque fois je sentais venir ma limite. Il me manquait le déclic, l’éveil… »
Insensible, le chevalier céleste garde son visage strictement fermé lorsqu’il déclare à Apodis : « Je suis surpris de voir que tu es en vie. Tu as encaissé de plein fouet la Grande Croix. Aucun homme ne peut survivre à l’attaque d’Eurypylos Ange de l’Olympe. »
Maintenu par la tête, la douleur dissipée, Apodis défie Eurypylos du regard : « Désolé. Je suis un homme fait de contrariété. »
D’un calme propre aux Olympiens, Eurypylos réagit à la provocation en balançant Apodis dans les airs afin de lui faire perdre tout appui : « Tu as eu tort de me provoquer. Tu vas recevoir cette technique à pleine puissance. Big Cross. »
Il remonte ses bras qu’il croise en direction d’Apodis. La rencontre de ses deux membres libère un X lumineux que seuls des yeux avertis peuvent distinguer.
Celui-ci frappe Apodis en plein torse et lacère profondément sa chair, sans qu’il puisse faire quoique ce soit. Il retombe à plat sur le carrelage où se déverse son sang.
Avec dédain, Eurypylos s’assure de son immobilité avant de s’agenouiller en direction de la Déesse des Plaisirs et de la Beauté.
Néanmoins, l’assistance retient son souffle. Dans le dos du guerrier, Apodis prend appui sur ses bras pour reprendre le combat.
_ « Je ne peux le croire. Tu es plus mort que vif après ces deux échanges. Comment fais-tu pour ne pas succomber ? L’homme est semblable à un insecte. Il doit mourir quand on l’écrase. »
D’un revers de la main, l’Oiseau de Paradis essuie le filet de sang qui s’écoule de sa bouche et remarque la sensibilité de ses plaies après que la Grande Croix lui ait entaillé profondément la poitrine. « Si je ressens encore la douleur, c’est que je ne suis pas encore totalement arrivé à surmonter mes cinq sens, réfléchit-il. »
Entêté, il entame un pas en avant, puis un second. Après s’être assuré qu’il tient parfaitement sur ses jambes. Il tente une approche jusqu’à Eurypylos, sous les sarcasmes des spectateurs.
Arrivé devant lui, sans même tenir sa garde, Apodis le regarde droit dans les yeux avec un sourire idiot.
Eurypylos cligne des yeux pour témoigner son incompréhension. Aventureux, il s’empresse de lui asséner un direct du gauche dans l’estomac, suivi d’un coup de pied retourné dans la tempe, qu’il ponctue d’un direct du gauche dans l’arrête nasale.
A peine déstabilisé, Apodis ne perd pas des yeux son adversaire tout en riant encore.
Eurypylos fronce légèrement ses sourcils, abandonnant son visage serein. Il repart lui heurter la poitrine coude gauche en avant, puis frappe son c½ur du plat du pied. Il saute devant lui pour mettre tout son poids dans son coude droit, qu’il laisse retomber sur le sommet de son crâne. En reculant, Apodis manque de chuter mais tient bon.
Eurypylos s’en mord l’intérieur de la joue. Il s’élance à une vitesse dépassant l’entendement,  jambe gauche en pleine gorge, poursuivi d’un uppercut gauche, il passe derrière lui pour cogner son genou contre sa nuque.
Emporté par l’élan, Apodis se laisse tomber en glissant sur le parterre brillant.
La foule se lève alors et scande le nom d’Eurypylos.

Au sommet des loges, le dieu des dieux réajuste le voile blanc qui passe au travers de son torse et habille la moitié de sa poitrine.
Il prononce dans sa barbe dense qui descend jusqu’au c½ur de ses pectoraux taillés dans le marbre : « Voilà. Était-ce la peine de réunir notre peuple pour un seul homme ? »
Parmi les siens, aucun n’a l’arrogance de répondre à cette voix qui fait trembler les murs hormis le Dieu du Soleil : « C’était nécessaire. Notre suprématie doit être justifiée à ceux qui nous vénèrent. Il est indispensable que les infidèles soient punis. Il n’y a qu’à voir le plaisir procuré à nos ouailles.
_ Dans ce cas… »

Brusquement, l’attention sévère de Zeus est rappelée au centre de l’arène.
Les cris de joie se changent en sifflets.
Sous les injures des partisans de l’Olympe, Apodis est de nouveau sur pieds.
Devant le Saint de bronze, Eurypylos est perplexe : « Co....Comment ? Comment peux-tu encore tenir debout ? »
Le corps balançant, Apodis n’affiche rien d’autre que sa mine provocante.
Eurypylos perd les nerfs. Il hausse le ton puis s’élance bras tendu.
_ « Tu devrais déjà être mort depuis longtemps ! »
Avec une agilité déconcertante et une vitesse inattendue, Apodis esquive et riposte d’une reprise de volée acrobatique. Il se réceptionne et poursuit de trois directs en pleine poitrine.
L’Ange réagit d’un crochet du droit mais, à peine celui-ci encaissé en plein visage, le Saint déclenche un coup de pied dans le flanc gauche de son adversaire.
Le choc est si violent, que dans les travées, tous entendent la Glory se fissurer sur le coup.
Eurypylos recule en se tenant ses côtes brisées : « Impo… »
Il n'a pas fini sa phrase qu’Apodis arrive par les airs pour balancer toute sa puissance dans son poing droit. Autour de lui, son aura devenue dorée dessine un oiseau majestueux qui déploie ses ailes avant de foncer sur son adversaire : « Frantic Fury ! »
L’impact contre le sommet du crâne d’Eurypylos est si puissant que les yeux de l’ange sortent de leurs orbites et que du sang coagulé, certainement mêlé à des morceaux d’organes réduits en bouillis, jaillit de ses orifices.

Complètement démantibulé, le cadavre d’Eurypylos s’écroule et implose sous l’attention de spectateurs médusés.
Les sifflets cessent.
Le vent emporte au loin le bruit de la détonation provoquée par la destruction du corps d’Eurypylos.
Le bruissement de l’eau qui chute au pied de l’arène dans l’Hyperdimension devient audible et son chuintement angoissant peut même être reconnu dans les travées aphasiques.

En haut, Zeus passe sa main dans ses cheveux blancs grisonnants qui se mêlent à sa barbe. Sa voix détonne : « Intéressant. »
Il lance ainsi les premiers échos des spectateurs qui plus bas s’échangent :
_ « Il a commis l’outrage de tuer un Ange.
_ Sa folie n’a pas de limite
_ Le moindre de ses souffles est un sacrilège pour nous autres.
_ … »
Apodis pourrait y prêter attention, s’il cessait de fixer avec hargne Hestia et d’adresser contre elle son cosmos hostile.
Hestia, elle, se cramponne aux accoudoirs de son siège. Les voix s’élèvent de plus en plus fort. Néanmoins, le tollé dont est victime Apodis ne vient même pas à ses oreilles. Les battements de son c½ur sont trop forts pour lui permettre d’entendre autre chose que sa peur.

Déméter, elle, reste insensible en apparence mais, au fond d’elle intéressée, remarque : « Contrairement à ce qu’il pensait, cet humain a fait d’énormes progrès. En plus de sa force et de sa vitesse, il a entraîné sa résistance. Ainsi il a pris le temps d’analyser les mouvements de son ennemi pour le devancer. Astucieux. »
Élégante et majestueuse dans son affriolante robe blanche, Aphrodite se contente de claquer des doigts pour ramener le calme autour d’elle.

Immédiatement, depuis les airs, ailes d’angelot dans le vent, arrive un nouveau chevalier céleste.


A Jamir, à l’intérieur de la tour, dans les étages supérieurs, sur des tapis brodés aux motifs orientaux, Nicol, Médée et Yulij, sont assis autour d’une table en compagnie de Marin.
Celle-ci, dos tourné, enlève son masque un instant pour déguster la tisane qui lui est servie.

Resté debout, en retrait, à l’encadrement d’une fenêtre, Mei observe l’horizon d’un air songeur : « Donc si j’ai bien compris, tu as affronté une déesse de l'Olympe et pas des moindres, en compagnie d’Hébé et d’une partie de son armée ?
_ En effet. Tous mes compagnons sont morts pour me permettre de récupérer le Jonc d’Athéna. »
Yulij, comme Médée et Mei, reste crédule : « C’est quoi le Jonc d’Athéna ? »
Marin restant bien étrangement silencieuse, Nicol éclaire ses amis des connaissances qu’il tire de son défunt professeur Arlès : « Après la première Guerre Sainte qu’elle dut livrer, malgré la victoire, Athéna comprit que son armée avait besoin d’un réel meneur. Durant cette bataille, Pégase s’illustra particulièrement. Comme pour les suivantes. Elle confia alors à sa Chouette, sa messagère personnelle, d’être à chaque réincarnation proche de Pégase afin de le réunir à Athéna. A chaque réincarnation, Pégase et la Chouette sont dotés d’un bracelet destiné à les identifier et à les réunir. Il s’agit des Joncs d’Athéna. »
Mei se rapproche de la table en agitant son doigt : « Attends, attends, attends. On parle quand même d’artefacts divins. D'accord pour cette histoire de Joncs d’Athéna, mais moi ce qui m’inquiète le plus, c’est cette histoire de pendentifs de Zeus. »
Visage à nouveau caché après son breuvage, Marin baisse la tête : « Comme Pégase et la Chouette sont liés, je suis liée à mon frère qui s’est réincarné comme moi en portant une clochette à la forme particulière. Il s’agit des pendentifs de Zeus. Tout comme je soupçonne l’Olympe d’être à l’origine de l’enlèvement du Jonc de la Chouette, je suis persuadée qu’ils ont ma clochette.
_ Donc tu voudrais venir ici, pour savoir de Mû, comment faire pour se rendre en Olympe, croit comprendre Mei ?
_ Hélas, mon mari est parti hier. La situation au Sanctuaire implique son retour impératif, s’excuserait presque la douce et chaleureuse Médée.
_ N’en soit pas désolée Médée. Et non, je ne cherche pas à me rendre en Olympe. Pour se faire, je sais comment agir. Et mon pendentif me serait indispensable. J’ai pu découvrir en ôtant le sceau qui retenait le jonc dans le temple d’Hestia,  quelques indices sur le lieu où était retenu mon Pendentif. Du moins, j’ai eu quelques flashs et les connaissances de Mû m’auraient sans doute permis de combler les lacunes restantes.
 _ Bref, nous sommes dans une impasse. Allons Yulij, partons nous entraîner, ça vaut mieux. Nous pourrons ainsi rejoindre Mû et combattre avec ceux qui se révoltent contre le Pope, s’impatiente Mei en tirant par le bras son amante. »

Médée, elle, débarrasse le plateau et laisse Nicol, extrêmement pensif, en compagnie d’une Marin totalement perdue.
_ « Moi dans tout ça, ce que j’aimerai savoir, c’est quel est ton rôle dans toute cette histoire ? Je veux dire, Pégase et la Chouette sont liés à Athéna. Toi et ton frère à Zeus. Mais pourquoi ? Que fais-tu sur Terre ? »
Marin regarde autour d’eux pour s’assurer qu’aucune mauvaise langue ne soit restée dans les parages : « Lorsqu’il a laissé la Terre à sa fille, Zeus aimait profondément les humains. Et ceux-ci lui vouaient, comme à tous les dieux de l'Olympe, une foi inébranlable. Quand les Guerres Saintes contre Athéna ont éclaté, ses rivaux les justifiaient auprès de Zeus comme étant des actes de punition envers ces hommes qui ne respectaient plus leur planète et encore moins les dieux. Ne voulant croire à cela et impressionné par le dévouement de sa fille envers les hommes, Zeus a maintenu sa confiance en Athéna. Seulement, Poséidon et Hadès n’étaient pas les seuls à se plaindre de la passion de moins en moins entretenus des hommes pour eux. Dans l’Olympe, d’autres vinrent apprendre à Zeus l’émancipation progressive des humains. Ne voulant prendre de décision trop hâtive, il choisit de réincarner à chaque époque ses deux sujets les plus fidèles, son Aigle et son Trait de Foudre. Porteurs des Pendentifs de Zeus, ils pouvaient aller et venir à leur guise du monde des mortels à l'Olympe. Des Olympiens vivant sur Terre. Générations après générations, ils confirmaient à Zeus que l’homme perdait la foi mais qu’ils se réfugiaient dans d’autres valeurs, telles que l’amour et la solidarité. En même temps furieux et curieux, il choisit de se retirer définitivement de ce débat. Ne demandant à son Aigle et à son Trait de Foudre de ne l’avertir que si Athéna, trop attachée aux hommes, outrepassent ses droits, ou si l’un de ses ennemis attente à l’équilibre du monde. Malheureusement, dans l’Olympe, d’autres dieux ne l’entendirent pas ainsi et refusèrent de laisser plus longtemps Athéna et les hommes vivre sans leur exprimer la moindre reconnaissance. Ils profitèrent de nos jeunes réincarnations à mon frère et moi pour nous mettre hors jeu. Mon pendentif m’a été subtilisé et j’ignore tout de ce qu’il a pu advenir de mon frère. Aujourd’hui Zeus est seul, pensant que même ses sujets les plus fidèles l’ont abandonné, entouré par des dieux médisants qui ne rêvent que d’une chose, soumettre à nouveau les hommes. »
Alors que de telles révélations en feraient frémir plus d’un, Nicol, absorbé, se gratte le menton : « Si ce que tu dis est vrai, alors la Terre risque de vivre la Guerre Sainte la plus meurtrière qui soit. Tout va se jouer maintenant, en notre époque.
_ Je le pense aussi. Poséidon, Hadès et les autres ne seront que des épreuves cette fois-ci. Le vrai danger, c’est l’Olympe.
_ Je sais que l’idéal serait que tu récupères ton pendentif et que tu alertes Zeus de tout ce qui se trame, comprend Nicol préoccupé. Cependant, pour qu’Athéna puisse se montrer à la hauteur des épreuves qui nous attend, il me semble impératif qu’elle puisse récupérer son Sanctuaire. Tu ne penses pas ?
_ Si bien sûr. De toute manière, sans Mû, je ne sais pas qui pourra interpréter les signes qui me sont apparus.
_ Mon maître, Arlès, et son frère, le Grand Pope Shion, auraient pu…
_ Tu les as connu tous les deux ?
_ Jusqu’à ce qu’ils disparaissent au sein même du Sanctuaire, oui. Mon maître m’apprenait même à lire les étoiles comme le faisait le Grand Pope. Il disait qu’un jour peut-être je pourrai monter sur Star Hill y établir des prophéties. »
Un déclic surprend tout à coup Marin : « Star Hill ! Tout à l’heure tu m’as bien dis qu’après qu’ils aient disparu, tu as cherché quasiment dans tout le Sanctuaire ton maître et le Grand Pope en vain ?!
_ Oui. Hormis l’armure d’Arlès prisonnière à Dignity Hill, je n’ai jamais rien retrouvé.
_ Et sur Star Hill ? Tu aurais peut-être pu y apprendre quelque chose ?
_ J’y avais songé. Mais l'escalade de ce pic rocheux nécessite des capacités surpassant même le niveau d’un simple Saint d’or. »
Sous son masque, Marine sourit : « N’oublie pas qu’à l’origine je ne suis pas humaine.
_ Tu comptes t’y rendre ?
_ Je n’ai pas spécialement le choix. La Chouette n’étant jamais apparu pour protéger Pégase, il me faut alors aider Pégase à vaincre l’usurpateur qui occupe le trône de Grand Pope. Pégase est trop important pour qu’on puisse le laisser mourir bêtement.
_ Je comprends. »

Médée les rejoint avec un plateau sur lequel sont disposés quelques étoffes, des huiles locales et du coton : « Tu nous feras le plaisir de prendre d’abord une nuit de repos avant de reprendre ta route. Tu trouveras derrière la tour, en direction du village où vivent encore quelques Muviens, un cours d’eau où tu pourras te prendre une agréable toilette. »
Marin espère pouvoir protester mais Nicol lui prend sagement la main et la devance : « Bien sûr qu’elle va rester se ressourcer ici. Un bon repas et un peu de repos n’ont jamais tué personne. Et puis comme ça Marin pourra me parler des signes qu’elle aurait voulu que Mû interprète. Qui sait, peut-être en sais-je suffisamment pour la mettre sur la voie ? »


Dans le Coliseum en Olympe, sur la surface carrelée où il a triomphé d’Eurypylos, Apodis découvre son nouvel adversaire.
Fort bien apprêté dans son armure semblable à celles des autres anges, celui-ci présente un teint plus halé. Ses cheveux couleurs feu, s’accommodent à merveille avec son regard brûlant et ses anneaux orangés accrochés à ses oreilles.

Depuis la loge d’honneur, Apollon balance : « Memnon ! Voici un des meilleurs Anges au service d’Aphrodite. »
Aux côtés du Dieu du Soleil, Zeus s’affaisse confortablement dans son trône : « Espérons que ce combat soit plus divertissant. »
Les autres divinités écarquillent leurs yeux après cette déclaration. Quand eux attendent la punition d’un vulgaire humain, Zeus, favorable envers les hommes jusqu’à peu, s’impatiente de voir ce qu’un être à la solde d’Athéna peut avoir à montrer.

Dans l’arène, Apodis, conspué, ne compte pas attendre d’être mis à terre comme face à Eurypylos.
Memnon s’avance en lévitant grâce à ses ailes d’énergie. Bien silencieux, il ne prend même pas la peine de se présenter à son adversaire. Le dédaigneux Olympien engage même les hostilités en lui crachant dessus.
Apodis esquive la salive de son ennemi qui en profite pour lui asséner un coup de coude en pleine pommette, la fendant sur le coup. Malgré l’impact, l’humain parvient à lancer suffisamment haut sa jambe pour lui rendre la pareille et lui égratigner la joue.

C’est la consternation dans la foule. Les apostrophes manquent, tant le répertoire a eu le temps d’être usé en raison de la grande résistance du Grec.

Néanmoins, l’Ange, toujours en l’air, n’abdique pas. Son regard, toujours aussi sévère, attire inexorablement Apodis. Involontairement, le chevalier de bronze est plongé dans ces yeux ardents. Ceux-ci semblent projeter des chatoiements dans le cerveau d’Apodis. Pour la première fois, l’Ange fait entendre sa voix en nommant son arcane : « Curtain Falls. »
Alors qu’il reprenait sa garde, Apodis est immobilisé, voire statufié. Ses yeux n’expriment plus rien, son souffle est court.

Au sommet, Héphaïstos de sa voix grondante est amusé : « Memnon n’a jamais été du genre à aimer perdre son temps n’est-ce pas Aphrodite ?
_ En effet. Même s’il n’a aucun respect pour son adversaire, Memnon ne joue pas avec lui. »
Portant noblement son pétase sur la tête, Hermès s’étonne : « Tout de même. Utiliser le Curtain Falls. »
Soudain, l’air derrière eux semble les aspirer. Zeus ouvre sa bouche pour commenter à son tour : « Le Curtain Falls. Le Rideau Tombe. Cette attaque psychique annihile totalement le système nerveux. L’être qui la subit est plongé à tout jamais dans les souvenirs du passé. Son esprit en est prisonnier et ne peut plus contrôler son corps. Ce Saint d’Athéna va mourir à petit feu. Son corps se décomposera sans qu’il ne s’en aperçoive, noyé dans les sentiments qui l’habitent. »
Toujours aussi peu rassurée, Hestia se cramponne à son siège pour se donner un élan qui surprend tout le monde. A pleins poumons, elle ordonne à Memnon : « Je refuse d’attendre qu’il meurt ! Chaque souffle qu’il recrache encore est une injure envers moi ! Qu’on l’achève ! »

A côté d’Apodis, l’Ange d’Aphrodite courbe l’échine, comme pour approuver l’ordre donné par Hestia.
Il plane jusqu’à lui et se laisse tomber pied en avant, en plein dans le foie de son adversaire qui était resté debout. Totalement amorphe.
Il décoche une droite à ce qui n’est plus rien d’autre qu’un sac de sable. Tout son corps est martelé, le sang coule à flot sans qu’Apodis ne puisse réagir.

L’attraction du cosmos d’Artémis prend totalement place après que le soleil d'Apollon n’ait chauffé le domaine céleste toute la journée.
Les serviteurs de l’Olympe allument les immenses torches qui encerclent la surface et réfléchissent leurs lueurs chatoyantes sur le carrelage inondé de sang.
La nuit tombante annonce pour Apodis une longue et pénible soirée…


Sur le chemin de retour du village des Muviens, Nicol et Marin rient de la réaction du peuple de Mû : « Je n’arrive pas à y croire. Ils étaient encore plus enchantés que moi, qu’on puisse se rencontrer. »
Nicol, mains derrière le dos, s’en amuse : « C’est normal, les Muviens sont très croyants. Et là, ils ont eu affaire à l’Aigle en personne. Eux qui sont habitués à former et à recevoir des Saints, ils ont eu droit à la présence d’une Olympienne.
_ Dans l’âme. Car de sang et de naissance, je suis humaine, comme toi. »
Nicol fixe le masque de la jeune femme avec insistance. Sa voix est empruntée : « Mais tu as quelque chose de spécial. Le Pendentif de Zeus t’accordera tes vrais pouvoirs. Ceux-ci sont scellés actuellement.
_ Il est vrai qu’à la base le Trait de Foudre et moi-même sommes semblables aux Anges en origine et en force. Seulement, plus les jours passent et plus je désespère. »

A mi-chemin entre la tour de garde et le village des Muviens, Nicol saisit les mains de Marin et la dévisage : « Je refuse de te laisser t’abattre ainsi. Ce n’est pas parce que les signes que tu as entraperçu ; une tribu de guerrier dans une jungle tropicale, des guerriers en forme de jaguars humanoïdes ; ne m’éclairent pas plus, que personne ne peut le faire. Quand tu seras au Sanctuaire, une fois la bataille terminée, peut-être que Mû saura les interpréter. »
Ne pouvant lui rendre le sourire chaleureux qu’il lui témoigne, Marin laisse glisser ses bras à l’intérieur des mains de Nicol qui la retiennent. Elle caresse alors avec les siens ses doigts longs et doux. Bien qu’il a vécu dans la misère et travaillé de ses mains durant treize ans, les membres de Nicol sont magnifiques, aussi soignés que son visage est raffiné.
A cet instant, ni l’un ni l’autre ne savent quoi dire. Leurs gorges se nouent et leurs corps deviennent moites.
Cela fait bien longtemps que Nicol n’avait pas été si proche d’une femme, mais ses manières de gentleman lui interdisent d’ôter le masque qui le cache d’un portrait dont il rêve de convoitise. « Il me serait si simple de le lui retirer, se morfond-il. »
Elle, haletante dessous sa parure, seule et en manque d’affection depuis sa séparation brutale avec Aiolia se surprend à vouloir sentir cet homme au plus près d’elle : « Son charme dégage tellement de bien-être. »
Finalement, elle dépose sa tête contre son athlétique torse et se contente de lui dire : « Merci pour cette attention portée sur moi. J’en ai eu tellement besoin ces derniers mois. »
Il ouvre la bouche sans finalement être capable de lui dire ce qu’il a sur le c½ur. Somme toute, il lui passe le bras dans le creux de ses reins afin de l’étreindre davantage et de soulager la Japonaise, convaincu que ce geste vaut bien plus que des mots.


En Olympe, dans les gradins, les applaudissements et les acclamations retentissent de plus belle.
La fraîcheur de la nuit tombée ne calme pas la foule.
Presque tous s’agenouillent en direction des dieux pour leur consacrer quelques louanges que leurs idoles, pourtant si friandes de tant d’égards, ignorent totalement.

Sous les yeux des emblématiques seigneurs, seule la correction d’Apodis incombe.
Celui-ci, insensible aux coups qui lui sont adressés, immobilisé par l’arcane de Memnon, ne sent pas ses plaies s’ouvrir ni ses os craquer. Il est totalement absorbé par sa mémoire…

Flashback
1982 - Un beau jour comme les autres, alors qu’il achevait son tour de garde, Apodis s’étonnait de ne pas voir Netsuai sur le chemin du retour.
A mesure qu’il regagnait Paesco, il percevait une profonde réserve de sentiment inhabituelle chez les villageois. Aucun n’osait le regarder dans les yeux.
Alors qu’il approchait peu à peu le c½ur du village, il remarquait un attroupement autour de la maison d’Orphée. Tous portaient le deuil.
_ « Que se passe-t-il, interroge Apodis ? »
Sans même attendre de réponse, il força la porte de la demeure de son maître et fut témoin d’une horrible scène.
Allongée, en sanglot, par-dessus le cadavre de sa s½ur, Netsuai était rongée par le chagrin.
Devant elles, Orphée, le regard vide, le visage bleui par les larmes, muré dans le silence, se basculait sur sa chaise.
Apodis passa sa main sur sa bouche lorsqu’il observa le teint livide de la défunte : « Eu… Eurydice… Mais comment est-ce possible ? »
Trop affectée, Netsuai ne put rien dire. La réponse était si insoutenable, qu’elle plongea davantage dans le chagrin.
Orphée, sans exprimer la moindre vivacité ni dans son ton, ni dans le regard, ni dans les gestes, expliqua d’une voix basse : « Je peux tuer facilement. Je peux sentir n’importe quel danger. Je donnerai ma vie pour ma bien-aimée. Toujours. Toujours je lui ai assuré qu’elle pouvait vivre sans crainte à mes côtés. J’ai éliminé les adversaires du Sanctuaire. Je l’ai protégé des guerriers d’Arès. Et là… Un serpent. Comme dans la mythologie. Un ridicule… Serpent ! »

Ne sachant que faire, debout les bras ballants, Apodis choisit de venir détacher Netsuai de sa s½ur pour l’étreindre contre lui.
Ensemble, ils s’assirent dans un fauteuil à attendre.
Attendre le regarde vide.
Attendre sans savoir que dire. Que faire.
Attendre qu’Orphée se décide d’agir, n'ayant aucune autre solution que de préparer ses funérailles.
Il attendit que Netsuai s’endorme pour se lever et décréter : « Il faut que j'aille l'arracher des griffes d'Hadès ! »
Apodis déposa délicatement son amie reposant dans les bras de Morphée avant d’ouvrir en grand les bras : « Malgré tout le respect que je vous dois maître, laissez-moi vous dire que c’est de la folie !
_ Tu crois que je ne suis pas capable de réussir à atteindre le royaume des enfers ? Il me semblait pourtant t’avoir enseigné qu’il existait un sens au-delà même du septième qui permettait de contrôler sa propre conscience dans le royaume des morts.
_ Le problème ne vient pas de là maître. Vous m’avez vous-même appris qu’il était contre nature et égoïste de vouloir faire revivre les morts.
_ Ne soit pas stupide Apodis, s’énerva Orphée lui qui était habituellement si serein en l’empoignant ! Imagine s’il s’agissait de Netsuai ! Tu ne ferais pas tout pour la ramener près de toi ?
_ Athéna l’a accompagné jusque dans l’au-delà. Cela s’arrête là, assure Apodis qui se défit de son maître d’un mouvement d’épaule. Quitter le Sanctuaire sans accord est un acte de haute trahison. Et je ne parle pas de votre projet de requête auprès d’Hadès. »
Il tourna le dos à son professeur et assura : « Maître, je préférerai que vous renonciez et je vais faire comme si vous n’aviez rien dit. »
Soudain, un picotement parcourut tout le corps du jeune Grec. Son corps se raidit et un lien fin et solide l’enserra. Orphée arborait sa lyre : « Hélas mon garçon, ma décision est prise. Je suis désolé. Peut-être vivras-tu difficilement le fait que je sois catalogué comme déserteur, mais moi je ne peux vivre sans Eurydice. Je vais utiliser mon Death Trip Serenade à un niveau moindre que d’ordinaire. Tu seras plongé dans un simple sommeil pendant quelques heures. À ton réveil, je serai parti avec le corps d’Eurydice. Ne cherche pas à nous retrouver. Si je reviens, ce sera seulement victorieux. Pas autrement. Adieu Apodis et merci pour tout…
_ Maître attendez ! Ne faites pas ça !
_ Death Trip Serenade. »

Quelques heures plus tard, libéré de tout lien et de tout maléfice, la lueur d’une chandelle virevoltait à travers les paupières clauses d’Apodis. Cela le ramena à lui.
Peu à peu, légèrement étourdi par l’arcane de son maître, il se redressa et reconnut l’apparence de son amie, assise sur la couche où reposait auparavant la dépouille d’Eurydice.
Elle examinait une lettre qu’elle s’empressa de résumer à Apodis : « Il est parti avec elle. Orphée a emmené ma s½ur. Il a dit qu’il ne reviendrait pas tant, qu’il ne l'aura pas ramené parmi nous. Il parle d’un voyage que toi seul peux comprendre. Et que durant celui-ci, il offrira une sépulture digne de ce nom à Eurydice. Loin de tout. »
Le Grec se tenait la tête tant elle bourdonnait, alors qu’il se relevait. Netsuai chercha à savoir : « Qu’est-ce qu’il a voulu dire ? »
Ne préférant pas l’accabler davantage, il la serra fort contre lui et lui dissimula la vérité : « Je n’en ai aucune idée. J’imagine qu’il s’est retiré loin d’ici et qu’il consacrera le reste de sa vie à jouer de sa lyre sur la tombe de sa bien-aimée. Ils partageront dorénavant, seul à seul, la vie qu’il reste à Orphée. »
Déchirée, elle se mit sur la pointe des pieds et se nicha dans le cou de son ami pour chercher du réconfort. Il lui proposa alors : « Tu étais ici chez eux. Une page se tourne après leur départ. Ne devrais-tu pas venir vivre chez moi ? Ma demeure est suffisamment grande et… »
Contre toute attente, elle lui répondit par un délicat baiser sur les lèvres.
Pris au dépourvu, il laissa ses bras prendre le long de son corps sans réagir. Il éprouvait à cet instant une sensation nouvelle et si… chaude. Son c½ur était tel un brasier qui enflammait tout son être. Son sang chaud et brûlant alimentait son organisme.
Lorsqu’elle eut fini de lui prendre ses lèvres, c’est à son tour qu’il délivra un langoureux baiser. D’abord délicat, puis peu à peu passionné, il commença à l’agripper aux épaules avant de glisser ses mains dans son dos.
Libérée par un tel geste qui représentait un aveu de ses sentiments, elle glissa ses doigts sous le maillot de l’athlétique chevalier. Ses doigts heurtèrent chaque carré d’abdominaux qui lui dessinait une parfaite silhouette. Ils s’arrêtèrent à hauteur de ses pectoraux, durs et parfaitement assortis au reste de sa parfaite apparence.
Lui continuait à descendre dans le creux de son dos puis passa ses mains sur ses hanches pour les soulever fermement.
Elle l’enserra avec ses jambes autour de sa taille et se laissa guider dans une autre pièce de la maison où se tenait sa propre couche.
Arrivés là, il l’allongea délicatement en plongeant dans ses yeux pour lui déclarer avec sincérité à quel point il l’aime. Ce qu’elle fit, elle aussi, simultanément.
Tous deux se mirent à sourire, tant la circonstance n’était finalement pas si surprenante. Tant leurs aveux étaient une libération. Un soulagement. Après tant d’émotions en quelques heures.
Ce moment de complicité se solda par une nuit calme où tous deux finirent par s’allonger côte à côte. Épuisés par les tragiques événements du jour, ils s’endormirent en songeant à des lendemains plus radieux. À des lendemains où Apodis aspirerait à ce sens, qui allait au-delà du septième. Comme l’avait fait Orphée auparavant.
Flashback

Défiguré, le visage et la poitrine couverts de sang, le corps d’Apodis voltige dans toute l’arène sous les va et vient de la brutalité encouragée par les spectateurs.
Memnon s’étonne qu’après les nombreuses contusions infligées, son adversaire soit encore instinctivement debout. En virevoltant dans les airs tout autour de lui comme pour mieux l’observer, l’Ange choisit enfin de toucher terre pour venir soulever son menton.
Immédiatement, son apparence austère change radicalement. Il est stupéfait par les yeux révulsés d’Apodis et par ses lèvres qui bougent toutes seules.
Il recule d’un pas tremblant face à son adversaire en transe.

Au plus proche des cieux, Zeus tend l’oreille d’un air satisfait, tandis que les siens optent pour le silence afin de mieux entendre les paroles du cadavre ambulant.

Sous eux, l’euphorie des spectateurs s’essouffle à nouveau. Jusqu’à obtenir un calme suffisant pour distinguer les murmures d’Apodis : « … Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… »
Le Saint de bronze continue de répéter en boucle cette phrase, de plus en plus fort, comme s’il redevenait lucide.

Tout autour de son poing, Memnon concentre son cosmos et choisit de donner sans plus tarder le coup de grâce.
Alors qu’il allait heurter Apodis en plein c½ur, celui-ci se saisit du poing adversaire avec une vitesse déconcertante. D’une force inouïe, il lui brise le poignet en le fixant avec une expression à nouveau déterminée : « Je dois te remercier. Grâce à toi je me suis souvenu de ce que mon maître Orphée me disait de l’Arayashiki : « Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort. » ».
Le bruit de fracas des os et de la Glory de Memnon accompagne le flot de sang qui s’en suit. Apodis poursuit : « Même si je meurs peu à peu, je reste maître de ma volonté. Et c’est celle-ci qui guide mon destin. »
Avec son second poing, l’Ange essaie de balancer une nouvelle droite devant laquelle Apodis s’accroupit et répond d’un direct du gauche. Le choc violent oblige Memnon à se plier en deux. Il espère lui balayer les jambes avec la sienne, mais Apodis se déplace suffisamment vite pour venir le cogner du genou derrière le crâne.
L’Ange retombe jusque devant la loge d’honneur, le diadème de son armure brisée et le visage souillé d’hémoglobine.
Pendant qu’Apodis approche de Memnon pour l’achever, deux autres Anges arrivent par les airs, chacun sur un flanc.
Aussi bien protégés que leurs semblables, les deux Anges foncent à vive allure sur Apodis qui ne prend même pas la peine de les étudier.
Sans même savoir à quoi ils ressemblent réellement, il concentre dans ses poings tout son cosmos doré et libère derrière lui l’image d’un oiseau battant des ailes : « Wing Jikan No Yoyu ! »
Le Battement d’Ailes Majestueux de l’Oiseau de Paradis déclenche un véritable cyclone. Il anéantit le vol de ses ennemis, les emporte, les balaie, les lacère et les fait imploser sans qu’ils aient eu le temps de montrer leurs visages.
Après un tel exploit, l’homme chute sur ses genoux, les bras lui retombant le long du corps.
Totalement désabusé, à bout de force, Apodis lève malgré tout son visage pour défier une fois de plus Hestia.

Dans les tribunes, fortement secoué par le prodige opéré par Apodis, le peuple implore des yeux leurs dieux de les débarrasser de ce fléau. Certains prient, suivis d’autres qui se mettent à genoux et supplient qu’un terme soit mis à la vie de cet hérétique.

Ceux-ci ne répondent rien, l’angoisse d’Hestia est palpable tandis qu’Apollon reste digne et discret.

Déshonoré, Memnon titube jusqu’à son adversaire agenouillé. Sans crier garde, il lui flanque un violent coup de pied en plein buste.
Emporté en arrière, condamné à s’écrouler sur le dos, Apodis compte avec l’énergie du désespoir sur sa musculature abdominale pour se relancer en avant. Il bondit, poing chargé de sa cosmo énergie, en plein visage de son adversaire. Le choc, juste entre les deux yeux, est si violent que Memnon recule se tenant la tête entre les mains, la rétine brûlée par l’impact.
Comptant malgré tout sur des sens hyper accrus, le guerrier à la peau brunie utilise son dernier bras valide pour riposter. Cette fois-ci, c’est Apodis qui fléchit, désorienté.
Memnon en profite pour lui agripper la gorge et pour la lui serrer jusqu’à ce qu’il manque de souffle ou bien que sa nuque se brise.
Puisque Memnon profite d’une allonge plus grande, Apodis balance irrémédiablement ses bras en avant sans pouvoir faire grand-chose. Par miracle, il finit par réussir à attraper un des anneaux accrochés aux oreilles de Memnon. Il tire fort dessus et lui arrache le lobe. Éclaboussé par son sang, Memnon lâche prise sur le coup. Apodis en profite pour envoyer un crochet en direction de l’oreille blessée pour accentuer la douleur.
Perdu après une telle correction, Memnon erre sur la surface noyée d'hémoglobine, sans reprendre sa garde. Apodis se jette de tout son poids et vient le cogner avec ses deux genoux dans les reins. Memnon plonge tête en avant et glisse sur le parterre souillé.

Épuisé, Apodis traîne la jambe jusqu’à son adversaire qui rampe pitoyablement en espérant pouvoir se relever.
L’Oiseau de Paradis, du tranchant de la main, achève son ennemi d’un coup sec derrière la nuque.
Ce qui reste de son corps implose pour ne laisser qu’un homme au milieu d’une foule hostile. Sous les yeux de dieux enragés.
Pourtant, l’homme, est réduit à s’asseoir sur son postérieur. Ne pouvant plus lever le petit doigt, il ne perd pas de vue Hestia pour autant.

5
Only for Love / Re: Chapitre 6
« on: 29 June 2020 à 18h50 »
NEWS

Cette version du chapitre 6 est une version rééditée de la publication originale du 1er mai 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

6
Only for Love / Chapitre 61
« on: 15 June 2020 à 20h37 »
Chapitre 61

La fin de l’automne n’a aucun effet sur les dunes de sable en altitude à proximité d’Oran.
Dans ce territoire annexé du Sanctuaire, le soleil est ardent chaque jour de l’année. Même ce 8 décembre 1986.
Reculé de la ville haute, dans les monts de l’Aidour, cet ancien siège politique d’Athéna a été ravagé il y a des centaines d’années, lors d’une bataille opposant le domaine sacré aux dieux Egyptiens. Depuis, les ruines des temples détruits servent d’abris aux nombreux apprentis dans ce qui est devenu désormais un camp d’entraînement pour Saints, aujourd’hui dirigé par Lilium Saint de bronze de l’Octant.

Revenu la tête basse du Japon depuis plusieurs semaines, Jabu s’entraîne à l’écart, dans le désert qui entoure le camp.
Vexé par sa défaite lors de la Galaxian War, le chevalier de bronze se montre plus humble qu’autrefois. Alors qu’il aurait pris par le passé plaisir d’humilier les autres apprentis, la Licorne préfère s’exercer au loin, pour ne pas leur faire d’ombre.
Habillé d’une tunique violette sous sa djellaba en coton, Jabu supporte désormais parfaitement la chaleur. Il n’éprouve aucune gêne à respirer, malgré l’atmosphère étouffante. Le sable, ces petits grains résultant de la désagrégation des roches, ne lui brûlent plus la peau.
Sa cosmo énergie violacée virevolte tout autour de lui, tandis qu’il frappe le vide à une vitesse qui l’épate lui-même : « Mes mouvements sont beaucoup plus rapides que lorsque je suis rentré au Japon. Ils sont également plus souples. »
Néanmoins, quelque chose le tracasse : « Lilium m’avait assurée qu’elle viendrait m’aider à développer le Unicorn Gallop. Il est étonnant qu’elle ne soit pas encore arrivée. Je ferai mieux de regagner le camp… »


En Grèce, sous l’Aréopage, à des kilomètres de profondeur, bien en dessous des ruines que les touristes visitent encore malgré l’arrivée prochaine de l’hiver, le sanctuaire d’Arès est animé par le son d’une cornemuse du diable.
Au sommet du temple en forme de cône, dans la chambrée la plus haute, marbrée du sol au plafond comme l’entièreté de l’Aréopage, Vasiliás reste suspendu au balcon de sa chambre à observer Arès manipuler son orgue. L’instrument produit un retentissement infernal dans l’ensemble de l’Aréopage.
Placé au rez-de-chaussée, sur l’estrade au fond de la pièce principale où siège le trône d’Arès, les longs et larges tuyaux de l’orgue dégagent un bourdonnement, qui atteint chaque niveau du temple.
Le général arèsien est pensif. Vêtu d’une tunique blanche, les poignets et les mains pansés par des bandelettes en papier, il se frotte sa barbe de deux jours, aussi courte que ses cheveux qui couvrent d’à peine trois millimètres son crâne rasé.
Derrière lui, sur un valet de chambre, repose son costume blanc qu’il portait avec plaisir lorsqu’il côtoyait encore le monde contemporain.
Ses beaux yeux bleus aux reflets verts regardent sans les voir vraiment, les nymphes couchées autour d’Arès. Vautrées sur des tapis et d’épais oreillers dorés qui couvrent l’estrade, elles s’enivrent en vidant des jarres de vins au beau milieu de pièces d’or.
Contre les murs du cône, de haut en bas, derrière des vitraux rouges, scintillent des torches qui se reflètent sur les pièces d’or et les étoffes couvrant le plateau et leur donnent une teinte sanguine.
Au sommet, le visage rougit par le scintillement des flammèches tamisées par les parois cristallines écarlates, Vasiliás perçoit la présence d’une jeune femme à l’encadrement de sa porte : « Puis-je t’aider Atychia ? »
Vêtue d’une courte jupe blanche dont la soie remonte en deux épaisses bretelles pour dissimuler sa poitrine, la Bulgare s’agenouille instantanément : « Pardonne mon intrusion Vasiliás. Je m’inquiète simplement de ne pas te voir depuis ce matin auprès de nos soldats. »
Vasiliás se retourne et lui envoie un sourire fort sympathique : « Merci de te soucier de moi, Berserker du Malheur. »
Ses yeux bleus remarquent que le reflet des diamants que porte Vasiliás à ses oreilles s’accommodent à merveille à son regard sincère.
Troublée, la jeune femme baisse la tête vers le sol : « Tromos veille sur nos troupes. Néanmoins, cette armée c’est toi qui l’as façonné. Tu as donné un sens à la vie de beaucoup de gens ici. Moi compris. Je pense que descendre saluer tes hommes, comme tu le fais chaque jour, est plus intelligent que de rester dans ta chambre à broyer du noir. »
Reconnaissant comme juste les propos de sa seconde, Vasiliás dirige légèrement son buste en direction de la débauche dans laquelle se complet Arès : « Tu as raison. Je me demandais simplement ce qu’Arès attend de nous. »
Atychia passe l’épaisse tresse qui coiffe ses longs cheveux blonds derrière son dos et demande d’une voix peu assurée : « Puis-je te soumettre ma pensée ? »
L’Américain tend son bras en direction de son lit pour inviter la guerrière à s’y asseoir au coin.
Elle racle sa gorge avant d’émettre ses soupçons : « Et bien, ne trouves-tu pas étrange que le Dieu de la Guerre accepte de se mettre en retrait pour confier son armée à un humain, à qui il accorde la faveur de le faire Roi de la Terre ? »
Vasiliás se positionne à côté de la jeune femme, les coudes sur les genoux et les mains entremêlées. Il reste silencieux de longues secondes avant de dire simplement : « Il sait que je peux lui rapporter la victoire et que le combat que nous mènerons sera sanglant. De quoi le satisfaire. C’est tout.
_ Il se contenterait uniquement de ça ? Je veux dire, tu vas aller risquer ta vie dans le Meikai pour récupérer son armure. Tu vas lui donner les pleins pouvoirs. N’as-tu pas peur qu’il ne tienne pas parole ?
_ J’ai besoin qu’il dispose de toutes ses forces pour qu’il puisse vaincre Athéna.
_ Risquer tant de vies, pour que tu puisses contrôler le Sanctuaire et le monde, le jeu en vaut-il vraiment la chandelle ? »
L’ancien prétendant à l’armure d’or du Lion, reste les yeux rivés sur son costume afin de ne pas croiser le regard de son soldat, de peur de céder à l’émotion : « C’est le Sanctuaire qui m’a retiré à ma famille, pour faire de moi un défenseur de la paix et de la justice. Lorsque j’ai disparu, mes parents en sont morts. Et lorsque j’ai prouvé que j’étais le meilleur, l’armure d’or n’a pas voulu de moi. Pire, j’ai été chassé par le Sanctuaire. Par Athéna. Et pendant ce temps, tous les gens que j’ai aimés dans ma vie d’homme sont morts. Il ne me restait plus que mon grand-père pour me reconstruire dans le monde contemporain. J’ai suivi ses valeurs qui font de moi ce que je suis aujourd’hui, pour reprendre l’entreprise familiale et la développer. Je vivais comme un être humain lambda, rendais heureux mes employés, et m’en accommodais. Mais le Sanctuaire m’a retrouvé. Me bannir ne leur suffisait pas. Il leur fallait m’éliminer. J’ai encore perdu ceux qui m’entouraient. Pas une fois Athéna n’a présenté sa clémence à un homme qui oeuvrait pour le bien d’autrui. Alors aujourd’hui, je le dis, défendre Arès, n’est pas pire que de défendre Athéna. Et gouverner en son nom, permettra d’instaurer un règne de terreur. J’apporterai au monde les promesses faites aux soldats qui ont incorporés notre armée. Un monde sans guerre, sans criminalité. Les êtres mauvais craindront d’être frappés à coup sûr par ma justice royale et les gens réaliseront pour la première fois quelle façon de vivre est juste. Si le monde change, l’homme change. Un monde fait de respect envers autrui et envers les règles de savoir vivre.
_ As-tu la garantie qu’Arès respectera sa parole, insiste Atychia ?
_ Si tel n’est pas le cas, je trouverai une solution. J’ai dépassé le niveau de l’homme. J’ai surpassé mes capacités qui étaient équivalentes à celles d’un Saint d’or. Je suis à mi-chemin entre l’homme et dieu. Et avec le Sanctuaire d’Athéna entre mes mains, je trouverais bien une solution pour contenir le cosmos d’Arès s’il le fallait.
_ Tu complotes énormément. J’ai l’impression que l’influence de Ksénia sur toi a eu des effets néfastes. Je te l’ai déjà dit : à force de complots, on finit un jour par être soi-même victime. »
Le nom de la Russe frappe Vasiliás en plein c½ur : « Ne dis pas de sottises, cela fait plus de deux mois que je suis sans nouvelles d’elle. Et cela n’altère en rien mon jugement.
_ Tu as l’air très peiné, à l’idée qu’elle soit loin de toi, grimace-t-elle.
_ J’avoue. Je pense chaque jour à elle.
_ Un peu comme moi vis-à-vis de toi, empourpra la Berserker ses joues.
_ Je… Je ne sais pas quoi te dire, se plonge stupéfait le Roi dans le regard troublé d’Atychia.
_ Ne dis rien. Après tout, c’est mieux comme ça. Je dois savoir faire la part des choses. Hormis le fait que tu me plais énormément, l’idée que je seconde ton projet, en compagnie de Tromos, doit influencer mes décisions.
_ C’est donc que le monde que je veux créer te convient ?
_ Quand tu es venue me chercher j’étais à la merci de mon maître. Cet ancien émissaire du domaine sacré s’était retiré dans un village reculé de Bulgarie. Il y a massacré tous ses habitants et m’a gardé avec lui. Dès mon plus jeune âge, il a abusé de moi et m’a considéré comme son esclave. Et puis un jour… »

Flashback
Dans son village abandonné de Bulgarie, la jeune Atychia rapportait de l’eau.
Sous les bourrasques de vent de ce mois d’octobre 1985, le poids de l’eau dans le récipient était un trop gros fardeau pour la jeune femme à l’apparence famélique et à la tenue honteusement rapiécée. Alors qu’elle allait le laisser lui échapper, un mystérieux inconnu lui ramassa en même temps qu’il la cueillit dans ses bras : « Attention mademoiselle. Je vais vous aider. »
L’homme, élégant dans son costume blanc, lui adressait un chaleureux sourire auquel la malpropre n’osa pas répondre. Son sauveur lui demanda : « Je suis étonné de tomber sur un village fantôme. Cela facilitera mes recherches cela dit. Sais-tu ce qu’est le cosmos ? J’en ai ressenti un ces derniers jours dans les environs et il présente un potentiel fort intéressant. »
Elle ne répondit rien, fort embarrassée. Il la sentait tremblante dans ses bras : « Je t’effraie peut-être ? Mon nom est Vasiliás. Et toi, comment t’appelles-tu ? »
Elle recula d’un pas, tel un animal sauvage. Vasiliás pouvait remarquer quelques hématomes sur le corps de la malheureuse : « Qui d’autre vit ici ? »
Une voix roque épargna à Atychia de s’exprimer : « C’est moi qui pose les questions ici ! »
Vasiliás se retourna et distingua un homme assis sur le capot de sa nouvelle voiture de sport rouge qu’il avait stationné au bout de l’allée déserte.
L’homme, barbu, dont on n’apercevait que les petits yeux sombres, avait le visage enrubanné.
Vasiliás n’y alla pas par quatre chemins : « Je cherchais une cosmo énergie pleine d’espoir. Je l’ai senti émettre dans les environs. Je forme une armée. Dans ton cas, je sens bien un cosmos, mais il est chargé de mal. Avant de te demander qui tu es, je vais t’ordonner de descendre de ce véhicule. Il est à moi et c’est impoli venant de ta part de t’y asseoir. »
D’un rire bien gras, son interlocuteur s’avança vers lui en bougeant fièrement ses épaules : « Ah, ah, ah… Des ordres, un cosmos, une armée. J’ai l’impression de me retrouver à nouveau messager pour le Sanctuaire. Sauf qu’à l’époque, les minets dans ton genre, on les faisait taire. Et je vais te montrer comment ! »
Alors que l’individu approchait, Vasiliás constata la peur que le grotesque personnage provoquait chez Atychia.
Une fois arrivé à sa hauteur, il n’eut pas le temps de prendre son élan, que déjà Vasiliás lui avait balayé les jambes pour lui faire mordre de la poussière.
_ « Non. Définitivement, tu n’es pas le cosmos que j’ai ressenti. »
Alors que l’ennemi se mettait à genoux dans l’espoir de se relever, Vasiliás abattit sauvagement son pied sur sa main droite. Tous ses os se brisèrent sur le coup, tandis qu’il hurlait de douleur.
_ « Bon, maintenant que tu es plus docile tu vas m’écouter. J’ai ressenti clairement une autre cosmo énergie que la tienne dans les parages. Qui d’autre encore vit ici ? »
L’inconnu brailla : « Personne ! J’ai tué tout le monde il y a près de dix ans ! Je n’ai gardé qu’elle ! Pour mes plaisirs personnels ! Si tu la veux je te la donne ! Prends-la ! Elle est très bien ! Très serviable ! Elle t’apportera beaucoup de plaisirs et… Ah ! »
Il n’eut pas la chance d’achever sa phrase que Vasiliás lui brisa un genou : « Ça suffit ! Je me passerai de tes recommandations ! »
Atychia restait en retrait sans rien dire. Elle regardait son bienfaiteur, avec un semblant d’admiration.
Vasiliás se pencha pour demander au déserteur du Sanctuaire : « Sais-tu qui je suis ? »
Grimaçant de douleur, il secoua la tête d’un signe négatif. Le Berserker lui murmura : « Je suis le Roi de cette planète. Et je commence dès à présent à punir tous les êtres malfaisants qui la peuplent. »
Le second genou de l’individu céda aussitôt sous la colère de Vasiliás.
Il fixait sans plaisir l’assassin ramper au sol pour espérer fuir.
Atychia avalait sa salive devant le malaise d’une telle scène. Elle ne savait pas si elle devait se réjouir ou craindre d’être tombée sur quelqu’un de beaucoup plus fort que son bourreau.
Pourtant elle le sentait au fond d’elle, de cet homme soigné se dégageaient une classe, une bonté et une volonté totalement différente.
Tandis que Vasiliás brisait la seconde main du bandit, Atychia vida le seau d’eau qu’elle tenait fermement contre elle, puis s’avança, comme guidée par son instinct : « Le voir ainsi lâche et faible… Réduit à l’impuissance… N’est-ce pas moi finalement la fautive dans tout ça ? N’aurai-je pas pu me défendre aussi plutôt que de me réfugier dans la peur ? »
Elle passa devant Vasiliás et toisa avec rage son tortionnaire. Ses yeux étaient inondés de larmes et son visage défiguré par un mélange profond de vengeance et de délivrance. Sans crier garde, elle fracassa le seau sur la tête de l’émissaire du Sanctuaire affaibli.
Comme cela ne suffit pas à soulager son émoi, elle lui attrapa la tête qu’elle cogna à de nombreuses reprises, de plus en plus fort, contre le sol.
Comprenant la délivrance d’Atychia, Vasiliás s’écarta discrètement et étudia son attitude.
A mesure qu’elle le massacrait, Atychia libérait inconsciemment une cosmo énergie de plus en plus visible.
C’est lorsque l’odieux individu se mit à convulser, le crâne défoncé, la cervelle dégoulinant dans les flaques d’eau et de sang, qu’elle cessa son acharnement.
Vasiliás lui prit la main, abandonnant le corps qui gesticulait nerveusement, agonisant en souffrance : « C’est donc toi que je suis venu chercher. Allez viens. Partons. »
Flashback

Atychia achève sa phrase en même temps qu’elle termine de se remémorer son passé : « … tu m’es apparu. Je te dois tellement. Je te suivrai. »
Il lui passe avec beaucoup d’émotion sa main contre sa joue et se lève en écartant les bras : « Je te remercie Atychia. Ta présence m’a rappelé à mon devoir. Je vais descendre saluer nos hommes. »
Alors qu’il passe l’encadrement de sa porte de chambre, il ne distingue pas la silhouette tapis dans l’ombre qui l’observe. Une jeune femme aux cheveux bleus. Sa tenue, stricte et scolaire, dénotant pourtant sans l’ombre d’un doute avec les lieux…


En Algérie, le camp, fort marqué par les vestiges de la Grèce antique, est étonnamment calme.
Les pas de Jabu retentissent sur les pavés couverts de sable. Ils n’étaient toutefois pas nécessaires pour que l’arrivée du chevalier soit remarquée.
Tous les apprentis, postés tout le pourtour du camp, l’attendent en le dévisageant.
Inhabituellement défiants envers lui, les neufs élèves de Lilium affichent un mépris inconcevable.
D’abord surpris, Jabu est effrayé, lorsqu’il reconnaît au milieu de la place le cadavre d’un jeune homme qui gît sur le ventre, le sang absorbé par la poussière.
Jabu se précipite vers lui en s’époumonant : « Eguski ! Eguski ! »
Il prend dans ces bras celui qu’il surnommait « l’Espagnol » à l’époque de son apprentissage de Saint où il se montrait plus arrogant qu’aujourd’hui. Les cheveux mi-longs, attachés en queue de cheval, l’hispanique a le regard éteint. Son corps est martelé de coups.  Jabu craint comprendre : « Toutes ces marques, ces blessures… C’est vous ? C’est vous n’est-ce pas, interroge-t-il ses camarades ? Vous l’avez abattu comme un chien ! Mais pourquoi ?! »
Une voix douce et familière répond fatalement : « Parce qu’il a suivi le traître. »
Jabu se retourne et reconnaît son professeur.
Mince, la peau très blanche, les longs cheveux roux, le visage masqué, Lilium apparaît vêtue de sa Cloth. Celle-ci, de couleur grise, couvre sommairement ses tibias, ses genoux, sa poitrine et ses poignets.
_ « Je ne comprends pas.
_ Une missive nous est parvenue ce matin. Tu t’es rendu coupable de trahison envers le Sanctuaire, en suivant une dénommée Saori Kido. Celle-ci se fait appeler Athéna et utilise les pouvoirs de la chevalerie à des fins personnelles.
_ C’est faux ! S’insurge Jabu. Nous avons certes combattu dans un tournoi aux yeux du monde moderne, mais dans le but de faire apparaître au grand jour le mal.
_ Silence ! Tu aggraves ton cas. Tous ici sont d’accord pour te mettre aux arrêts… »
Les neufs aspirants s’avancent d’un pas décidé en direction de Jabu tandis que la Tunisienne achève sa phrase : « … Pour exécuter ta sentence. La mort ! »
Jabu baisse la tête en direction du sol pendant que les siens l’encerclent : « Eguski a préféré croire que je n’étais pas un traître n’est-ce pas ?
_ Et il a essuyé la loi du Sanctuaire.
_ Je n’arrive pas à croire que toi, qui fus ma maîtresse durant toutes ces années, tu n’arrives pas à croire en mon innocence, alors qu’un homme que j’ai brimé pendant tout ce temps, a refusé de me voir comme un coupable. Eguski a su voir en moi mieux que quiconque ici !
_ Comment peux-tu parler de nous, alors que tu as trahi le Sanctuaire ? Rends-toi compte, tu défends une usurpatrice qui ose se faire appeler Athéna !
_ Je n’étais pas au courant que Mademoiselle Kido en était arrivée là. Mais c’est une personne intègre. Et nul doute que si elle se fait appeler comme ça, que si Seiya et les autres la suivent, c’est qu’elle dit vrai. Cela expliquerait l’acharnement du Sanctuaire à vouloir éliminer tous ceux qui sont proches d’elle. »
Dissimulant jusqu’ici une pointe de jalousie, Lilium s’emporte : « Puisque tu choisis cette femme à nous qui t’avons tant donné et qui avons fait de toi un Saint, alors meurs ! »
Comme si elle venait de sonner la charge, ses disciples se jettent sur la Licorne.
Il fait le tour de lui-même pour les implorer de ne pas aller plus loin : « Je vous en prie. Si vous souhaitez un combat à mort contre moi, vous savez très bien que je sortirai vainqueur. Ne mourrez pas en défendant aveuglement le mal. Vous êtes dans l’erreur. »
Malheureusement, un premier jette son pied en direction de son dos. Jabu s’élance en l’air pour l’éviter et retombe pied en avant en direction d’un second opposant qui recule de justesse. Deux nouveaux assaillants lui arrivent de chaque côté et enchaînent une multitude de coups de poings et de pieds que Jabu pare sans trop de difficultés. Il en chasse un d’un coup de pied en plein visage et balaye à la suite de ce mouvement les jambes de l’autre.
Le cinquième n’a pas le temps d’esquisser le moindre geste, que Jabu le frappe à distance d’un violent coup de poing en plein ventre qui l’abat sur le coup. Son voisin, décontenancé par une telle puissance ne remarque pas que Jabu s’est précipité face à lui. Du tranchant de la main, d’un mouvement sec et vif, il lui brise la nuque.
Le septième parvient à frapper derrière la rotule de Jabu. Le Saint se retrouve un genou à terre et encaisse en pleine face, le direct d’un autre élève. Le dernier apprenti surgit des airs les bras en croix et plaque Jabu au sol, sur le dos, en l’empêchant de respirer.
D’un habile mouvement, Jabu attrape chacune des mains de son assaillant et les tire vers l’extérieur afin de le déséquilibrer. Ainsi, en relevant sa tête, il parvient à le cogner en plein nez et lui fait lâcher prise.
Un des premiers agresseurs tente d’arriver par les airs, comme l’a fait le dernier mais cette fois-ci Jabu est plus prompt. Il le prend de court en le rejoignant et en le frappant avec sa jambe dans le flanc gauche. Le choc est si puissant que tous ses os se rompent.
En se réceptionnant, Jabu prend l’élan nécessaire pour cogner avec son coude le dos d’un quatrième ennemi dont la colonne vertébrale se brise instantanément.
Des cinq derniers adversaires, l’un profite de l’inattention de Jabu pour exécuter sur lui le même geste. La Licorne est propulsée contre une maisonnette, mais se relève sans le moindre mal, accusant une résistance digne d’un chevalier. Il finit par justifier l’écart de niveau en se déplaçant à une vitesse que seule Lilium réussit à analyser. Il cogne le sommet du crâne de son adversaire et le tue sur le coup.
De nouveau, l’un se lance désespérément et meurt sous la fulgurance d’un coup de genou en pleine cage thoracique.
Les trois élèves restants n’abdiquent pas. Arrivant chacun d’un côté, Jabu n’en n’est pas désarmé pour autant. Il recule face au pied de l’un, s’abaisse devant le direct de l’autre. Enfin, il passe au-dessus du dernier qu’il élimine d’un coup de pied retourné.
Il toise les deux apprentis restants : « Ça suffit maintenant. Prenez les corps de nos amis et offrez-leur des funérailles décentes. La tragédie a assez duré. »
Les deux complices, sans se concerter, reculent comme pour reconnaître leur défaite. Néanmoins, le ton impérial de leur professeur leur somme de poursuivre : « Tuez-le ! Ou vous serez exécutés vous aussi pour haute trahison ! »
Malgré la menace, aucun ne bouge. Lilium projette alors ses poings chargés de cosmos pour abattre sa miséricorde. Quand tout à coup, l’armure de bronze de la Licorne surgit devant les disciples pour leur servir de muraille.
Une fois après les avoir sauvés, elle abandonne sa forme de totem pour venir habiller Jabu : « Désolé Lilium. Si tu as choisi de te laisser embrigader dans le faux, j’empêcherai que tu ne fasses davantage de victimes.
_ Alors que tu n’étais pas encore Saint tu as réussi à me surprendre et à me faire perdre mon masque. J’ai d’abord choisi de t’aimer, mais finalement je vais opter pour l’autre choix qu’autorise la loi de la chevalerie. Je vais te tuer sans ménagement. »
Elle passe à l’assaut à son tour et avec grâce cogne du talon la tempe de Jabu.
Heureusement, protégé par son casque, le chevalier se remet à temps pour se défendre des trois droites enchaînées par Lilium. Il riposte de deux coups de poings dans le ventre et la repousse à son tour en la frappant du plat du pied en pleine poitrine.
Elle se rétablit pour exécuter le même mouvement. Jabu, après avoir été repoussé, réitère mais elle saute par-dessus sa jambe et le repousse d’un magistral coup de pied retourné.
La Licorne se déhanche dans les airs pour se réceptionner et la frapper à son tour, jambe tendue en plein visage. L’Octant frappe sa poitrine du coude, il lui balance sa jambe en plein menton, elle renchérit d’une violente droite en plein visage.
Ils se réceptionnent chacun à bonne distance de l’autre en frottant les parties de leurs corps blessés.
Sous son masque, les fines lèvres de Lilium sourient : « Félicitations Jabu. Tu as atteint le niveau d’un Saint de bronze confirmé. Hélas, nos techniques n’ont aucun secret l’un pour l’autre et nous ne parviendrons pas à nous départager si nous n’usons pas de nos plus puissants arcanes.
_ J’aimerai ne pas en venir là. Nos arcanes non plus n’ont aucun secret l’un pour l’autre non plus. La tienne consiste en un puissant coup de pied qui projette si fort l’ennemi contre le sol que celui-ci a le sentiment d’effectuer une chute abyssale dans les profondeurs de l’océan. »
Lilium propage sa cosmo énergie tout autour d’elle, comme pour annoncer son intention d’aller jusqu’au bout : « Et la tienne consiste à frapper de plusieurs coups de pieds ton adversaire avant de l’achever du plus puissant coup. »
Jabu grimace et se tient prêt. Les deux s’envolent de toutes leurs forces :
_ « Unicorn Gallop !
_ Abyss Submerge ! »
Dans un mouvement aérien acrobatique et puissant, Lilium évite tous les coups de pieds envoyés par Jabu jusqu’à parvenir à lui. A cet instant, leurs jambes s’entremêlent et seul le plus puissant coup de Jabu heurte la jeune femme en plein visage. Jabu encaisse lui aussi de plein fouet le Plongeon Abyssal.
Ils s’écroulent tous les deux au sol, inconscients…


A l’intérieur du temple d’Arès, dressé sur un îlot entouré de lave, Vasiliás fait la revue de ses troupes.
Comme les balcons d’un immense théâtre, des mezzanines forment une dizaine d’étages jusqu’au sommet du cône.
Dans les avancées, comme dans une fourmilière, se trouvent les appartements des soldats, leurs salles d’armes, les cuisines et les bains.

Le général en chef, de l’armée d’Arès les visite en recevant à chaque fois de profondes marques de respect de la part de ses hommes. Derrière lui, Atychia le suit fièrement : « Tous les soldats lui présentent une fidélité sans borne. Hommes ou femmes, ils savent qu’il y a désormais quelqu’un pour appliquer la sentence de la justice. Ils ont été directement ou indirectement victimes de criminels, de personnes immorales, sans que personne ne vienne à leur secours. Malgré leurs prières, aucun dieu ne leur est parvenu. Pas même Athéna qui est pourtant celle qui gouverne cette planète. Puis Vasiliás leur est apparu. Il leur a enseigné qu’il était possible de changer le monde en leur inculquant la voie du cosmos. Il les a motivés à surmonter leurs peurs, leurs faiblesses, leurs fragilités pour construire une armée. Ensemble, nous ferons couler le sang des êtres malfaisants de cette planète. Finalement il ne restera que des hommes et des femmes remplis de bonté, pour vivre dans un monde nouveau dans lequel Vasiliás deviendra notre roi, s’émerveille-t-elle… »
Ses pensées la renvoient au jour de sa rencontre avec l’Américain.

Flashback
Dans la voiture de l’ancien homme d’affaires, Vasiliás cafouillait son tableau de bord. Cela l’amusait : « J’ai du mal à trouver le chauffage. Cela te ferait du bien. J’ai été obligé de changer de modèle. Ma précédente voiture a fini en pièces détachées après qu’on a essayé de me tuer. C’était il y a quelques mois. Au Canada. Remarque, je dis ça, cela m’étonnerait que tu suives les informations. As-tu déjà vu un véhicule de ce genre au moins ? »
Atychia tournaient la tête en direction de sa vitre.
La voiture roulait à bonne allure.
_ « Avant que ce monstre ne vienne ici, j’avais une existence normale. Bien sûr que je sais, ce qu’est une voiture.
_ Désolé. Je ne voulais pas que tu le prennes comme ça. Je cherchais simplement à te faire parler. »
Elle se ferma à nouveau dans le silence. Comprenant la situation dans laquelle se trouvait la jeune femme, Vasiliás se tut à son tour.

Quelques kilomètres plus tard, Vasiliás trouva enfin une trace de civilisation.
Il fit le plein à une pompe à essence puis alla réserver une chambre dans un motel.
Il sortit la jeune femme : « Viens. C’est tout pour aujourd’hui. Tu vas aller te laver et te reposer. Moi je vais te chercher des fringues dans la boutique en face. »
Quelques minutes plus tard, après l’avoir déposé à leur chambre et s’en être allé faire quelques achats, Vasiliás revint. Il ouvrit en grand la porte et, toujours avec beaucoup de sympathie, s’exclama à travers la porte de la salle de bain : « Ils n’ont hélas que quelques tenues légères. Je te laisse les affaires sur le lit. Je reste le dos tourné en direction de la fenêtre. Tu peux sortir quand tu veux. »
Le silence qui s’en suivit, fut rompu par le cliché de la porte annonçant la sortie d’Atychia.
Bras croisés, Vasiliás tenait parole. Il lui tournait le dos.
Surprise, interrogative, Atychia hésita. Elle déclara un simple : « C’est bon. », pour inviter Vasiliás à faire volte-face.
Quelle ne fut pas sa surprise lorsqu’il découvrit la jolie blonde dévêtue.
Il recula d’un pas et baissa honteusement la tête.
Pourtant, Atychia continua de s’approcher de lui.
Elle s’agenouilla une fois à sa hauteur et commença à lui déboutonner son pantalon, comme si cela lui semblait naturel.
_ « Que fais-tu, se défit-il délicatement de sa tentative ?
_ C’est à moi de vous demander ça ! Que pouvez-vous donc attendre d’autre de moi ? »
Vasiliás se prit la tête entre les mains et souffla quelques instants. Il se passa sa main devant sa bouche pour frotter ses quelques poils de barbes qui commençaient à apparaître, puis défit vivement sa veste. Il l’habilla avec et l’assit sur le lit avant de se positionner à côté d’elle : « Bon, déjà tu me tutoies. Cesse de me vouvoyez. D’accord ? »
Elle hocha affirmativement la tête.
_ « Tu te souviens de ton enfance n’est-ce pas ? La façon dont tu vivais et dont tes voisins vivaient était totalement différente avant l’arrivée de ce monstre.
_ Lorsqu’il est arrivé, il disait qu’il était le plus fort. Qu’il était la justice. Et qu’il méritait pour tous les services rendus à la paix une retraite comme il l’exigeait. Il m’a obligé à faire des choses horribles.
_ Le principal c’est que tu réalises, que tout ce qu’il a fait est mal. »
Elle craqua et plongea dans les bras de son aîné de deux ans en sanglot. Vasiliás la serra chaleureusement contre lui.
Au bout d’une heure, une fois toute sa détresse évacuée, il lui demanda : « Tu l’as observé n’est-ce pas ? Lorsqu’il s’entraînait ? Même si tu ne sais pas ce que veut dire cosmos, tu sais qu’il existe un niveau de force que tout un chacun peut apprendre à maîtriser ? »
Elle essuya ses larmes : « J’avais toujours nourri l’espoir de venger les miens. Alors j’étudiais comment il faisait pour être si fort. Mais je n’arrivais pas à atteindre les espérances que je me faisais. Donc un jour, j’ai perdu tout espoir. »
Vasiliás la redressa pour qu’elle puisse lire dans ses yeux toute sa conviction : « Non, tu as réussi. Tu as su t’y éveiller. Et je vais t’apprendre à le développer. Je vais te rendre l’espoir. »
Flashback

Un raclement de gorge sort la Berserker de ses songes.
En suivant inconsciemment Vasiliás dans tout l’Aréopage, Atychia ne s’est pas aperçue qu’ils étaient arrivés à ses appartements : « Quelle concentration ! Cela fait plusieurs secondes que je te parle sans obtenir de réponse.
_ Je suis désolée. J’étais plongée dans mes souvenirs. Le jour où tu m’as assuré pouvoir me rendre l’espoir.
_ Ah ? Oui, je m’en souviens aussi.
_ C’était un temps funeste pour moi à l’époque. »
Vasiliás devient soucieux tout à coup. Il attrape les épaules de sa jolie camarade : « Le temps… Pour recréer un monde idéal, dépourvu de mal, alors du temps, il m’en manquera toujours. Voilà pourquoi je veux pouvoir compter sur Tromos et sur toi. »
Le regard sincère et profond de Vasiliás trouble tellement la Bulgare que celle-ci baisse honteusement la tête en balbutiant : « Tu auras tout le temps dont je dispose. Ma vie t’appartient… »
A cet instant, les doigts de Vasiliás, relèvent le menton de son amie pour lui renvoyer un regard troublant. Une étrange chaleur anime la poitrine d’Atychia qui lève la tête pour approcher celle de Vasiliás en fermant les yeux.
La courte distance qui sépare leurs lèvres lui semble infinie. Si bien, qu’elle est interrompue dans son élan par l’arrivée de soldats qui sortent de la salle d’armes toute proche.
Gênée, Atychia recule d’un pas. Ce geste l’accule contre le mur du couloir. Elle n’ose plus regarder son général dans les yeux : « Je n’ai… Je n’ai jamais eu droit à d’autres attentions que celles de mon bourreau avant que tu ne viennes me délivrer. Dans quelques mois, lorsque notre armée sera enfin prête, nous nous lancerons dans une lutte sans merci, durant laquelle je risquerai ma vie sans hésiter pour toi. J’aurai aimé savoir ce qu’est l’amour, le vrai, qu’un homme peut me porter. Hélas, aussi passionnée que je puisse être pour toi, je n’oublie pas que ton c½ur est ailleurs. Je ne peux supporter de n’être pour toi qu’un second choix qui comble le manque d’amour en son absence. »
Elle achève sa résolution en s’inclinant avant de s’enfoncer derrière le rideau écarlate qui ferme l’encablure de sa chambre : « Merci pour tout Seigneur Vasiliás. Notre roi. »
Inflexible, le Berserker de la Royauté la laisse lui échapper sans rien dire. Son visage est peiné, ennuyé. Une mélancolie constante lui empêche d’adopter cette attitude si déterminée qu’il a d’ordinaire.
Il traîne des pieds jusqu’aux thermes de l’Aréopage, où l’attendent les servantes qui assureront sa toilette.
Entre les deux étages, l’intruse en tenue scolaire et aux cheveux bleus dissimulée dans les pas de Vasiliás le fixe avant de lever les yeux en direction d’Atychia.
Son visage étranger, si doux, affiche soudainement un sourire malicieux, alors que ses grands yeux mauves chaleureux prennent une expression angoissante…


La sensation de chaleur d’Oran sur son visage ramène Lilium à la réalité en premier.
Son réflexe est de passer la main sur ses yeux et sa grande bouche : « Mon masque, s’inquiète-t-elle ! »
Plus loin, près des débris du masque de son adversaire, Jabu se relève le visage couvert de sang.
Son nez est cassé et ses lèvres sont explosées.
La Licorne ne laisse pourtant transparaître aucune difficulté. Préférant cesser ce combat, il vocifère : « Et maintenant ?! »
Lilium ne dit rien, son regard noir fixe avec rage Jabu. Elle repart à l’attaque.
Elle lui inflige un direct du gauche auquel il répond avec sa jambe contre son torse, suivi d’une droite. Elle lui envoie un uppercut sous le menton et conclut d’une terrible droite qui le cloue au sol.
_ « C’est fini. L’Abyss Submerge t’a causé plus de dégât que ton Unicorn Gallop ne m’en a causé. Ta mort va signifier le début de la chute de cette Saori Kido. Cette fausse Athéna subira les foudres du Sanctuaire. Elle finira traînée nue dans la boue par les gardes, tirée par des chaînes à son cou, souillée par les esclaves et violée par les chiens errants du domaine sacré ! »
Ces menaces font écarquiller aussitôt les yeux de Jabu : « Mademoiselle Saori, songe-t-il ! »
Il se remet sur pied aussitôt et pour la première fois prend un ton menaçant : « Jamais… Jamais je ne te laisserai salir le nom de Mademoiselle Saori !
_ Alors c’est ça. C’est vraiment pour elle que tu es devenu chevalier. Quel déshonneur pour Athéna, constate Lilium navrée !
_ Si Mademoiselle Saori est réellement Athéna comme elle le prétend, alors ma dévotion pour elle prend encore plus de sens. Je rechignais à te vaincre par égard pour notre passé. Mais pour Mademoiselle Saori, pour Athéna et tout ce qu’elle défend, s’il faut ta mort pour rétablir la vérité au Sanctuaire et permettre à Mademoiselle Saori de reprendre la place qui est sienne, alors tu mourras. »
Cette déclaration à l’attention de la représentante de la Fondation Graad ruine définitivement le c½ur de Lilium. Elle s’élance de tout son cosmos sur Jabu : « Même si tu me contres avec le Gallop de la Licorne, j’arriverai à éviter une grosse partie des chocs et tu mourras d’épuisement : Abyss Submerge ! »
Immobile, Jabu détaille chaque mouvement de son professeur et concentre dans ses jambes sa cosmo énergie.
Lorsque le Saint de bronze de l’Octant retombe pied en avant vers lui, il libère par son regard et par la corne dressée sur son casque des ondes cosmiques qui tétanisent Lilium dans les airs, de sorte qu’elle ne puisse pas esquiver le bond prodigieux qui s’ensuit.
Il arrive sur son flanc gauche, les deux pieds en avant, chargés de toute sa cosmo énergie : « Unicorn Gallop ! »
Le télescopage est si destructeur que le corps de Lilium se contorsionne irrémédiablement. Son cadavre désarticulé retombe dans les débris de sa Cloth.
Jabu se réceptionne à ses côtés, les yeux noyés de chagrin.
Il reste quelques instants à ses côtés, sans la regarder, à lui caresser ses cheveux soyeux désormais entremêlés dans son hémoglobine.

Les deux disciples, derniers survivants, approchent Jabu  d’un pas timide: « Je sais que vous ne me croyez toujours pas. Mais j’aimerai que par respect envers nos amis, nous leur accordions des funérailles dignes de ce nom. »
Etrangement, aucun des élèves ne répond.
Lorsque Jabu les dévisage pour lire dans leurs expressions une réponse, il les découvre tétanisés, un filet de sang fuyant leurs bouches.
Leurs tuniques orientales se déchirent soudainement, libérant un gros trou dans leurs bustes.
Jabu réceptionne leurs dépouilles et fixe l’origine d’une mort si inattendue.
L’apparence d’un homme protégé d’une armure ne tarde pas à sortir de l’ombre de la maisonnette de Lilium.
L’inconnu tape des mains d’un mouvement lent, moqueur : « Félicitations Saint de bronze. J’observais ton combat avec intérêt et bien au frais à l’intérieur de cette demeure. Tu m’as diverti. Lilium s’est laissée surprendre comme une débutante. Elle devait tout de même se douter que tu avais quelques dons de télékinésie, même si ceux-la sont vraiment minimes. Et enfin, changer ton arcane pour ne frapper qu’un seul et puissant coup avec tes deux jambes… Vraiment intéressant ! »
Jabu se met en garde tout en étudiant le moindre détail de l’intrus.
Habillé d’une armure argentée qui protège à merveille ses jambes, ses flancs et ses épaules, ses cheveux bruns mi-longs passent en de fines mèches sur son visage orgueilleux.
_ « Qui es-tu ?
_ Naos Saint d’argent de la Poupe. »
A l’annonce du statut du Saint, Jabu sent ses membres trembler : « Mais que vient faire un Saint d’argent ici ?
_ Je suis le messager du Sanctuaire chargé de te faire exécuter. Le Sanctuaire a envoyé un Saint d’argent par mesure de sécurité, au cas où Lilium aurait choisi de suivre ton chemin. Heureusement, hormis les deux froussards que j’ai achevés, tout le monde ici s’est évertué à corriger le traître.
_ Comment peux-tu être fier d’être à l’origine de tant de morts aujourd’hui ?
_ Allons ! Ils sont morts pour le Sanctuaire. Pour une cause juste. Et puis ils ne sont pas morts en vain, puisque je vais prendre ta tête. »
Sans qu’il ne puisse voir le moindre mouvement, Jabu est envoyé au tapis en se cramponnant de douleur. Naos lui écrase la tête contre le sol : « Voila qui est mieux. C’est ici que se trouve la place d’un Saint de bronze face à un Saint d’argent.
_ C’est impossible, je n’ai rien vu venir.
_ Il existe un fossé entre la puissance d’un Saint d’argent et un Saint de bronze comparable à celui qui sépare un lion, d’une fourmi. »
Naos retire son emprise en se contente de pointer son doigt en direction de Jabu encore étendu : « Bien, il est temps que je rentre en Grèce. Adieu. Silver Maelstrom ! »
Un Tourbillon Argenté soulève le corps du chevalier de bronze et l’envoie tourner sur lui-même à une vitesse si puissante qu’il n’arrive plus à reprendre son souffle. Ses organes se compriment et son armure crisse sous la force du vent. Il finit son périlleux voyage dans la demeure de Lilium…


Dans la salle des bains de l’Aréopage, le Berserker de la Royauté garde la tête en arrière, en appui sur les petits carreaux de carrelages qui forment d’antiques mosaïques.
La condensation fait perler sur son visage quelques gouttes d’eau qu’il laisse glisser sur son épiderme.
Ses yeux clos permettent à son imagination de travailler les souvenirs de ces instants passés en compagnie de Ksénia. De son apparition durant son enfance à ces moments charnels partagés jusqu’à leurs au revoir. Vasiliás passent en revue toutes ces pensées si agréables qui le rendent nostalgique.
Si bien qu’il ne remarque même pas, malgré ses sens surdéveloppés, le départ des servantes d’Arès sous l’impulsion d’une mystérieuse visiteuse.
Celle-ci se déhanche nue jusqu’aux marches qui lui permettent de plonger ses remarquables formes jusqu’à son importante poitrine.
D’un mouvement gracieux, elle s’approche délicatement de l’Américain toujours absorbé par le passé.
Sans doute a-t-il perçu son approche, puisqu’il n’esquisse pas la moindre surprise lorsque la jeune femme blonde vient lui baiser son torse à moitié sorti de l’eau.
Le contour de ses yeux relâche même cette tristesse qui l’habite depuis ces derniers jours, à mesure que le corps féminin vient se coller à lui.
Alors qu’elle l’embrasse, il esquisse un petit sourire, timide mais ravi, en lui rendant ses baisers.
Elle, le dominant légèrement pour faciliter l’étreinte à venir, Vasiliás laisse la poitrine de sa partenaire lui caresser le visage pendant qu’il agrippe ses fermes cuisses sous l’eau.
Lorsqu’elle s’abaisse enfin pour ne faire plus qu’un avec lui, un gémissement de plaisir lui échappe en même temps qu’il laisse retentir un léger râle de bonheur.

Durant les minutes auxquelles elle s’adonne à lui, jamais il n’ouvre les yeux, son visage, devenu serein, arbore tout du long l’extase d’un tel échange.
Elle a compris qu’il ne pense pas à elle, qu’il s’imagine avec Ksénia.
Toutefois, il était suffisamment intelligent pour ne pas lui faire comprendre à travers son regard qu’il maintient clos.
Après plusieurs balancements de hanches plus vifs que les précédents, elle se libère de lui sans le dévisager davantage.

Alors qu’elle repart aussi discrètement qu’elle était venue, des larmes se mêlent à un sourire de soulagement. Un bonheur inattendu lui permet de souffler un émouvant « merci », auquel il ne répond pas.

Vasiliás préfère attendre qu’Atychia quitte les thermes pour enfin recouvrer ses esprits.
En passant sa main sur sa barbe volontairement mal taillée, il susurre : « Ksénia… »

Tandis que la Berserker quitte les thermes pour rejoindre ses appartements, au milieu des allers et venues des soldats Arèsiens, l’inconnue élégante dans sa longue jupe scolaire se fraye un chemin.
Son regard est désormais plissé et son air, jusque là réservé, dégage désormais une aura malsaine.
Les gardes, pourtant alertes, n’osent pas interrompre sa progression. Aucun ne donne même l'alarme. Tous sont oppressés par l’émanation cosmique de l’intruse.
Personne ne s’oppose à ce qu’elle se dirige jusqu’à Arès. Pas même lui.
Sans même faire mine de la remarquer, il la laisse passer derrière lui. Elle plaque son dos contre son trône, à l’envers de l’assistance, comme si elle souhaite se dissimuler des plus curieux.
Dès lors, son cosmos malfaisant cesse d’émettre et l’expression noble qui se dégage d’elle s’abandonne pour une mine plus sage.
Tout autour, ne voyant leur dieu n’émettre aucun camouflet, les Arèsiens vaquent à leurs occupations, devinant que cela est préférable.
Arès attend que les derniers curieux reprennent le cours de leurs activités, pour chasser ses servantes d’un revers de la main.

Une fois le grand hall du temple vide, il s’affaisse dans son trône et plaque sa tête contre pour communiquer avec celle dont la tête est collée de l’autre côté du siège : « Alors te voici réapparut après un premier échec, Kyoko. Ou bien devrais-je dire Eris ? »
La susnommée sourit avec gêne : « Il faut croire que nous sommes tenaces Mars. Ou bien devrais-je dire Arès ?
_ Il est vrai que comme toi, ma première tentative en cette époque a été un échec. Néanmoins, je n’ai pas été directement chassé par les Saints d’Athéna.
_ Moi non plus. Je sommeillais jusqu’alors dans mon Jardin d’Eden après l’attaque de l’Utérus par les Saints d’or. Mais ni moi, ni mon armée n’ont été atteints. Endormis, tout au mieux. Mais durant cette période où nous avons été en retrait, il nous a suffi de nous ressourcer et d’apprécier les Evil Seeds qui ont proliférées partout dans le monde.
_ Je vois. L’homme ne manque pas de peur, de ranc½ur. Et les actes du Sanctuaire d’Athéna ont pu également contribuer à accroître tout ceci. »
Kyoko se laisse lascivement glisser le dos contre le trône en faisant fléchir ses genoux et en avouant avec gourmandise : « Oh oui… Et il t’a permis de recueillir dans ton Aréopage un excellent élément…
_ Vasiliás…
_ … Oui. Doté d’une armée d’hommes et de femmes torturés par leur passé.
_ Qu’envisages-tu ?
_ L’armée d’Athéna est prise d’un conflit interne. Pourtant, quelle qu’en soit l’issue, le Sanctuaire restera une menace que nous ne pouvons pas négliger. Impossible de l’attaquer seul. Que ce soit toi. Ou moi.
_ Qui te dit que je suis seul ? »
Kyoko finit de choir au sol. Elle replie ses genoux qu’elle plaque contre sa ferme poitrine et laisse ses mèches cacher ses yeux : « Arès, voyons… De qui parles-tu ? Vasiliás ? Ou alors cette petite Olympienne qui fait depuis plusieurs années des allers et retours entre la Terre et l’Olympe ? Pas à moi… Nous savons tous les deux que ni l’un ni l’autre ne t’inspirent confiance…
_ Peut-être… Mais alors, que me proposes-tu ? »


En Algérie, le Saint d’argent de la Poupe tourne le dos à la maison écroulée dans laquelle Jabu s’est échoué. Il ôte son diadème et le pose contre sa poitrine en regardant la dépouille de Lilium : « Lilium Saint de bronze de l’Octant, sa Majesté le Grand Pope sera informé de ta fidélité. Ton nom sera désormais synonyme de respect et je veillerai à ce que ta mémoire soit honorée jusqu’à la fin de mes jours. »
La voix sortie d’outre-tombe de Jabu précise : « C'est-à-dire bientôt ! Donc si tu ne m’en veux pas, je vais me faire l’héritier de la mémoire de Lilium. »
Couvert de sang, à bout de souffle, Jabu envoie valser une énorme poutre qui le bloque sous les décombres.
D’un air suffisant, le chevalier d’argent s’étonne : « Tiens donc, tu as survécu.
_ Bien sûr. Et je vais me battre contre toi.
_ Je crois que tu n’as pas bien réalisé. La différence qui sépare le niveau d’un Saint d’argent à un Saint de bronze n’est pas mesurable. 
_ Et pourtant, Seiya et ses amis ont réussi à vaincre tes semblables n’est-ce pas, questionne Jabu en se mettant en garde ?
_ Ils ont eu de la chance c’est tout ! Ce ne sera pas ton cas, assure Naos d’un air supérieur ! »
Le chevalier d’argent se jette contre Jabu qui use de sa télékinésie.
Néanmoins, cela n’entrave en rien les mouvements de Naos.
Une fois arrivé face à Jabu, il demande d’un ton perfide : « Tu as terminé ? »
Peu rassuré, Jabu avale sa salive. Il décoche une droite que Naos évite.
La Poupe chasse facilement avec sa jambe celles de Jabu et soulève littéralement son corps du sol d’une puissante gauche dans l’abdomen.
Les pieds de Jabu retouchent à peine le sol que Naos exécute le même mouvement suivi d’un coup de pied au visage.
Déstabilisé, Jabu, sans grande conviction, balance une droite face à laquelle son adversaire s’abaisse. Il espère alors le frapper avec son genou mais Naos bouge beaucoup plus vite et le devance avec un coup de pied retourné, puis un coup de tête qui couche Jabu.
Le chevalier de la Poupe chambre son adversaire qui se tient la tête de douleur : « C’était vraiment trop facile. Il aurait fallu un miracle pour que tu puisses me vaincre. »
Avec l’énergie du désespoir, Jabu s’élance pied en avant : « Et miracle il y aura ! Unicorn Gallop ! »
Naos riposte uniquement avec son doigt : « Silver Maelstrom. »
Un nouveau Tourbillon Argenté terrasse Jabu qui s’échoue lamentablement devant son ennemi : « Pitoyable. Je vais te faire comprendre qu’il n’y a plus d’espoir et seulement après je te donnerai la mort. »
Plusieurs dizaines de fois, Naos martèle les jambes de Jabu.
Il s’acharne dessus.
Encore.
Et encore.
Pourtant, chaque fois Jabu refuse la défaite et se redresse sur ses jambes tremblantes.
Jusqu’à ce que chacune d’elle finisse par rompre.
Les jambières fissurées, la tête entre les mains, Jabu hurle de douleur.
Il est à la merci de son adversaire.
_ « Acceptes-tu ta défaite Saint de la Licorne ? Puis-je t’achever ? »
Les yeux de Jabu témoignent d’une profonde défiance malgré la douleur. Naos s’en amuse : « Allez, ta propre existence est un crime déjà bien trop grand envers Athéna. Je vais t’achever : Silver Maelstrom. »
Le doigt pointé à bout portant de la Poupe libère un tourbillon qui cesse net devant Jabu.
Le mouvement d’air stagne un instant tandis que la Licorne fixe l’arcane avec insistance.
Naos invoque davantage de cosmos sans que cela ne change quoi que ce soit : « Mais enfin ?! Que se passe-t-il ?! »
Des yeux et du casque de la Licorne de Jabu se matérialisent enfin des ondes.
Le mouvement d’air s’exécute en sens inverse et emporte brusquement celui qui l’a invoqué.
_ « Il se produit un miracle, scande Jabu ! »
Tête la première, Naos regagne le sable chaud de l’orient.
Son diadème se défait de son crâne sous le choc et un filet de sang s’écoule depuis son front : « Comment est-ce possible ? »
Toujours allongé, les jambes paralysées, Jabu reste confiant : « Pendant que tu m’assenais ta supériorité, j’ai étudié chacun de tes mouvements, j’ai puisé en moi toutes les ressources nécessaires mais surtout, j’ai combattu avec le sentiment d’agir pour la justice.
_ Foutaises ! Tu as trahi le Sanctuaire ! La justice est de mon côté ! Tu as réussi à me toucher une fois par hasard. Tu es bien loin d’avoir accompli un miracle ! Encaisse à pleine puissance ma Tornade Argenté : Silver Maelstrom ! »
Une nouvelle fois, à la force de son mental, Jabu déjoue la tornade qui se retourne contre le chevalier d’argent.
Cette fois-ci, Naos en ressort avec bien plus de dégâts : « Il est plus mort que vif. Où puise-t-il une telle résistance ? Cela signifierait que sa détermination lui aurait permis à dépasser le niveau d’un vulgaire Saint de bronze ? Alors que moi, je n’ai jamais réussi à surpasser mon niveau de Saint d’argent ?
_ Ouvre les yeux. Si un Saint d’argent est envoyé pour tuer des Saints de bronze, c’est parce que le Grand Pope a conscience du danger que nous représentons. Seul toi ne t’en es pas encore rendu compte. Il n’y a plus aucun fossé qui nous sépare désormais, dit Jabu en relevant son buste. »
Le visage de Naos se perd dans l’inconnu, ses yeux voient flous et son souffle est court : « Non… Non ça ne peut pas être seulement ça… »
Inopinément, apparaît derrière Jabu l’apparence voluptueuse de Saori Kido que Naos ignore être Athéna. Il est désarçonné par le cosmos de la jeune femme et est pris d’un doute terrible qu’il espère conjurer en achevant son ennemi rampant : « Si le Silver Maelstrom n’est plus d’aucun effet, tu restes tout de même démuni de ton arcane vu l’état de tes jambes. Je vais t’achever à mains nues et te faire taire à jamais. »
Tel un fou furieux, il bondit bras en avant contre la Licorne.
Jabu, en fermant les yeux, prend appui sur le sol avec ses bras : « Mademoiselle Saori… Athéna… Faites qu’un miracle se produise… »
Il fait exploser son cosmos à travers ses mains pour soulever son corps et devancer Naos. Bras droit tendu, il libère tout ce qu’il lui reste : « Lilium, mon maître. Nous devions travailler à développer une autre forme du Gallop de la Licorne. Je vous dédie ce coup : Unicorn Gallop ! »
De toutes ses forces, de tout son c½ur, Jabu transperce la poitrine de Naos. Une fois de plus, le Saint d’argent de la Poupe voit apparaître derrière la Licorne l’image de Saori Kido.
A cet instant le Saint d’argent serre Jabu dans ses bras, afin de le protéger lorsque tous les deux retombent au sol.
Ils roulent à deux sur le sol avant de choir chacun tête la première dans la poussière.
La mort étant toute proche, Naos relâche son étreinte en déclarant en toute sincérité : « J’espère que tu dis vrai. J’espère que tu es de ceux qui réalisent des miracles… Pour la justice. »
Jabu s’étend de tout son corps à côté de Naos.
Entièrement vidé, fier d’avoir réussi à vaincre un Saint d’argent, anéanti d’avoir dû tuer autant de monde pour faire éclater la vérité, il se laisse submerger par l’émotion.
Les sanglots l’étouffent.
Ses larmes piquent ses plaies et font réfléchir davantage le soleil du désert dans ses yeux.
Seul désormais, dans ce camp en Algérie, Jabu sait que la route est encore longue avant de pouvoir rejoindre Seiya…

7
Only for Love / Re: Chapitre 5
« on: 23 May 2020 à 15h18 »
NEWS

Cette version du chapitre 5 est une version rééditée de la publication originale du 1er mai 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

8
Only for Love / Chapitre 60
« on: 2 May 2020 à 13h51 »
Chapitre 60

Le 3 décembre 1986, au Libéria, dans ce pays d’Afrique où la jungle prédomine, situé à l’intérieur des terres, bien loin de la mer, Bomi Hills accueille sur sa terre aride des pas cinglants de pieds couverts de métal. Ceux-ci laissent d’immenses traces sur le parterre poussiéreux.
L’inconnu, vêtu d’une imposante Cloth bleue, armée de pointes acérées aux genoux et sur les épaulettes, arbore une carrure impressionnante. Son visage, ferme et carré, affiche une froideur à en faire fuir la faune alentour.
D’un violent coup de poing, il réduit à néant une hutte qu’il vient de visiter, puis fait le tour de lui-même comme s’il cherchait la direction à suivre. Il abandonne son calme passable, pour libérer un hurlement de colère. Sa grosse voix retentit à des mètres à la ronde : « J’en ai assez de tourner en rond ! J’ai été missionné par notre nouveau général, Phaéton, pour te trouver et t’éliminer Saint du Loup ! Où te caches-tu ?! »

Plus loin, le ton grondant de l’émissaire fait frémir ledit chevalier.
Nachi, couvert de sa Cloth, transpire à grosses gouttes tant la crainte le ronge.
Le Japonais, revenu sur les lieux qui l’ont vu devenir Saint de bronze afin de rattraper le retard qu’il avait sur Seiya et ses compagnons, transpire de panique.
Il reste à genoux, les mains jointes devant une croix plantée au sol : « Ô maître, mon bien cher maître. Vous qui étiez fait de sagesse et de courage, vous qu’il ma fallut défaire au péril de votre vie pour que je devienne chevalier. Ô mon maître, si vous saviez comme j’ai honte. Je suis revenu ici, afin de parfaire mon entraînement et je sais que je suis devenu plus fort, mais je n’ai jamais réussi à surpasser ma peur. Vous m’aviez appris à encaisser les coups, à surmonter la douleur, malheureusement une sorte d’appréhension subsistait en moi. Le Phénix a su l’utiliser à bon escient. J’ai peur de mourir sur le champ de bataille. Un homme hostile vient d’arriver à, Bomi Hills et j’ai… »
Soudain, une secousse ébranle le sol. Si fort que la terre se fissure.
Pris de panique, Nachi recule en rampant. Il hurle de panique, avant de se recroqueviller sur lui-même en tremblant.
Le choc est si violent que le sol s’entrouvre pour former un gouffre dans lequel s’échoue la tombe de son professeur.
Impuissant, Nachi recule encore, les yeux mêlés de peur et de chagrin.
Malgré la fin de la catastrophe, le sol continue à trembler sous les pas du robuste visiteur.
Il apparaît tout sourire à l’orée d’un bois : « Ah ! Te voilà enfin ! J’ai cru devoir être obligé de raser ce pays tout entier vu que tu ne sortais pas de ta cachette ! Ah, ah, ah ! »
Le visage crispé de panique, Nachi n’inspire à l’étranger qu’une colère phénoménale : « Que… Quoi… Tu chiales ?! Mais qu’est-ce que c’est que cette lavette que le Sanctuaire m’a envoyé combattre ?! De qui se moque-t-on ? On a fait faire au grand Voskos Saint de bronze du Bouvier des milliers de kilomètres pour un misérable, que quelques gardes auraient réussi à achever sans même utiliser leurs lances ?! »
Affolé, Nachi ne réagit même pas aux provocations de son adversaire.
Face à cette attitude indigne d’un chevalier, Voskos bondit jusqu’à lui.
La réception de ses cent quatre-vingt-trois kilos, provoque un léger séisme qui fait choir à nouveau Nachi sur son postérieur, n’inspirant que dégoût au Bouvier : « On m’a parlé de renégats Japonais, qui avaient bafoués les codes de la chevalerie. Et qui aujourd’hui tiennent tête à des Saints d’argent… »
Apprendre le niveau atteint par ses amis peine davantage Nachi, il réalise qu’en plus d’être un pleutre, son entraînement ne lui a pas permis d’atteindre une aussi grande maîtrise de son cosmos.
_ « … Et moi, on m’envoie éliminer celui qui devait jouer le rôle de manche à couilles dans cette équipe. Le combat est déjà terminé. »
Au lieu de le révolter, une telle insulte fait douter davantage Nachi. Accroupi face à son adversaire, il le laisse abattre son énorme pied contre son visage.
Nachi perd connaissance, le crâne encastré dans le sol sablonneux…


Dans une dimension qui surplombe la Terre, dans l’une des deux zones non occupées de l’Olympe, là où échouent les êtres qui, pour avoir commis des actes immoraux et des affronts envers les dieux, finissent par mourir, Apodis médite.
Au sommet d’une de ces innombrables colonnes sphériques qui pointent vers le ciel d’un bleu beaucoup plus obscur que celui qui domine le reste de l’Olympe, le chevalier de bronze a les jambes en tailleur, les mains sur les genoux et les yeux fermés.
Immobile sur l’une de ces surfaces plates et surélevées au pieds desquelles l’Hyperdimension est grande ouverte, l’Oiseau de Paradis fait tournoyer autour de lui une déferlante de cosmo énergie.
Dans les prisons de l’Olympe, l’aura que dégage Apodis, est à la hauteur de l’évolution de ses capacités et de sa totale maîtrise du septième sens. Aujourd’hui dorée, sa cosmo énergie a suivi toute l’évolution qui a fait d’Apodis un Saint aguerri.
Autrefois orangé, puis brun après la perte des siens, son cosmos est dorénavant aussi éclatant que son calme et sa maîtrise de l’ultime cosmos.
La voix bienfaitrice de Déméter ne lui fait perdre en rien sa réflexion : « Je vois que tu continues de t’exercer malgré l’annonce de ton jugement. »
Le Grec ouvre ses yeux pour toiser la déesse à l’apparence d’une femme quasiment nue, l’intimité à peine dissimulée par quelques ornements, sans que cela n’altère son entraînement. « Maintenant que je sais que je serai mis à mort, je n’ai pas l’intention de partir sans combattre. Je veux montrer aux dieux à quel point l’être humain et fier et brave. Ici, je n’ai pas idée du temps qui s’écoule. Et tant mieux, chaque instant en ce lieu me parait infini. Mon corps récupère avec merveille de mes blessures, grâce au nectar et à l’ambroisie que vous m’offrez, même si j’ignore toujours votre nom. »
La boule de cosmos continue de tournoyer maintenant autour d’eux, sans nécessiter la moindre attention d’Apodis. Comme si ce don lui est inné. Le noyau de force virevolte, près des longs cheveux noirs de jais de la Déesse de l’Agriculture et des Moissons : « Dans ton monde, cela fait déjà plus de deux semaines que les Olympiens ont fixé ton sort. Néanmoins, pour eux qui disposent de l’éternité, ça n’est même pas semblable à quelques secondes de perdues.
_ C’en est autant de gagné pour moi !
_ Tu espères faire changer le jugement des dieux ? »
Apodis se relève et arbore son torse nu athlétique. Il tourne autour de Déméter, dans le sens opposé de celui de son cosmos. Le claquement des derniers morceaux de sa Cloth qui couvrent ses pieds contre le pylône où il est retenu prisonnier provoque une cadence musicale rythmant cet endroit où le calme est effrayant : « Quel dieu ici peut comprendre la cause des hommes ? Des dieux que j’ai aperçu jusqu’à présent, seule Hébé était digne de respect. Les autres, hormis nous regarder de haut et mépriser notre existence, ne cherchent pas à savoir qui nous sommes. Si l’homme s’est émancipé d’eux, c’est justement parce qu’ils ont eux aussi quelque chose à apporter à l’humanité. »
Déméter dissimule son corps svelte et plein de grâce d’une toge sombre au tissu très fin permettant de voir au travers. Son visage aux traits très tirés et ses larges yeux répondent à Apodis avec moins de dédains que ses semblables : « Je demande à voir.
_ Qui êtes-vous ? Pourquoi me gardez-vous en bonne santé ?
_ J’ai toujours été favorable aux hommes. Et je crains un complot visant la Terre, mais surtout je crains que Zeus ne se fasse duper. Les efforts répétés de certains dieux de l’Olympe commencent à faire douter Zeus des humains. Peut-être seras-tu l’homme qui parviendra à maintenir son estime pour l’humanité, le temps que sur Terre Athéna s’éveille totalement et reprenne les choses en main.
_ Et pourquoi ne pas aider Athéna ?
_ Je ne suis qu’une simple observatrice. Et puis en t’aidant, je l’aide finalement aussi un peu. »
Apodis cesse son exercice et laisse la vague cosmique venir le heurter sans qu’il en souffre.
La déesse l’en félicite : « Tu présentes de grosses facultés à encaisser les coups. Cela te sera très utile dans l’arène.
_ Qui vais-je affronter ?
_ Des Anges.
_ Alors cela ne suffira pas à m’aider. Jusqu’à ce qu’ils décident de me mettre à mort, je dois m’entraîner encore. Je ne suis pas au niveau de cet Ange, Peleus, que nous avons vaincu sur Terre.
_ Les Anges sont bien plus puissants que les meilleurs des hommes que vous nommez Saints d’or. T’en sens-tu capable ?
_ Si pour les dieux deux semaines ce n’est rien, pour un humain c’est déjà beaucoup. Ce qui pour eux est du temps perdu, est pour moi du temps gagné. »
Le visage de Déméter reste figé comme d’habitude. Alors qu’elle s’apprête à quitter les lieux, Apodis l’interpelle : « Je ne suis pas seul ici n’est-ce pas ?
_ Pardon ?
_ Il y a un autre prisonnier loin d’ici. Même si je ne le vois pas en raison de la distance qui nous sépare, je le sens. Lui est plus fort qu’un Saint d’or. Qui est-il ?
_ Un être qui a trop voulu s’approcher des dieux.
_ Vous l’avez puni pour ça ?
_ Certains considèrent que c’est une punition. Mais pour d’autres, ce n’est qu’une étape.
_ Une étape avant quoi ?
_ Son sacre. Il n’a plus rien d’un homme, il s’est exorcisé de son statut humain. »

Au loin, là où le cosmo terrifiant que ressent Apodis prend forme, un globe d’éclairs entoure la colonne où est retenu le prisonnier.
Ceux-ci crépitent, s’entrechoquent, sous le regard masqué de l’inconnu qui les invoque. Ses grands yeux bleu ciel, fixent avec fierté cette énergie invoquée qu’il manipule à merveille.
Ses cheveux roux ébouriffés, volent dans le vent au gré de ses rapides déplacements.
Enfin, en dressant ses poings vers les cieux, il libère d’une voix emprunte de confiance, tout son cosmos qui s’envole dans le néant : « Highest Altitude ! »
Ses bras, couverts jusqu’au biceps du même tissu jaune pâle que son pantalon, retombent le long de son corps. Ils arrivent là, où s’arrêtent le long voile blanc qui habille son torse, ceinturé à la taille pour former une jupette sur le haut de ses cuisses.
Il arbore un sourire fier sans même s’essouffler d’une telle attaque.
Sans le surprendre, un bruit de pas résonne derrière lui.
Immédiatement, le ciel s’assombrit et la lune apparaît.
Sur le pied habillé d’une ballerine blanche retombe un immense voile blanc qui couvre même jusqu’aux mains la blafarde Déesse de la Lune : « Quels progrès incroyables. Ton arcane est digne de toi, Ikaros. »
Le susnommé lui fait face et s’agenouille : « Ne croyez pas que je suis un être faible, ô Artémis. Je ne suis plus un humain. Je deviens semblable à un dieu. »
Artémis s’approche de lui pour lui ôter le masque qu’il s’est imposé pour lui plaire : « Je le sais. Ce masque destiné à renier ton identité terrestre et le don de toi à t’appliquer chaque jour à devenir plus fort sont des preuves suffisantes. »
Elle plonge ses yeux jaunes dans les siens, instaurant une profonde passion et ramenant à la surface des souvenirs partagés…

Flashback
1980 - Le visage tuméfié, ses modestes vêtements déchirés, un petit garçon était étendu au sommet d’une des colonnes de la Prison de l’Olympe.
Dans des circonstances qui feraient frémir plus d’un guerrier confirmé, l’enfant de sept ans restait les yeux rivés vers le ciel, froncés avec détermination. Il tenait avec sa main droite son épaule gauche démise sans se plaindre. Sa mâchoire était crispée pour contenir la douleur.
Après de longues heures sans vaciller, son champ de vision se mit à être brouillée par l’arrivée inopinée de la lune. Ses sens aiguisés lui permirent d’entendre des pas délicats venir à lui.
_ « Qui peut bien marcher ici, sur une tour au milieu du vide, si ce n’est un dieu, déduisait-il ? »
L’enfant redressa son buste sans difficulté, comptant sur un travail musculaire acharné.
Il fut saisi par les larges yeux jaunes et la chevelure, blonde pâle, de cette grande et ravissante entité, qu’il avait déjà identifié rien qu’à la façon dont elle lui était apparue.
Le jeune frère de Marin se permit de prendre la parole : « Vous êtes la Déesse de la Lune n’est-ce pas ? »
Elle lui paraissait magnifique. Ses épaules nues lui laissaient apparaître une peau laiteuse qu’il soupçonnait douce et agréable au touché.
Froide, le visage inexpressif, Artémis lui répondit : « Est-ce toi l’humain que mon frère Apollon a puni ? Celui qui a commis l’outrage de vouloir être comme un dieu ? Je m’attendais à plus impressionnant. »
Le Japonais, tout en continuant à courber l’échine, fit scintiller quelques faisceaux lumineux teintés de rose juste devant la déité.
_ « Des éclairs ! C’est un pouvoir peu commun. Et surtout, le pouvoir de notre roi tout puissant. »
Il la regarda alors fièrement dans les yeux, sans même se douter qu’elle aurait pu considérer ceci comme un outrage.
Artémis pointa la clochette que portait le garçon autour du cou : « Qu’est-ce donc ? »
Toma la dissimula sous son maillot miteux : « Cela n’a aucune valeur.
_ Comment t’appelles-tu humain ?
_ Je n’ai pas de nom humain. Je suis au-dessus de cela.
_ Quel homme de valeur peut renier son origine ?
_ Il n’y a aucune valeur à vivre dans la tristesse comme un humain. La vraie valeur, c’est celle qui permet de surmonter la faiblesse des sentiments.
_ Tu risques de perdre toute humanité.
_ C’est le meilleur moyen de me rapprocher des dieux.
_ Ne connais-tu pas l’histoire d’Icare ? Pour un homme, trop vouloir s’approcher des cieux mène à sa perte. »
Tout en restant modeste, Toma prouve sa détermination : « S’en approcher ? Mais les cieux, n’y suis-je pas déjà aujourd’hui ? »
Pour la première fois, les petites lèvres roses d’Artémis s’élargirent très légèrement, pour dessiner ce qui s’apparente à un sourire.
Elle avança jusqu’à lui et, d’un très lent signe de la main, elle l’invita à se lever.
Toma obéit, en gardant néanmoins la tête en direction du sol en guise de respect.
Pendant de longues minutes, instaurant un silence gênant, Artémis fixait la tête à la chevelure poisseuse. Elle décida enfin : « Si tu n’es pas un humain, si tu rêves d’approcher les dieux, alors tu es comme Icare. Désormais, tant que tu vivras ici, tu te nommeras Ikaros. »
Toma la dévisagea enfin, lui témoignant toute sa conviction et tout le respect qu’il lui vouait.
Lorsqu’elle lui tourna le dos, avant de disparaître, elle l’avertit : « Sous cette colonne est ouvert un passage sur l’Hyperdimension. Les prisonniers y tombent et s’y désintègrent lorsqu’ils sont à bout de force, affamés ou qu’ils délirent car la solitude les pèse. Comme Icare, tomberas-tu toi aussi ? »
Flashback

Toma rompt le silence et les souvenirs de sa déesse : « Majesté, ne vous ai-je jamais montré à quel point je vous suis fidèle ? Quand pourrais-je vivre auprès de vous et non plus dans cette prison ? »
Les yeux d’Artémis s’écarquillent. Elle lui caresse délicatement la joue en murmurant : « Seuls les Olympiens peuvent vivre hors de cette prison. Quant à vivre auprès de moi… »
Toma assure d’une voix confuse : « Je ne pense qu’à vous servir. Devenir un Ange de l’Olympe, seul les Olympiens le peuvent. Etre un Ange m’assimile à eux non ?! »
Elle s’accroupit pour mieux faire face à son sujet pendant que celui-ci continue : « Non. Non, je ne suis pas eux. Je suis au-delà. Je le suis pour vous. Faites de moi votre bras armé, votre parole, votre… »
Elle approche si prêt sa tête de celle d’Ikaros que leurs lèvres se frôlent presque, lorsqu’elle l’interrompt pour achever sa phrase : « … souffle ? »
Toma, troublé, avale sa salive : « Si cela est votre volonté. »
Elle ne lui répond que par une caresse lente, presque sensuelle, le long de son visage, du haut de son oreille jusqu’à son menton.
Lorsqu’elle se relève, à mesure que la lune s’éloigne, sa silhouette s’évapore dans l’air, ne laissant juste que le temps pour elle de prononcer : « Ikaros, mon fidèle Ange. L’heure de ta grâce approche. N’ait crainte. »


Au Libéria, à Bomi Hills, étendu face contre terre, Nachi est inconscient.
Voskos, selon toute vraisemblance vainqueur, crache sur sa dépouille, d’où s’écoule beaucoup de sang sortant de l’importante plaie crânienne qu’il a provoquée.

Prisonnier de son subconscient, l’esprit de Nachi se laisse approcher par une étrange aura qui émane de sa Cloth.
_ « Maître ! Est-ce vous ? Je vous sens si proche de moi, interroge-t-il perturbé ».
Une voix chaleureuse mais non moins déterminée lui répond : « C’est toi qui es proche de moi. Tu es proche de la mort. Une mort que tu m’as donnée, afin de prendre ma place et de protéger Athéna mieux que moi je n’en étais capable arrivé à mon vieil âge. Hélas, tu t’es égaré en chemin Nachi. »
Nachi se voit dans un immense puit en haut duquel la silhouette de son adversaire l’attend : « Je ne peux pas vous abandonner maintenant Maître. Sans quoi je retournerai me faire martyriser par cette brute. »
L’âme du professeur rétorque : « Te faire martyriser ?! Mais mon garçon, as-tu idée des souffrances des Enfers ? Sais-tu au moins qu’on souffre davantage une fois mort que vivant ? Et que c’est pour offrir la paix à tout défunt, qu’Athéna affronte Hadès à chacune de sa réincarnation ? »
Nachi refuse de regarder plus longtemps la lumière du jour : « Athéna ?! C’est elle qui envoie aujourd’hui ces assassins du Sanctuaire contre nous autres ! »
Un déchirement de douleur répond à Nachi. Le son est si puissant, si malsain, si angoissant que le Loup se cache à nouveau derrière ses bras : « Maître ?! Est-ce vous ? Que se passe-t-il ? J’ai peur ! »
La voix bien plus fatiguée qu’au début de l’entretien, l’ancien Saint du Loup reprend la conversation : « Ce n’était que le gardien de la prison des enfers où je suis enfermé, qui est venu m’infliger mon supplice quotidien. »
Nachi avale difficilement sa salive : « La mort est-elle si ignoble ? »
La voix du maître est de plus en plus haletante : « Tu n’as pas idée Nachi. Trouve Athéna. Délivre-nous du martyr de la mort. La souffrance de la vie n’est qu’un détail de nos trop courtes existences sur cette Terre. »
Nachi panique : « Mais suis-je suffisamment fort pour le vaincre ? Et comment trouver Athéna alors qu’elle gouverne le Sanctuaire ? Vous m’entendez Maître ? Maître ?! Maître ! »
Seuls de nouveaux cris résultants de la torture répondent à Nachi.
Il reste de longues secondes à réfléchir, tourmenté par la douleur éternelle de la mort de son professeur et la peur de se retrouver face à son adversaire.
Les déchirures de la mort commencent à l’affoler. Il choisit alors de se donner la chance d’éviter cela, en plantant ses doigts contre la paroi du puit pour se hisser en dehors.

Face à Voskos, Nachi commence à se redresser.
Le Bouvier toise de son mètre quatre-vingt-dix-sept, celui qui lui paraît n’être qu’un minuscule microbe.
Toutefois, en se relevant, Nachi rigole. Il se tient la tête d’où s’écoule toujours beaucoup d’hémoglobine : « La douleur à ma tête ne paraît pas aussi insurmontable que les souffrances qu’endurent mon maître qui était un homme courageux… »
Il regarde avec conviction Voskos : « … Donc ça ira ! J’arriverai à surmonter ma peur ! Je le lui dois ! »


En Olympe, au bord de la tour qui le retient, Toma reste immobile à observer le vide, sans se douter qu’en cas de chute dans l’Hyperdimension il n’aurait, grâce à sa clochette rien à craindre. La clochette n’est autre qu’un Pendentif de Zeus permettant de voyager entre la Terre et l’Olympe.
Il revit le temps de quelques instants les souvenirs qu’il a depuis sa première rencontre avec Artémis…

Flashback
1980 - Semaine après semaine, sans relâche, Ikaros poursuivait ses entraînements acharnés. Guéri, déterminé, il s’activait sans cesse à prouver de quoi il était capable après qu’Artémis l’ait mis au défi.
Il n’avait pas mangé depuis son arrivée, ni bu. Seuls les exercices lui importaient pour devenir plus fort. La fatigue, la faim, la soif, la douleur, le chagrin, le manque de sa famille… Tout cela disparaissait peu à peu de sa tête, de son c½ur. Il ne voyait qu’elle, celle qui lui est apparue lorsqu’il est arrivé ici, Artémis. Développant sans s’en rendre compte sa source nourricière qui allait substituer peu à peu tous les besoins dont il s’était privé, le cosmos.

1981 - Amaigri mais sculpté, effilé, Toma arborait, dans sa piteuse tenue une carrure athlétique. Son visage était déjà plus marqué, plus dur. Quasi inexpressif.
Les grésillements lumineux qu’invoquait son cosmos étaient désormais des éclairs.
La fatigue, la faim, la soif, la douleur, le chagrin, le manque de sa famille n’existaient plus. Quelques tintements de sa clochette qu’il dissimulait sous son maillot, venaient parfois lui ressasser quelques images en vracs dans sa mémoire, sans lui faire oublier que celle qu’il attendait désormais c’était Artémis.

1982 - Elle lui vint. De la même façon que la fois précédente. Il n’attendit pas et s’inclina aussitôt.
Elle marcha d’un pas lent et calculé jusqu’à lui. Sa démarche était parfaite, Toma était admiratif.
_ « Icare n’est pas encore tombé ?
_ Seuls les dieux peuvent influencer le destin. Je vous ai prouvé que le destin d’Icare pouvait être changé si vous le vouliez.
_ Un dieu ne présente pas une tenue aussi lamentable.
_ Habillez-moi selon votre convenance. »
Artémis, d’un ton monocorde, se contenta de répondre : « En es-tu digne ? »
Immédiatement, apparurent derrière elle cinq êtres. Tous libérant une jupette par-dessus une armure.
_ « Voici Makhaon, Antilokhos, Mériones, Odysseus et Theseus. Ils sont des chevaliers de l’Olympe. Des Anges. Ils portent les Glories. »
Sans qu’elle n’ait besoin de le lui demander, Makhaon passa devant Artémis. Il regardait avec dédain Toma : « Je ne peux comprendre ce que sa Majesté Artémis peut trouver comme intérêt auprès d’un humain. »
Toma fit scintiller dans les airs quelques éclats roses : « J’apporte tout simplement la garantie de protéger celle qui saura me reconnaître tel que je suis réellement, contrairement à toi. »
L’Ange qui se faisait appeler comme le Machaon de la mythologie, fils d’Asclépios et excellent médecin, tourna au bord du précipice, de sorte à forcer Toma à se positionner au centre de la surface où il était prisonnier.
Le regard sévère, couleur feu, comme ses cheveux, Makhaon toisa son adversaire : « Je crains que sa Majesté Artémis ne soit dupée par tes belles paroles. Tu mourras pour celles-ci. Le Crépuscule Lunaire aura raison de toi : Moon Twilight Flash ! »
Aussitôt, la lumière perdit de son intensité. Alors que le jour allait laisser place à la nuit, une lumière diffuse apparut brusquement et transperça Toma en pleine poitrine à une vitesse sensationnelle. Le malheureux fut projeté au sol, pris d’une douleur intense à la poitrine.
_ « J’en étais sûr. Ce mouvement était proche de celui de la lumière, une vitesse que nous arrivons facilement à dépasser. Et tu n’as même pas su l’esqui… »
L’Ange ne put achever sa phrase que déjà l’épaulette droite de sa Glory explosa dans un éclat de sang.
Toujours au sol, Toma affichait malgré la douleur un sourire provocateur : « En effet, cette vitesse était vraiment futile. La prochaine fois, je m’appliquerai à frapper plus fort en veillant à ne pas me faire surprendre. »
Makhaon leva les yeux en direction de Toma. Son regard avait changé. Comme Antilokhos, Mériones, Odysseus et Theseus, il observait l’être humain avec un sentiment nouveau. La surprise.
Artémis, elle, affichait sur son visage froid et hautain une expression nouvelle. Ses lèvres prirent une forme qu’elle n’adoptait que très rarement, s’apparentant à un sourire. Cela était provoqué malgré elle, par un sentiment étrange de bien-être à la vue de cet homme.
Makhaon, refusant de se soumettre, tourna à nouveau sur la plateforme : « Moon Twilight Flash. »
La lumière du jour commença à disparaître de nouveau, mais alors que la dernière lueur du jour prit la forme d’un filet de lumière destiné à abattre Toma, une barrière d’éclair entoura le Japonais pour le protéger.
Immédiatement, Ikaros se mit en position d’attaque pour riposter.
Abasourdi, l’Ange ne le vit pas surgir derrière lui pour le cogner dans le creux du dos avec son coude.
Il se retourna aussitôt pour frapper du gauche, mais Toma passa au-dessus de lui pour frapper d’un coup de pied retourné l’estomac du malheureux qui retomba devant la Déesse de la Lune.
Couché sur le dos, il essuya le regard méprisant de sa maîtresse.
Furieux envers lui-même, il tenta une nouvelle fois d’invoquer son arcane que le prisonnier s’empressa de contrer à nouveau. D’ordinaire doté du même sang-froid, que les Olympiens, l’Ange devint survolté : « C’est impossible. Je t’ai projeté le Crépuscule Lunaire deux fois de suite à pleine vitesse et de toutes mes forces. Même les plus puissants êtres humains sont incapables de voir cette puissance qui dépasse le commun des mortels. »
D’une attitude bien plus posée que celle de son adversaire, Toma répondit sèchement : « C’est que dans ce cas, j’ai dépassé le stade de l’être humain. Tu as voulu jouer avec moi en me sous-estimant. Hélas, cela m’a suffi pour analyser ta technique. Quelle que soit la puissance et la vitesse que tu dégageras pour l’invoquer à nouveau, je la contrerai. Je te domine. »
Ne l’entendant pas ainsi, l’Ange s’élança mais fut saisit par la vitesse à laquelle Toma se précipita à son tour contre lui. Il lui envoya un coup de pied en plein menton. Projeté dans les airs, Makhaon effectua un salto pour se remettre sur ses jambes et repartir à l’attaque. Il réussit à cogner avec sa jambe l’estomac de Toma et voulut enchaîner d’une gauche, qu’il s’empressa d’éviter en s’élançant dans les airs.
Makhaon empêcha qu’il ne lui retombe dessus en effectuant un magistral mouvement acrobatique. Néanmoins, à peine avait-il retouché le sol qu’il était balayé par les jambes d’Ikaros.
Il s’appuya sur le sol pour se lancer contre Toma et réussit à le frapper avec son pied droit au visage. Profitant du même élan et d’une incroyable agilité, il effectua le même geste avec la jambe gauche, obligeant Toma à baisser sa garde pour passer ses mains contre sa pommette ouverte après le choc.
Ne réalisant pas que l’étau se resserrait autour de lui, Makhaon regardait son rival essuyer son sang.
Ikaros lui tourna le dos pour approcher le précipice et balança l’hémoglobine qu’il avait recueillie dans la paume de sa main afin de vexer davantage son adversaire : « Il est hors de question que je souille de mon sang la surface sur laquelle la Déesse Artémis a posé les pieds. Pas une goutte de mon sang ne la souillera. »
Makhaon se tint aussitôt son épaule ensanglantée qui salissait la geôle depuis le début de l’affrontement.
À la fois affectée par l’humiliation de son homme de main et charmée par la performance d’Ikaros, Artémis prononça d’une voix calme à l’attention de Makhaon : « Tue-le. Sinon, s’il est au-delà de l’être humain comme il le dit si bien, Ikaros vaincra. "
L’Ange refusa de se laisser ridiculiser plus longtemps. Il se lança contre lui. Poing gauche, coup de pied sauté, droite, rien ne passa. Ikaros était trop vif.
Alors l’Ange usa d’ingéniosité. Il écarta les bras et laissa sa cosmo énergie souffler les lieux pour repousser Toma dans le vide.
Ce dernier, ne pouvant contenir une telle rafale s’élança dans les airs, pour le plus grand plaisir de Makhaon.
Sans qu’il ne concentre le moindre effort, le guerrier matérialisa dans son dos deux ailes d’angelot qui lui permirent de voler jusqu’à Toma.
Pouvant se mouvoir à sa guise, il reprit le dessus en malmenant Toma dans les airs. Il le projeta plus loin grâce à un coup de pied, menaçant ensuite de le faire tomber dans l’Hyperdimension en le cognant des deux poings derrière sa tête.
Il choisit de jouer avec lui plus longtemps pour réaffirmer sa supériorité auprès de sa maîtresse en le renvoyant plus haut d’un magistral uppercut.
Au moment où tout semblait fini pour Toma, d’étranges grésillements se firent entendre autour de lui.
Alors qu’il était à la merci de Makhaon, celui-ci perdit de l’altitude. Les grésillements devinrent pour l’Ange des crépitements qui s’attaquèrent à ses ailes. Des éclairs roses rongèrent ses plumes et l’obligèrent à réintégrer la surface de combat.
Cependant, Makhaon ne perdait rien de son sourire, il se délectait de voir Toma s’échouer vers l’Hyperdimension.
Alors que la chute semblait acquise, les éclairs continuaient de graviter autour de Makhaon.
Celles-ci devinrent de plus en plus bruyantes, alors que de grands traits de foudre venaient de là où avait sombré Toma.
Artémis commenta : « Comme Icare, Ikaros a réussi à voler. Saura-t-il ne pas se brûler les ailes ? »
A cet instant, Toma réapparut. Il dominait le vide grâce à l’émanation de ses éclairs. Il lévitait avec élégance, voire majesté.
Les quatre autres Anges restés en retrait. Eux, descendants des dieux, ressentaient de l’admiration. Makhaon, de la peur.
A quelques centimètres du sol sur lequel l’attendait son adversaire, Toma, grâce à son envol, le dominait. Il resta de longues secondes à le dévisager pour reconnaître sur le visage d’ordinaire insensible de l’Olympien, un sentiment de rage qui se changeait peu à peu en épouvante.
Makhaon, inconsciemment, commença à glisser un pas en arrière. Il était effrayé.
Toma ne le laissa pas en faire un second. Il lui colla un crochet du gauche en plein torse, le transperçant sur le coup. Il garda son bras logé dans la carcasse de son adversaire qui agonisait. Il invoqua toute sa cosmo énergie pour le foudroyer dans un champ d’éclair : « Highest Altitude. »
Pour la première fois de son existence, Artémis entendit hurler de douleur et de désespoir un Ange. Antilokhos, Mériones, Odysseus et Theseus abandonnèrent leurs visages habituellement si inexpressifs, pour grimacer devant la terreur qu’inspirait Toma.
Les éclairs sortaient de Makhaon par tous ses orifices. Ses oreilles, son nez, sa bouche et même ses yeux libéraient des gerbes de foudre, tandis que la Glory éclatait de part en part, ne supportant plus la pression exercée.
Enfin, dans un dernier râle, les souffrances de Makhaon prirent fin. Son corps céda et implosa, ne laissant plus que Toma seul au milieu d’un nuage de fumée.
Quand le calme regagna les lieux, Toma avança jusqu’à Artémis. Les quatre Anges passèrent devant la Déesse de la Lune, mais aucun n’osa se dresser contre l’homme.
Il s’inclina devant Artémis : « Si mes capacités n’ont pas réussi à vous convaincre que suis digne de vous, alors laissez-moi souffrir ici seul davantage de votre absence. »
A cela, Artémis resta sans réaction. Elle ne décrocha son regard hautain, que lorsqu’elle choisit de lui tourner le dos et de disparaître comme elle était venue, en compagnie de ses quatre sujets.
Seul, à genoux, Ikaros restait serein, il savait qu’il avait conquis l’Olympienne.

1983 - Toma était assis, en tailleur, au milieu de la surface où il avait tant brillé.
Il ne pensait plus à la soif, à la faim, à la douleur ou au chagrin. Il n’était pas impatient non plus. Il savait que le jour arriverait.
Et il arriva. Artémis réapparut avec ses quatre Anges. Toma se leva, les quatre s’agenouillèrent. Il l’avait compris, Artémis l’avait reconnu.
Elle se contenta de lui dire : « Suis-moi. »
Il s’exécuta et lévita hors de la Prison de l’Olympe. Il survola les vertes contrées où le peuple Olympien vivait paisiblement. Il suivait la trace du cosmos qu’Artémis avait laissé derrière elle avant de disparaître. Autour de lui, ailes déployées, Antilokhos, Mériones, Odysseus et Theseus l’escortaient.
Ils arrivèrent devant onze temples positionnés au pied du Mont Olympe. Immédiatement, le Japonais leva les yeux en direction du sommet qu’il ne pouvait distinguer de là où il était. « Zeus, admirait-il… »
Il suivit les quatre Anges qu’il devinait désormais à son service et arriva devant un temple gardé par des jeunes filles, les Satellites. Toutes armées d’un arc et de flèches, elles portaient un serre-tête en forme d'oreilles de lapin et semblaient être commandées par une Satellite à la protection plus sombre et à la forme plus reptilienne, La Scoumoune.
Il les survola avant de pénétrer dans le palais aux pierres froides et aux colonnes grecques qui soutenaient des voûtes sur lesquelles étaient gravés des croissants de lune.
Autour d’eux, des serviteurs, Olympiens et Olympiennes, s’affairaient à nettoyer les lieux et à prier sans cesse au beau milieu des allées sous les ordres de Callisto qui sermonnait à l’occasion un jeune garçon nommait Lytus.
La protection de Callisto était semblable à celle de La Scoumoune, néanmoins, à sa façon de le dévisager, il apparut aussitôt à Toma qu’elle était extrêmement retorse.
Au détour de quelques couloirs, ils passèrent devant la salle impériale où, d’ordinaire, trône la déesse sur une grande ouverture à ciel ouvert qui laisse apercevoir sur un pan béant de l’Hyperdimension la lune.
Sur le flanc, de la pièce, les Anges cessèrent et d’un mouvement de tête, Theseus fit comprendre à Toma qu’il devait poursuivre seul derrière la porte dressée devait lui.
Il l’ouvrit sans ménagement et fut saisi par la chaleur qui s’échappait des vapeurs d’eau de la salle des thermes.
Même dans la salle d’eau, l’empreinte lunaire rendait l’atmosphère lugubre.
Néanmoins, cela ne dérangeait guère l’homme qui cherchait parmi la brume une quelconque silhouette.
Celle qu’il vit l’ensorcela.
Au beau milieu d’un bassin, le visage ruisselant, entièrement vêtue, Artémis avait de l’eau jusqu’à la nuque. Ses vêtements blancs lui collaient à la peau et laissaient transparaître ses formes gracieuses.
Toma était admiratif. Il fallut que des servantes viennent lui attraper les bras, afin de le guider dans le bassin pour qu’il reprenne ses esprits.
Il descendit progressivement dans l’eau chaude, jusqu’à ce que l’onde couvre ses épaules.
A mesure qu’il avançait, les servantes lui ôtaient ses vieilles frusques, afin qu’il puisse tremper auprès de sa déesse dans le plus simple appareil.
D’autres lui frottaient le corps en prenant soin de s’attarder sur chaque partie de son intimité, afin de nettoyer cette apparence devenue si athlétique. Ses cheveux mouillés, une fois lavés, passaient devant ses yeux, mais ne l’empêchaient pas de voir Artémis venir jusqu’à lui.
Elle lui passa ses mains mouillées devant son visage, pour lui dégager la vue et laissa perler quelques gouttes qui roulèrent jusqu’à ses lèvres. Toma restait immobile à admirer celle qui lui permettrait de s’élever au rang de dieu.
Délicatement, très lentement, les mains d’Artémis descendirent jusque dans son cou, caressèrent ses pectoraux puis s’écartèrent sur ses épaules pour descendre le long de ses bras et lui tenir fermement ses mains : « Ikaros. Tu es diffèrent. Tu seras sous ma protection. Tu es le seul humain que j’ai choisi. »
Après cela, les sujets d’Artémis vinrent chercher de nouveau Toma pour le sortir et le sécher. Elles l’habillèrent d’un pantalon jaune pâle comme les guêtres qu’elles lui passèrent le long des bras. Elles couvrirent son torse d’un long voile blanc qu’elles ceinturèrent à la taille pour former une jupette sur le haut de ses cuisses. Elles lassèrent ses chevilles de spartiates tout en plongeant chaque fois dans ses beaux yeux bleus. Ikaros ne laissait personne indiffèrent.

Après l’avoir nourri de nectar et d’ambroisie en l’invitant à prendre place sur les couches qui entourent la sienne, Artémis fit un simple signe de la main pour que ses quatre Anges qui gardaient la salle fassent venir sur un plateau une armure resplendissante.
_ « Mais c’est…
_ Une Glory. Ta Glory. »
Il se leva aussitôt et se précipita sur elle pour la détailler. Elle se défit de son socle lorsqu’il essaya de la toucher et se laissa couvrir par celle-ci.
Avec fierté, il se tourna en direction d’Artémis pour la saluer en s’agenouillant.
Seulement, elle fronçait ses sourcils.
Elle cueillit une fois encore son visage : « Malgré cette tenue, en te regardant, j’ai toujours l’impression de voir un humain.
_ Alors changez-moi ce visage. Rendez-moi divin à vos yeux. »
Elle passa ses mains sur le diadème de la Glory qui coiffait ses cheveux roux comme le fait toute Glory. Celui-ci vint dans ses mains et épousa une autre forme. Elle ajusta affectueusement ce qui est devenu un loup : « Maintenant tu es Ikaros. L’Ange qui commandera l’armée de la Déesse de la Lune pour l’Olympe. »

1985 - Droit, le visage dressé vers les sommets, seul sur sa plateforme où il est resté vivre, Ikaros était pensif.
L’obscurité naissante annonçait l’arrivée d’Artémis qu’il salua en s’agenouillant comme il en avait l’habitude.
La voix pleine de dépit, il prononça à peine : « Venez-vous me chercher pour passer la journée à vos côtés avant de me ramener ici une fois encore ? »
Elle s’empressa de venir lui plaquer sa tête contre sa douce poitrine : « Tu deviens chaque jour plus fort, plus proche de ton but. Un jour viendra où une mission te sera confiée. Elle sera alors l’occasion pour toi de t’affirmer aux yeux de tous. De faire de toi un Olympien à part entière. Alors, seulement, tu seras autorisé à quitter cette prison, pour d’autres circonstances que celles qui t’autorisent uniquement à m’accompagner. »
Flashback

Toma dresse son poing vers le ciel et fait virevolter ses éclairs : « Oui, ce jour viendra. Et je leur montrerai à tous que je suis un dieu. »


Au Libéria, le vent soulève la poussière de Bomi Hills qui couvre le sol et voile la vision des deux Saints de bronze.
Le visage dégoulinant d’hémoglobine, Nachi lutte contre ses doutes pour faire face à un Voskos qui fait craquer ses poignets d’impatience : « Bon, il semble que tu sois plus généreux que je ne l’aurai cru. Tu vas m’offrir un peu de divertissement finalement. »
A peine une demie seconde s’écoule après la fin de sa phrase, que le Saint du Bouvier cogne de plein fouet la poitrine du Loup.
Projeté plus loin, Nachi passe sa main contre sa Cloth qui protège son torse comme pour la remercier d’être toujours en vie. « Quelle force brute. J’ai l’impression qu’un troupeau tout entier vient de me piétiner, ressent-il. »
Néanmoins, il se relève avec le sourire, faisant grimacer le colosse : « Mon premier coup t’aurait-il fait perdre la tête pour que tu sois amusé malgré la situation ? Dans ce cas, je vais abréger tes souffrances en t’achevant d’un unique coup. Le Piétinement Sauvage va te remettre les idées en place ! Katapatisi Agria ! »
De son poing titanesque, Voskos libère toute sa force.
Nachi observe la masse d’énergie se diriger contre lui, en grimaçant. Il plisse les yeux comme pour appréhender la douleur et n’arrive pas à avaler sa salive, tant la crainte de souffrir le gagne. Mais il en est convaincu : « Je dois surmonter ma peur. »
Face au cosmos dévastateur, il écarte grand les bras et se laisse heurter de plein fouet.

Le vent résultant de l’onde de choc soulève un rideau de fumée qui cache la vue de Voskos, l’empêchant d’apprécier jusqu’où il a projeté son adversaire.
Cependant, la voix de Nachi l’informe des intentions de ce dernier : « Le meilleur moyen de vaincre sa peur, c’est d’y faire face, encore et encore, en l’endurant. Je surmonterai les pires souffrances, jusqu’à ce que je devienne inflexible face à ma peur. »
Le chevalier se libère du rideau poussiéreux et arbore son visage égratigné, avec une confiance de plus en plus grandissante.
Voskos fronce ses sourcils : « Ça alors ! Tu as encaissé sans broncher et tu es encore debout !
_ Je suis doué. J’ai du talent. Et je suis résistant. J’ai même repris l’entraînement depuis des semaines. Toutefois, ma peur est un handicap. Mais je vais la chasser de mon esprit grâce à toi. Tu vas être mon exorciseur ! »
Le Japonais surprend d’un déplacement agile le Grec. Il lui décoche une gauche en plein estomac. Le second direct est bloqué par le buffle qui le tire vers l’avant de son bras droit et le cogne entre les omoplates de son énorme poing gauche. Nachi s’échoue à terre. Il redresse à peine son buste qu’une reprise de volée du pied de Voskos l’envoie s’encastrer dans une roche à proximité.
La brute charge le Loup de tout son poids, mais Nachi parvient à le bloquer en fixant fermement ses jambes au sol. Il riposte d’un direct dans la poitrine, puis saisit Voskos par son énorme cou et le balance par-dessus lui. La violence de l’impact est telle que la roche contre laquelle le Bouvier s’écrase se brise.
Il sort des décombres furieux. Il perd son sang froid et s’élance à nouveau. Cette fois-ci Nachi esquive une droite, en effectuant un salto arrière. Il pivote la tête de gauche à droite, puis de bas en haut pour éviter les enchaînements de Voskos.
Malgré toute la puissance invoquée par le Bouvier, le Loup parvient même à bloquer sa dernière droite et à le corriger d’une gauche. Le géant retombe sur le dos, le nez brisé.
Malgré la douleur, il n’est pas prêt à renoncer : « Je vais t’apprendre à jouer le malin avec moi. Encaisse donc mon arcane avec tout ce qu’il me reste de puissance : Katapatisi Agria ! »
Le cosmos libéré par le Bouvier, prend la forme d’un troupeau de bovins qui se précipite sur un loup esseulé. Pourtant, l’animal solitaire parvient à ralentir la troupe, l’onde de choc s’estompe entre les mains de Nachi.
_ « C’est impossible, un être aussi faible ne peut stopper une telle puissance à mains nues !
_ Rien n’est impossible pour un chevalier. Une même attaque ne marche jamais deux fois contre un Saint averti. »
Stupéfait, Voskos recule d’un pas mais se ressaisit, il refuse de renoncer : « Non ! Même si le Piétinement Sauvage n’a plus le moindre effet, la force de mes membres réussira à te faire taire. »
Ebranlé par la détermination de Nachi, Voskos lâche sa garde et se jette de tout son poids.
Le Loup effectue une cabriole pour passer au-dessus de son ennemi et pour le frapper dans le dos : « Dead Howling. »
Malgré la simplicité du geste, le coup de poing de Nachi est si rapide qu’il fend l’air à la vitesse du son en prenant la forme de griffes tranchantes. La vitesse crée un si puissant impact que la protection dorsale de Voskos se brise dans un éclat de sang. La brute s’écroule dans un râle à l’intonation fort grave.
Nachi ne perd pas sa garde pour autant : « Relève-toi, j’ai bien compris qu’il en fallait plus pour t’abattre. »
Malgré la douleur, Voskos s’exécute en grommelant de rage.
Lorsqu’il fait face de nouveau au Japonais, il est stupéfait par l’émanation de son cosmos. L’effluve cosmique dessine derrière lui un loup qui hurle à la mort.
De nouveau, le Bouvier recule d’un pas. Néanmoins, il ne parvient pas à se ressaisir cette fois.
_ « J’ai l’impression que les rôles se sont inversés. Désormais c’est toi qui es pris de peur.
_ Fadaises !
_ Vois la vérité en face. Tu es à bout de force et j’ai retenu volontairement mon coup pour ne pas t’achever. J’ai pris l’avantage. Non seulement martialement, mais aussi et surtout psychologiquement. Le cosmos de mon maître qui habite cette armure, m’a rappelé à quel point il était impératif que je surmonte mes craintes. Rajoute à cela mes dernières semaines d’entraînement, et tu te retrouves face à un Saint de bronze confirmé. Renonce à présent et rentre au Sanctuaire.
_ Jamais ! La justice est de mon côté, même si je suis à bout de force, Athéna m’apportera la victoire. »
L’expression de Nachi gagne en maturité et en clairvoyance : « N’as-tu donc pas compris ? A l’heure actuelle mes compagnons affrontent au Japon des Saints d’argent et ils sont victorieux. J’ai refusé de voir la vérité jusqu’à présent, mais celle qui est à l’origine de notre union au Japon ne peut-être autre qu’Athéna. Saori Kido est Athéna. Sans quoi nous serions morts depuis longtemps. Je ne sais pas ce qui se trame au Sanctuaire, mais malgré le traitement qui nous a été réservé durant notre enfance, Mitsumasa Kido et sa petite fille n’ont pas organisé tout cela pour rien. »
Voskos s’époumone : « Je ne comprends rien à ce que tu racontes ! Cela dit, une chose est sûre, tu vas mourir prestement ! Katapatisi Agria !
_ Désolé. Adieu chevalier. Dead Howling ! »
Les lames tranchantes du Hurlement Mortel de Nachi annihilent progressivement le Piétinement Sauvage de Voskos puis lui transpercent le c½ur. Le visage dur et ombrageux du Grec se fige instantanément, perdant toute vigueur à mesure que son corps s’échoue comme un poids mort dans la poussière du sol libérien.
Sans le moindre regret, pris d’une fulgurante confiance en lui, Nachi serre le poing : « Maître, merci pour tout. Bientôt je retournerai auprès d’Athéna. Et alors, je n’aurai plus peur d’être ce que je suis. J’ai surmonté les traumas laissés par Ikki. Comme Seiya et les autres, moi aussi je peux devenir un Saint accompli grâce à vous. »
A des milliers de kilomètres de là, en Grèce, au Sanctuaire, loin de se soucier du sort des Saints de bronze renégat à l’heure actuelle, Deathmask est en plein spleen.
L’air nauséabond de la quatrième maison n’émeut en aucun cas son propriétaire.
D’ordinaire fier des masques de mort qui ornent son temple du sol au plafond, jusqu’à déborder sur le champ latéral de la demeure qui relie le passage secret des douze palais, il n’en éprouve aujourd’hui qu’une profonde amertume.
Assis sur les marches qui débouchent sur le passage secret, couvert de sa Cloth, il se décide à s’exercer à quelques acrobaties pour se délier les muscles.
« Depuis que je suis assigné à résidence par le Grand Pope, j’en ai les muscles endoloris, songe-t-il… »
Néanmoins, ses déplacements restent lents et sans convictions.
« Lilith… Rien ne va plus depuis que tu n’es plus dans vie… Que faisais-tu… Que faisais-tu auprès d’Aphrodite, se tourmente-t-il… »
Soudain, ses sens l’alertent : « Une cosmo énergie descend depuis la maison du Lion ! »
Il lève la tête vers les marches du passage secret et reconnaît une jeune brune aux reflets châtains.
Sa ceinture dorée enserre sa taille et permet de faire ressortir de sa longue robe immaculée ses formes généreuses.
_ « Ah ! C’est encore toi ! Cela faisait longtemps, souffle le Cancer !
_ Crois pas non plus que ça me fasse plaisir de te voir sale crabe, rétorque effrontément la servante aux yeux verts ! »
Elle progresse sans même le considérer davantage.
Deathmask se dresse alors en travers de sa route : « Minute la domestique ! Montre-moi ton autorisation de passage !
_ Comme si tu n’avais pas l’habitude de me voir aller et venir à Honkios, pour assurer comme mes semblables les provisions pour sa Majesté Athéna, soupire-t-elle en balançant la tablette sur laquelle est accrochée la missive ! »
Le Saint d’or s’en empare sans ménagement et reconnaît le sceau du Pope, bien qu’il ne doutât pas un instant de l’y trouver.
Il lui rend avec dédain et s’amuse à faire tourbillonner avec son autre main un halo violacé : « Par la présente sa Majesté le Grand Pope autorise Erda, à traverser les douze maisons ce 3 décembre 1986 afin de rapporter l’approvisionnement nécessaire aux bons soins d’Athéna et de ses servantes. »
La susnommée lui arrache la tablette des mains, sans répondre à cette première provocation, la lueur lugubre ravivant l’espace d’un instant un holocauste, au milieu duquel elle figure impuissante.
Tandis qu’elle poursuit son chemin en direction de la maison des Gémeaux, Deathmask lui fait marquer le pas en disant : « Approvisionner Athéna et ses bonnes… J’imagine que tu n’auras pas trop de charges… Vous ne devez plus être très nombreuses… »
Spontanément, elle se retourne et libère de son poing une fournaise : « Greatest Eruption ! »
D’un hochement de tête, le Saint esquive sans mal la rafale de feu tandis que le poing d’Erda frôle son visage.
Il profite de l’instant pour la saisir par le creux de son dos et la plaquer contre son torse.
Le geste inattendu laisse l’aspirante Saintia interdite, tandis que ses joues s’empourprent.
_ « C’est bien ce que je me disais, tu es plus forte que la dernière fois ! D’ailleurs, depuis cette époque, tu as mis ton corps à rude épreuve, constate-t-il en glissant les doigts de son autre bras le long de son biceps droit décoré d’un bracelet doré ! »
D’abord incroyablement sensible au geste provocateur mais tendre de son contradicteur, les raisons qui l’ont poussé à redoubler d’efforts lui reviennent à l’esprit.
Aussitôt, elle se défait de l’étreinte : « En effet, je me suis jurée de devenir Saintia pour avoir l’honneur d’approcher un jour Athéna et lui demander… Lui demander pourquoi elle garde dans ses rangs une pourriture telle que toi. 
_ Je pourrai te faire exécuter pour insubordination tu sais. Je pourrai même le faire moi-même, sans qu’on m’en tienne rigueur. Après tout, qui en a à faire d’une pauvre domestique. Néanmoins, pour m’avoir brûlé un cheveu, je te laisse la vie sauve. »
En colère et impuissante, dépitée d’être encore bien trop loin du niveau pour prétendre rivaliser, Erda reprend malgré elle les règles de bienséances indispensables à son rôle d’assistante d’Athéna.
Elle tourne le dos à Deathmask et poursuit sa route.
Alors qu’il l’observe s’éloigner, le bourreau perd peu à peu son sourire provocateur. Refusant de remettre en question ses principes, il peste en silence : « Foutue gamine… Si tu parviens à accéder au statut que tu souhaites, alors la réalité des champs de bataille te fera réaliser que parfois, nous n’avons pas le choix. Alors seulement là, tu comprendras… »

9
NEWS

Cette version du chapitre 4 est une version rééditée de la publication originale du 19 avril 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

10
Only for Love / Chapitre 59
« on: 6 April 2020 à 18h08 »
Chapitre 59

Cela fait plusieurs minutes que Seiya tourne en rond dans la cour de l’orphelinat « Les enfants des étoiles ». Il shoote d’un léger coup de pied, chaque caillou sur son passage pour tuer le temps.

Ces dernières semaines de répit permettent à la Fondation Graad et au Sanctuaire, d’accroître tous deux de leurs côtés, les recherches sur les parties de l’armure d’or qu’ils leur manquent.
Après la tragédie qui a touché Shiryu, Saori a choisi d’élaborer un plan d’attaque en compagnie des Steel Saints, afin d’accorder un peu de repos à Seiya, Hyoga, Shun et Ikki.
Ce 28 novembre 1986, le Saint de bronze de Pégase a choisi de se changer l’esprit, en rendant visite à son amie Miho.

Tout à coup, la cloche de la chapelle sonne et aide à calmer l’impatience de Seiya. « Enfin, les enfants ont fini leurs devoirs. Miho va pouvoir se libérer. Cela fait tellement longtemps que je ne l’ai pas vu, réfléchit-il. »
Le tintement de la cloche le laisse songeur : « Seika, grande s½ur, que j’aimais écouter cette cloche ici jusqu’à ce que nous soyons séparés. Entendre de nouveau ce son me rend nostalgique. Je me rappelle les fois où tu me racontais que nous habitions une petite maison avec nos parents, près d’une église. Hélas, je n’ai plus aucun souvenir d’eux. Et toi Seika, il ne me reste plus que ton visage et le souvenir de ta voix. »

Brusquement, il se sent tiré par le bas. Il revient à lui et reconnaît Makoto et ses amis, Akira et Tatsuya, accrochés à son pantalon : « Ah ! Les enfants ! C’est vous ! »
Les trois amis malicieux répondent à tour de rôle :
_ « Ça fait un moment qu’on t’appelle sans tu répondes, commence Tatsuya.
_ Tu pensais à Miho n’est-ce pas, le taquine Akira.
_ On peut dire ça, joue le jeu Seiya.
_ Vous feriez un joli couple si vous n’étiez pas aussi maladroits, conclut Makoto !
Le sourire aux lèvres, le trio s’exclame bien fort et à plusieurs reprises : « Ils sont amoureux, ils sont amoureux… »
Préférant ne pas attirer l’attention des autres membres du personnel de l’orphelinat, Seiya leur murmure : « Oui, oui, si vous voulez, mais gardez ça pour vous hein. »
Puis, en leur tendant un sachet de friandises d’une main, il leur fait signe de l’autre de prendre le large.
Makoto saute pour le lui arracher des mains et s’éclipse avec ses camarades pour les déguster sans être importunés par les autres enfants.

Sur leur passage, les garnements croisent Miho que Seiya aborde avec un sourire affectueux.
_ « Cet orphelinat est un véritable havre de paix pour moi. J’aime m’y ressourcer.
_ Si bien que cela fait plus d’un mois que nous ne t’y avons pas vu. Tu étais encore entrain de risquer ta vie je suis sûre. »
Face à l’air contrarié de Miho, Seiya passe sa main derrière sa tête en faisant l’idiot : « Mais non, mais non voyons.
_ Je ne comprends toujours pas pourquoi tu t’entêtes à aider cette fille, qui est la cause de tous tes malheurs. »
Un petit sourire apparaît alors aux coins des lèvres de Seiya, tandis qu’il l’attrape par l’épaule : « Si je suis ici aujourd’hui, c’est pour être avec toi. Pas pour parler de Saori. Ici je peux réellement me détacher de tout. En ta présence, je peux être simplement moi-même, Seiya, et pas le chevalier Pégase. »
Elle lui renvoie affectueusement son sourire charmeur et aborde des sujets plus réjouissants.


Au loin, au même moment, depuis une colline, Shun et Ikki observent la mer.
Réunis dans un cimetière, le c½ur de Shun vrombit dans sa poitrine à l’idée que son frère soit à ses côtés.
Sa mine radieuse adopte un rictus plus affecté, lorsqu’il se recueille sur une tombe. « Depuis que nous sommes devenus alliés, nous nous recueillons ici régulièrement. De plus en plus souvent ces temps-ci. Peut-être est-ce le fait que Saori nous ait sauvé de la mort lors de l’explosion de Death Queen Island qui a permis à Ikki de réaliser que les dangers que nous allions rencontrer allaient devenir de plus en plus périlleux, s’interroge-t-il ?
Tandis que ses pensées s’égarent, Shun verse une larme.
Ikki le reprend vite : « Ne pleure pas Shun. Si tu le fais parce que l’amour de nos parents te manque, ils ne reposeront jamais en paix.
_ J’ai du mal à me souvenir de leurs visages, mais il me manque terriblement.
_ Moi je me souviens d’eux. Tu ressembles beaucoup à notre mère, affirme Ikki le visage dénué de toute émotion. »
Shun sort alors de sous son maillot un médaillon en forme d’étoile, avec l’inscription « Yours Ever » gravée dessus.
Ikki sourit enfin : « A bien y penser, Esméralda te ressemblait beaucoup aussi. Cela doit être un signe du destin. Andromède veille sur moi.
 _ Ne dis pas de bêtises, celui qui veille sur l’autre depuis le début c’est toi, se vexe Shun les yeux larmoyants.
_ Cesse donc. Au final, nous avons tous soufferts mille morts pendant six longues années, payant de notre chair et de notre sang, pour supporter le poids de cette destinée qui a fait de nous des chevaliers. »
Shun écoute la respiration profonde de son aîné, comprenant toute la peine qui le submerge, en repensant au passé et à Esméralda.

Soudain, le tonnerre gronde.
_ « Ikki… Le ciel s’obscurcit. Un orage est à prévoir.
_ Tu ferais mieux de rentrer.
_ Tu ne rentres pas à la résidence Kido avec moi ? »
En guise de réponse, un éclair fendit le ciel, suivi d’un nouveau grondement.
Ikki tourne le dos à son cadet : « Je te l’ai déjà dit, je ne supporte pas d’être au sein d’un groupe. Ne t’en fais pas, je me présenterai bientôt à la base secrète du Colisée pour faire le point avec vous. »
Andromède commence à le suivre mais Phénix stoppe son avancée : « Shun, nous autres Chevaliers, nous sommes prêts à mourir à chaque instant pour Athéna. Je ne sais pas quand nous pourrons nous recueillir à nouveau sur cette tombe. Cependant, nous ne devons jamais renoncer. Bats-toi jusqu’au bout, comme un homme. »
Shun se résigne à laisser partir Ikki. Il tourne les talons à son tour et murmure : « Je t’en fais le serment devant notre mère. »
Sous cette promesse, une plus battante se met à tomber.


En Tanzanie, devenue au fil des années une montagne emblématique, le Kilimandjaro est très prisée par les milliers de randonneurs qui réalisent son ascension, tout en profitant de la grande diversité de sa faune et de sa flore.

En marge des sentiers empruntés par les visiteurs, au sommet de la montagne, sur la calotte de neiges éternelles, se dresse une cabane.
À l’aspect vétuste, l’habitation est animée par la concentration cosmique d’un habitué des lieux.
De son mètre quatre-vingt-un, imposant ses quatre-vingt-trois kilos, Ban concentre dans son poing son cosmos.
Son visage arbore un sourire fier, sous les yeux d’une vieille dame, rabougrie, encapuchonnée et au visage dissimulé sous un masque. Plus dans l’idée de protéger ce corps flétri, que de le cacher, l’ancienne ne permet même pas de voir l’état de son âge fort avancé. Même Ban, qui a passé six ans de sa vie à ses côtés, ne sait pas à quoi elle ressemble. Il n’a même pas idée de la forme de son masque. Elle reste une énigme, tout comme son véritable nom. Depuis qu’un représentant de la Fondation Graad l’a déposé en ces lieux, cette personne venue l’accueillir se fait appeler « Dame Leo ».
Malgré tout le mystère qui l’entoure, cela ne l’empêche pas de féliciter d’une voix caverneuse son apprenti : « Félicitations Ban. Tu as fait beaucoup de progrès depuis ton retour du Japon. »

Le chevalier du Petit Lion relâche son attention et ôte son maillot, pour essuyer son front qui perle de sueur : « Je n’aurai jamais pu y arriver sans vous Dame Leo. »
Il traverse la cahute pour y chercher un peu d’eau qu’il a collecté dans un récipient.
Après s’en être délecté, il reprend : « Je pense être en mesure de rejoindre Seiya et les autres. La situation a dû empirer depuis notre départ. Ils doivent avoir besoin de nous.
_ Tu n’es pas encore prêt.
_ Pourquoi ?
_ Parce que tu imagines la situation au Japon sans en être certain. Un vrai Saint sait concentrer son attention sur le monde qui l’entoure. Si tu avais plus de discernement, tu saurais ce qu’il en est réellement. »

Ban soupire face à son incompétence. Il se penche sur l’embrasure de la lucarne qui lui sert de fenêtre et observe sa Pandora Box qui repose dans la neige : « Comme toujours, vous devez avoir raison. De plus, je doute que mon armure se soit remise des dommages subis lors de la Galaxian War. »
Dépité, il part s’allonger sur l’unique couche de la demeure : « Quand serais-je capable de devenir comme vous ? Vous ne dormez jamais, vous ne mangez jamais, vous savez tout sur tout. »
La gorge enrouée de Dame Leo ricane : « Ah, ah, ah. Cette réflexion prouve davantage que tu n’es pas prêt. Peut-être l’épreuve qui t’attend t’aidera à y voir plus clair.
_ L’épreuve qui m’attend ?
_ Oui, concentre-toi… »


Sous une pluie semblable à des rafales de mitraillettes, Shun, trempé jusqu’aux os, se presse de rentrer dans le manoir de la résidence Kido en réfection après les assauts de Docrates et de l’Ennetsu Saint.

Il tombe malencontreusement en plein banquet organisé par Saori. Celle-ci a réuni tous les responsables des services du bâtiment de la Fondation Graad pour remettre à neuf au plus vite les ailes ravagées par l’ennemi. S’en est suivi un cocktail, au beau milieu duquel Shun fait tâche dans cette tenue.

Cette irruption n’est pas du goût de Tatsumi, qui s’empresse de le gronder discrètement : « Imbécile ! Que fais tu ici et dans cet état ? N’as-tu pas vu nos invités ? Je t’ai pourtant déjà dit d’utiliser la porte de derrière ! »
Confus, Shun fait immédiatement une révérence aux invités, pour s’excuser de son manque d’éducation et commence à rebrousser chemin, jusqu’à ce que la réincarnation d’Athéna intervienne : « Ce n’est rien Shun. Tu ne nous déranges absolument pas. Qui pourrait passer à travers les gouttes par ce temps ? Monte vite te réchauffer veux-tu.
_ M… Mais, Mademoiselle, tente de s’excuser Shun…
_ Mademoiselle Kido, vous ne devriez vous montrez aussi complaisante avec ces bons à rien. Ils sont suffisamment malpolis comme ça, surenchérit le majordome.
_ Tatsumi, je vais raccompagner mes invités. Emmène donc Shun à sa chambre. Tu le porteras sur ton dos jusque là-haut, nous n’allons pas le laisser monter ainsi, ordonne Saori ne supportant plus l’attitude méprisante de son second.
_ Comment !? Moi, le porter ?!
_ Faut-il que j’insiste ? »
Sous les rires des plus hauts responsables et investisseurs de la Fondation Graad, Tatsumi se courbe pour faire monter Shun en grommelant : « Bien. A présent grimpe Shun. Et vite ! »
Pendant qu’il monte les marches, Tatsumi fulmine : « Ignores-tu que les dieux nous ont gratifié d’une chose dénommée pudeur ?! Tâche donc de t’en rappeler la prochaine fois ! »


Averti d’une étrange présence en les lieux par Dame Leo, Ban jaillit de sa tanière torse nu.
Ses sens sont en alerte : « Vous avez raison Dame Leo. Je ressens une présence menaçante approcher. Cela est d’autant plus étrange que nous sommes sur un lieu que jamais personne n’approche d’ordinaire. »
Un coup d’½il à gauche, un autre à droite, Ban tourne plusieurs fois sur lui-même, totalement affolé : « Je suis de plus en plus oppressé. Une cosmo énergie me défie. »

Enfin, un rire fripon, au timbre doux et féminin, lui permet de localiser son adversaire. Celle-ci, une frêle demoiselle vêtue d’une robe blanche fendue dès le haut de sa cuisse gauche, présente une allure sensuelle. Des mèches de ses fins cheveux châtains passent par-dessus un masque qui camoufle son visage. Celui-ci lui permet à Ban de comprendre qu’il s’agit d’une femme chevalier : « Qui es-tu ? Pourquoi te moques-tu ? »
L’aura verte de la cosmo énergie de l’intruse, fait apparaître derrière elle une armure dont le totem représente une couronne de feuille.
Le Japonais se met aussitôt en garde : « Incroyable. Elle a fait venir à elle sans difficulté son armure. Je comprends maintenant pourquoi Dame Leo insiste sur mon inexpérience, confesse-t-il. »
L’armure se sépare et prend forme en un éclair sur la femme chevalier. Couverts de ses pieds, surélevée par des talons aiguilles, jusqu’en haut de ses tibias par des jambières vert pomme, ses membres sont habillés par des genouillères marrons qui couvrent également le bas de ses cuisses. Cette couleur de feuilles mortes maquille également ses épaulettes aux pointes acérées et le bustier qui couvre sa petite poitrine. La couleur vert clair, se retrouve à hauteur des pièces du thorax et des avant-bras. Un diadème, à la forme d’une couronne de feuilles, couvre le tour de son crâne et enfin, une ceinture de bronze lui protège la taille et maintient contre elle sa robe blanche, dont le bas retombe comme un voile sur ses jambières.

Inquiet, Ban guette du coin des yeux sa propre armure vers laquelle il espère se précipiter.
Toutefois, l’importune, devinant ses intentions se dresse entre eux deux.
Ban s’insurge : « Qui es-tu à la fin ? »
Une voix délicate, contrastant totalement avec l’attitude provocante observée jusqu’ici, répond : « Je suis Hasu Saint de bronze de la Couronne Australe. J’ai été missionnée par le Grand Pope en personne. Le Sanctuaire vous condamne, vous, chevaliers de bronze, qui avez désobéi à la loi du domaine sacré en vous montrant en spectacle lors d’un tournoi, en refusant de vous soumettre aux ordres de notre Grand Pope et donc à ceux de notre Majesté Athéna, en vous alliant à cette Saori Kido qui prétend défendre la justice. Pour cela, la sentence est la rédemption ou la mort. »

Désinvolte, Ban se retourne vers Dame Leo : « Le Grand Pope, c’est bien le chef de tous les chevaliers ? Celui qui vit dans ce que vous appelez le Sanctuaire n’est-ce pas ? »
L’ancêtre hoche la tête d’un geste affirmatif.

L’attitude de Ban provoque le mépris d’Hasu : « A qui parles-tu ? L’annonce de ta mort t’aurait-il déjà fait perdre la tête ?
_ Pardon ?! Je parle à mon professeur bien entendu, rétorque Ban l’air étonné.
_ Oui, bon, tu sembles être une cause perdue. Ta mort ne peut-être qu’un bien dans ce cas.
_ Ta décision semble prise à mon sujet. Je regrette que tu sois si catégorique. Je comprends que la Galaxian War soit à l’encontre des principes de la chevalerie, mais je reste perplexe quant à l’acharnement dont nous faisons preuve. Lorsque j’ai quitté le Japon, mes amis affrontaient des envoyés du Sanctuaire. Et la cause de leur présence était tout autre que de punir notre outrage à la chevalerie. Ils souhaitaient récupérer l’armure d’… »
La Saint ne le laisse pas terminer. Elle lui colle un violent uppercut, qui l’envoie choir sur son postérieur.
Ban se relève en se frottant le menton : « La volonté du Sanctuaire de nous éliminer cache quelque chose. Tu dois m’écouter. »
En guise de réponse, Hasu réitère son assaut.
Cette fois-ci, Ban se saisit du poing d’Hasu et la fait passer par-dessus son épaule pour l’encastrer dans le sol neigeux : « Ça suffit ! Si tu ne veux pas entendre raison, je ne me laisserai pas vaincre sans combattre. »
Elle se redresse sans mal : « Quelle prétention ! Elle est à la hauteur de celle de Saori Kido qui se fait appeler Athéna ! »
Décontenancé par cette nouvelle, Ban se laisse surprendre par un coup de pied derrière les genoux qui le désarçonne. Hasu enchaîne avec une dizaine de coups de poings qui lui rossent le visage.
Le Petit Lion s’effondre dans la poudreuse.


Sous une douche bien chaude, Shun masse son corps avec le savon.
A la différence de Seiya et des autres qui présentent un corps viril sculpté par l’entraînement, Shun arbore des formes aussi élancées que sa peau est douce.
Ne portant que son médaillon autour du cou, il soupire, inquiet, le nom de son frère. Se demandant bien à nouveau où il a pu disparaître.
Tout à coup, une voix le sort de ses songes, celle de Saori qui vient aux nouvelles depuis l’extérieur de la salle de bain.
Shun vient à elle, une serviette entourée à la taille.

Bizarrement, la jeune femme ne se sent pas aussi gênée que lorsqu’elle avait aperçu Seiya quelques mois auparavant dans son appartement dans les mêmes circonstances.
Elle s’en rend compte presque instantanément, lui faisant réaliser que plusieurs semaines auparavant, elle avait voulu prendre un baiser à Seiya, quand celui-ci l’a tiré des serres de Jamian.
Préférant ne pas s’embrouiller davantage l’esprit avec ses sentiments personnels, elle vient aux nouvelles : « Ton frère n’est pas rentré avec toi ?
_ Comme il lui plait de le dire, Ikki est un solitaire. En réalité, je pense que mon frère s’en veut beaucoup pour tous les soucis qu’il nous a causés. Et c’est sans doute la raison pour laquelle il semble toujours froid avec nous. Qu’il refuse de se battre à nos côtés en se contentant de nous porter secours de temps à autre. »
Saori s’assied à côté de Shun, sur le coin du lit. Elle pose la main sur la sienne en lui souriant : « Petit il était déjà comme ça. C’est regrettable. »
Depuis le début posté à l’encadrement de porte, Tatsumi ne se prive pas de pester : « Il a toujours été effronté.
_ Tatsumi, le reprend Saori ! »
Pas encore habitué au changement d’attitude de la petite fille de son maître, Tatsumi cherche à se défendre : « Oui, mais… Mademoiselle…
_ Ikki n’en reste pas moins un puissant allié sur lequel nous pouvons compter. Son aide est indispensable, pour nous permettre de vaincre le mal qui règne en maître sur le Sanctuaire, conclut-elle. »
La confiance démontrée à haute et intelligible voix par Saori envers Ikki, ravive le c½ur de Shun et le soulage avant d’aborder une bonne nuit de sommeil.


Effondré dans la neige verglacée du Kilimandjaro, Ban cogite.
_ « Saori se dit être Athéna. Si cela est vrai, alors l’obstination du Sanctuaire dont nous sommes victimes prend tout son sens. Le Sanctuaire serait donc sous l’emprise du mal, réalise-t-il. »
Avec difficulté, il se remet debout.
_ « Tu n’as pas compris, savoure déjà sa victoire Hasu ? Il faut que je me fasse plus démonstrative dans ce cas.
_ Attends. Avant que tu ne me tues, j’aimerai savoir quelque chose. Qu’en est-il de la bataille que mène mes amis au Japon ? »
La demande semble affliger Hasu. Son regard fixe le sol et son ton est plus amère : « Le Grand Pope n’a pas eu d’autres choix que d’envoyer des Saints d’argent pour mater la rébellion. Hélas, ceux-ci ont joué de malchance jusqu’à présent. Même Misty et, surtout, Algol, ont péri.
_ Je ne connais aucun des deux hommes que tu as cités, mais à ton affliction, notamment à l’évocation d’Algol, je peux deviner l’amertume que tu éprouves. Toutefois, cela ne te semble-t-il pas étrange que de simples Saints de bronze, réussissent à vaincre des Saints d’argent. Ne crois-tu pas qu’une force dépassant notre imagination les guide ?
_ Que sous-entends-tu ?
_ Et si Saori Kido était réellement Athéna ? »
Immédiatement, l’ex-compagne du Saint de Persée perd patience : « Impossible ! Athéna est née il y a treize ans au Sanctuaire. Depuis, elle n’en est jamais sortie. Ce sont ses propres ordres que j’exécute aujourd’hui. Et c’est avec plaisir que je vais venger Algol. »
Elle se jette contre son ennemi pieds et poings en avant.
Cependant, avec une parfaite maîtrise de sa remise à niveau des dernières semaines, Ban anticipe à merveille les assauts. Fluide dans ses mouvements, de plus en plus rapide, il réussit même à placer peu à peu quelques coups qui font mouche.
Hasu tente un nouvel enchaînement mais Ban pare sa droite. Il lui bloque le bras et lui accroche l’autre épaule pour attirer la jeune femme contre son physique athlétique. Ainsi, il lui envoie un bon coup de tête en pleine face afin de la déstabiliser. Une fois après l’avoir libéré de sa prise, il lui martèle les cuisses de ses énormes poings pour affaiblir ses appuis.
La souffrance la ramenant à elle, Hasu espère le frapper au cou du tranchant de la main mais le Saint de bronze l’évite en se courbant en arrière. Il revient rapidement face à elle et profite de l’élan pour décocher un crochet du gauche dans l’abdomen, puis un autre en plein visage qui l’envoie à quelques mètres en arrière.
Contrairement à la jeune femme essoufflée, Ban ne présente aucun souci d’endurance. Néanmoins, il observe ses doigts rougis par les chocs de sa peau contre la Cloth adversaire.
« J’ai beau avoir repris le dessus. Tant qu’elle sera protégée de son armure, elle n’aura pas à craindre la défaite. Nous ne nous battons pas à arme égale. Je dois réussir à appeler mon armure sans être obligé d’être près d’elle. »
Instantanément, une aura orangée entoure le chevalier et se disperse au sommet de la montagne où le combat a lieu.
Remise sur pied, Hasu ne s’avoue pas vaincue : « Je vois, tu espères récupérer ton armure sans que je puisse intervenir. Je ne te donnerai pas une occasion de me vaincre. Le fait que tu essaies de me tenir tête depuis tout à l’heure est en soit un affront insupportable. Je vais user de toute ma cosmo énergie pour t’abattre d’un seul coup. »
De son côté, l’effluve cosmique de Ban imprègne les lieux ainsi que la Pandora Box du Petit Lion, sans pour autant déclencher une réaction de sa part.
Sa concentration est perturbée par l’apparition au sol d’écorces d’arbres qui habillent la neige. De plus, au dessus de lui, des feuilles mortes tombent du ciel.
Il réalise trop tard qu’Hasu a les mains grandes ouvertes dans sa direction : « Still Life ! »
Immédiatement, les feuilles qui arrivent du ciel tombent comme de lourds poids tranchants, tandis que les écorces d’arbres rejoignent de la même façon les feuilles. Lorsque les feuilles et les écorces entrent en contact, plusieurs détonations retentissent, tandis que Ban est pris au piège et est martelé de heurts.
Une fois de plus, il s’échoue dans le parterre de coton. Le sang s’écoulant de son front lui pique les yeux qui implorent l’aide de Dame Leo : « Je vous en prie Dame Leo. Aidez-moi. »
La demande de son ennemi provoque la moquerie d’Hasu : « Le voici qui parle encore tout seul. La folie s’est emparée de lui. »
Ban commence à comprendre qu’il est le seul à voir apparaître son professeur : « Da… Dame Leo… »
La vieillarde titube jusqu’à lui : « Ban, tu es toujours aussi maladroit. Aussi puissant que soit ton cosmos, ce n’est pas lui qui fera venir à toi ton armure. Ton armure est le reflet de ce que tu es. De ce que tu ressens. Qu’a donc Hasu dans son c½ur à cet instant ?
_ La volonté de venger ceux qu’elle aime. Le sentiment d’accomplir la justice au nom d’Athéna.
_ Et toi, qu’as-tu dans ton c½ur à cet instant ?
_ Je… Je me bats pour mes amis, dit-il d’un air déterminé après avoir hésité un bref instant. Parce qu’ils sont dans le vrai, parce qu’ils défendent la justice, assure-t-il en resserrant les poings. »
Il se tient droit, les bras écartés, pour accueillir son armure qui vient à lui comme si c’était une évidence : « … Parce que s’ils surmontent toutes ces épreuves, c’est qu’ils sont aux côtés d’Athéna ! »
Au-dessus de l’urne du Petit Lion, l’image de Saori apparaît aux deux Saints.
Une cosmo énergie chaleureuse les baigne quelques instants de son onde bienfaitrice.
L’armure de bronze réagit aux paroles et à la volonté de son maître.
L’urne s’ouvre.
La Cloth en jaillit.
Elle se sépare de son socle pour habiller Ban.
Celui-ci, gonflé à bloc, pointe Hasu du doigt : « Je suis Ban Saint de bronze du Petit Lion et je défends la justice au nom d’Athéna. »
À nouveau, Hasu invoque la Nature Morte : « Voyons dans ce cas, laquelle de nos deux Athéna est la vraie.
_ Je ne me fais pas de soucis, la vérité est dans mon camp. »
Il s’élance vers elle, le bras droit lancé : « Lionnet Bomber ! »
Néanmoins, la Nature Mort lui bloque le chemin et le châtie à nouveau : « Still Life ! »
Repoussé à quelques mètres, Ban tient sur ses jambes : « Sans mon armure, je n’aurai pas survécu à ce second Still Life.
_ Malgré ton armure, ton arcane est trop lent. Tu étais bien plus rapide, lorsque tu te battais en simple corps à corps tout à l’heure. »
Cette déclaration touche Ban au plus profond de lui : « Elle a raison. Depuis mon retour ici, j’ai appris à dégager plus de puissance, plus de vitesse. Mais jamais je n’ai concilié ça à ma technique. J’ai voulu grandir d’un coup, sans m’attarder sur les bases qui font de moi un Saint. Voilà pourquoi Dame Leo me dit que même si j’ai fait des progrès, je ne suis pas prêt. »
Convaincu qu’il peut encore faire pencher la balance en sa faveur, il bombe son torse pour s’étirer de quelques courbatures qui le font souffrir : « Très bien. Je vais concilier mon apprentissage au Sursaut du Petit Lion. La victoire ne peut m’échapper.
_ Même si tu en accrois la force et la vitesse, tu ne me surprendras pas. Ne t’a-t-on jamais enseigné qu’une même attaque ne marche jamais contre un chevalier ?
_ Si. Justement. »
Les deux chevaliers tiennent leurs positions. Les effluves de leurs cosmos s’entrechoquent à mesure qu’ils rassemblent leurs forces pour l’assaut final.
Synchronisés, ils s’élancent tous les deux.
_ « Still Life !
_ Lionnet Bomber ! »
A une vitesse presque supérieure à celle du son, Ban passe au travers de chaque détonation, provoquée par les rencontres entre les écorces et les feuilles.
Ayant baissée sa garde pour frapper de toutes ses forces son adversaire, Hasu n’a aucun moyen de riposter. Elle s’apprête à esquiver un coup de poing chargé de cosmos comme lors du premier Sursaut du Petit Lion.
Toutefois, arrivé à sa hauteur, Ban s’élance au niveau de son visage, pieds en avant, pour la serrer avec ses membres inférieurs.
S’ensuit un violent craquement.
Les deux rivaux retombent sur le sol.
Ban se réceptionne sur ses quatre membres.
Hasu, elle, s’échoue, le corps totalement désarticulé.
Elle n’a pas survécu à la pression exercée par la clé de jambes de son adversaire.
La contorsion pratiquée contre son cou le lui a brisé.
Le Saint de bronze de la Couronne Australe est morte sur le coup.


Au Japon, à la résidence Kido, emmitouflé dans ses draps, Shun laisse revenir les mêmes images qu’il ressasse sans cesse chaque nuit.
Il se voit, nourrisson, dans son berceau, à sourire à son grand frère qui veille sur lui. Ses rires s’accordent à merveille à la musique de la berceuse qui tourne en boucle.
Inopinément, une petite fille au regard inquiétant prend la place de son frère et le toise de manière intéressée.

En nage, Shun bondit de son lit en se prenant la tête entre ses mains : « Encore et toujours ce même cauchemar. Plus le temps passe et plus il me revient. »
Brusquement, son expression change : « Que… Quels sont ces cosmos agressifs ? »
Il se précipite sur le balcon de sa chambre : « L’un d’eux m’est familier. L’autre… »
Il n’en dit pas plus et saute depuis la rambarde.

Torse et pieds nus, il court sur l’herbe fraîche et humide des jardins de la résidence.
Il les traverse puis saute de toits en toits à quelques kilomètres du domaine des Kido.

Sa course cesse enfin sur les docks. Là l’y attend celui qui l’a attiré jusqu’ici.
Il reconnaît cet homme qu’il a affronté sur un îlot désert de la méditerranéen. Il porte une armure violacée et ses petits yeux fixent avec une folie meurtrière le Saint de bronze.
Shun se met en garde immédiatement : « Spartan ! »
Le mercenaire affiche un sourire perfide : « Andromède ! Je suis heureux de te revoir. Tu n’as pas idée du désir de vengeance qui m’habite, depuis notre dernière rencontre. Je vais venger la mort de mon meilleur ami, Algol. Et une fois que je t’aurai éliminé, ce sera au tour de Seiya et enfin de cet infirme de Shiryu. »
L’inquiétude de Shun ne vient pas des menaces de Spartan, mais plutôt de l’homme qui l’accompagne. Un homme qui se tient debout aux côtés d’une Pandora Box ouverte. Celle-ci présente une armure en forme de haut calice. L’inconnu est vêtu d’une tunique grise et a les poignets entourés de bandelettes de papier. Ses longs cheveux violets tombent derrière ses épaules et quelques mèches passent sur son front et devant ses yeux bleu marine. L’expression de son visage est dure.
Spartan l’éclaircit : « Ah oui, je n’ai pas fait les présentations. Je ne suis pas venu seul. J’ai amené avec moi Crateris Saint d’argent de la Coupe.
_ Encore un Saint d’argent, déplore Shun. »
Loin d’être intéressé par la querelle qui oppose Spartan au Japonais, Crateris déclare sèchement : « Alors que notre Seigneur le Grand Pope, se réserve le temps de prendre une décision vous concernant, vous les renégats, le général Phaéton m’a envoyé vous châtier. Il m’a confié cette tâche dans le but de soulager le Grand Pope des préoccupations que vous lui causez. »
Spartan passe devant Crateris : « une minute Crateris, cet homme est à moi. Phaéton a accepté que je sois son bourreau. Toi tu es juste là pour me faire profiter de tes talents. »
Etrangement docile, Crateris s’assoit, les jambes croisées, aux côtés de son armure pour observer le combat.
En mauvaise posture, Shun choisit d’appeler son armure seulement, chaque fois qu’il émet sa cosmo énergie, une entrave l’en empêche.
_ « Ah, ah, ah. Ma télékinésie se sert de mon cosmos pour brouiller les perceptions du monde qui nous entoure, se gausse Spartan. Ainsi, dans le périmètre où nous sommes, tu ne peux ressentir ce qui se passe à l’extérieur, tandis que dehors ils ne peuvent plus rien ressentir venant de toi. Y compris ta Cloth.
_ Je n’aime pas ça. Seulement tu ne me laisses pas le choix. Dans ce cas je t’affronterai à mains nues… »
A peine a-t-il prononcé ces mots, qu’il est pris d’une violente douleur à l’estomac.
Tandis qu’il se cramponne le ventre, Spartan lui explique : « A mains nues ? Ne te donne pas cette peine, ma télékinésie t’épargnera des efforts inutiles. »
S’ensuivent deux autres coups que Spartan frappe à la force de son esprit. Shun est mis au tapis en quelques secondes.
A genoux, ses bras sont balayés, de sorte qu’il s’écrase la tête la première sur le sol. Son bassin, légèrement relevé est cogné violemment sur la droite. Le chevalier roule sur le côté en hurlant de douleur.
Préférant l’humilier davantage, Spartan fait léviter le corps de Shun et le transporte jusque devant la Cloth de la Coupe. Il fait approcher le visage de l’asiatique juste au-dessus de la Coupe remplie d’eau.
Shun, à moitié conscient, y voit alors un homme qui lui ressemble. Il porte une longue cape aussi noire que ses cheveux. Son regard est embrumé et son teint est pâle. Pourtant, ils portent tous les deux le même médaillon.
Face à l’incompréhension de son adversaire, Spartan précise : « Lorsqu’on observe la surface du liquide versé dans la Coupe, il est possible de voir son propre avenir au lieu de son reflet. »
Shun ne réalise toujours pas. Il ne comprend pas la raison de ce changement physique le concernant. De plus, la douleur des coups subis, l’empêche d’être lucide.
Spartan le renvoie s’écraser plus loin : « Bien. Je présume que tu as vu ton cadavre dans la coupe. Je vais donc accomplir ton destin. »
Spartan ferme ses yeux, comme il en a l’habitude lorsqu’il use de son don.
Seulement, ses paupières se froncent de plus en plus sans que Shun ne subisse le moindre choc.
Lorsqu’il les rouvre, il remarque Andromède debout, s’essuyant le filet de sang qui s’écoule de sa bouche.
Le Saint de bronze est confiant : « Si ma cosmo énergie ne peut communiquer en dehors de la zone que tu as quadrillé, elle peut toujours se propager à l’intérieur de celle-ci.
_ Tu voudrais dire que ton cosmos oppresse suffisamment le mien pour empêcher ma télékinésie de t’atteindre ? Mais c’est impossible ! Cela signifierait que tu es au moins aussi puissant que moi qui ai le niveau d’un Saint d’argent confirmé.
_ Je n’ai aucune prétention. Néanmoins, je te recommande de ne pas aller jeter un ½il dans la Coupe. Tu y verrais ta défaite.
_ Baliverne ! »
Le mercenaire utilise sa faculté de se rendre intangible, afin de glisser dans les airs à une vitesse folle autour de Shun.
Ainsi, lorsqu’il se matérialise, il réussit chaque fois à prendre au dépourvu Shun pour le marteler.
De face, de dos, sur les flancs, dans les jambes, contre la poitrine, Spartan se déchaîne contre le chevalier qui ne vacille pas pour autant.
Au contraire, il se relève chaque fois plus concentré que jamais.


En Tanzanie, debout, le casque tenu dans sa main, contre sa poitrine, Ban observe une croix en bois plantée à même la glace. Fixée devant un rectangle de neige retourné, Ban la prie en fermant les yeux : « Hasu Saint de bronze de la Couronne Australe, tu n’as été hélas qu’une victime de notre véritable ennemi. Je regrette de t’avoir prouvé que la vraie Athéna était de notre côté de la sorte. Je suis certain que tu aurais aimé défendre l’authentique justice en son nom. Je te jure sur mon armure que nous parviendrons à rétablir la vérité au Sanctuaire. Repose en paix. »
Le Japonais se retourne vers son professeur et lui sourit : « Je comprends à présent pourquoi vous ne dormiez pas. Pourquoi vous ne vous nourrissiez pas. Pourquoi j’avais l’impression lorsque je suis arrivé ici la première fois que le représentant de la Fondation Graad ne vous avez pas vu. Pourquoi Hasu ne vous voyait pas. Pourquoi en fait je suis le seul à vous voir. Vous êtes l’esprit de l’armure.
_ Tu as enfin compris. J’ai repris cette armure il y a près de deux cent ans, à la mort de Blériot, le précédent porteur juste après la Guerre Sainte qu’il avait mené. Après des années de services rendus auprès du Sanctuaire, le Grand Pope m’a autorisé à prendre une retraite pendant laquelle je formerai un nouveau disciple. Personne n’est parvenu jusqu’ici. Et quand mon dernier souffle est venu, j’ai juré sur cette armure, que je survivrai à travers elle pour former mon successeur. Tu es venu. Et aujourd’hui, grâce à ce combat, tu as compris tout ce qu’il te restait à apprendre. Tu es enfin prêt. »
Ban commence à être submergé par une étrange sensation. Il sent une seconde vie à travers l’armure. L’apparence de Dame Leo commence à devenir translucide : « Dame Leo ! Non, ne partez pas. J’ai encore tellement à apprendre.
_ Je ne peux plus rien t’apprendre. Continue de t’entraîner. Et quand tu auras confiance en toi, quand tu te sentiras prêt, retourne auprès d’Athéna. »
Dorénavant, le spectre se volatilise. Ne laissant tomber au sol que le masque de femme chevalier que portait la vieillarde.
Ban, le visage inondé de chagrin, finit par le ramasser et le place sous sa Cloth, à hauteur du c½ur : « Même par delà la mort, vous avez tenu votre engagement envers le Sanctuaire. Vous ferez toujours partie de cette armure et de ma vie. Je deviendrai un Saint dont vous serez fière. J’en fais le serment. »


Sur les docks, au Japon, Shun ne lâche rien, il se relève chaque fois plus déterminé qu’auparavant, malgré l’acharnement de Spartan.
A plusieurs mètres d’eux, Crateris commence à s’inquiéter.
Il se relève et observe Shun d’un air soucieux : « Le vent se lève depuis quelques minutes. Sa cosmo énergie ne cesse de s’accroître dans ce lieu que Spartan a confiné. Elle commence à oppresser l’atmosphère. »
Alors, discrètement, il pointe son doigt vers le ciel et susurre : « Soul Thief. »

Devant lui, Spartan poursuit son acharnement contre le chevalier de bronze sans se rendre compte que lorsqu’il se matérialise, ses gestes ralentissent et que, par conséquent, l’impact de ses frappes s’amoindrit.
C’est seulement lorsqu’il devient totalement immobile qu’il s’alarme : « Je… Ma… Mon… »
Shun l’observe avec pitié : « Je ne veux pas en venir là. Cesse le combat avant que je ne te tue. »
Totalement paralysé, Spartan comprend : « Ingénieux. Tu as utilisé l’espace que ma télékinésie a restreint pour y confiner ton cosmos. J’ai été pris à mon propre piège. Ton énergie me ronge tellement, que j’en ai même du mal à parler. »
Et pour cause, un brouillard rosé, au couleur de l’effluve cosmique de Shun, imprègne les lieux : « Maintenant que tu as compris, cesse immédiatement ton emprise. Renonce et abandonne tes mauvaises intentions.
_ Jamais. Je suis dévoué au Sanctuaire. Vous vous êtes rebellés contre Athéna et vous avez tué mes amis. Je ne peux vous le pardonner.
_ Je t’en prie, mon cosmos bouillonne. Bientôt je ne pourrai plus le retenir dans un espace aussi restreint et cet environnement se chargera en tempête. »
Spartan essaie de se débattre, provoquant, sans même que Shun ne puisse le contrôler, un puissant souffle qui s’abat tel un mur contre Spartan. La déferlante arrache armure, tissu et épiderme du prodigieux télépathe.
Totalement dépassé par sa propre force, Shun ne peut empêcher le massacre du mercenaire qui décède sur le coup.
Son cadavre écorché s’écroule sur les docks, près de containers vides.
La barrière télékinésique se brise instantanément, libérant toute l’énergie retenue jusqu’ici.

Face à l’horrible conséquence d’une telle puissance, Shun s’écroule en pleurant la mort de Spartan : « Je ne voulais pas aller jusque-là. Je sais ce qu’il se passe lorsque je libère toutes mes forces. Tu as subi uniquement le Nebula Stream. Si j’avais libéré la Nebula Storm, les conséquences auraient pu être bien plus lourdes. »
Pourtant, son chagrin n’émeut absolument pas son dernier adversaire.
Derrière lui, désormais couvert de sa Cloth, Crateris arbore une allure très sereine : « Je l’avoue. Tu as été incroyable. Je crois que si cela avait duré plus longtemps, j’aurai pu être inquiété moi aussi. Malheureusement pour lui, Spartan était aveuglé par son désir de revanche. Il n’a pas été suffisamment clairvoyant pour peser les conséquences d’une telle emprise contre toi. Alors, je me suis permis de prendre les devants. Tu ne m’en voudras pas ? »
Shun fronce les sourcils après une telle question. Il ne voit pas où le Saint d’argent veut en venir.
Seulement, il refuse de se faire avoir une fois de plus. Il écarte les bras pour faire venir à lui sa Cloth de bronze.
Alors Crateris rigole : « Elle ne viendra pas non plus. »
Shun devient livide, son visage se creuse et des cernes apparaissent : « Qu’est-ce que cela signifie ? De plus, je me sens si faible tout à coup.
_ Face au retournement de situation dont a été victime Spartan, je me suis permis d’invoquer mon plus puissant arcane, le Voleur d’Ame. Tu es sous l’emprise de mon Soul Thief. »
Il pointe une coupe formée par l’effluve de son cosmos avant de poursuivre : « Regarde l’aura qui s’échappe de ton corps. Elle se dirige dans cette coupe que mon cosmos produit. Lorsque j’aurai vidé ton âme de tout son cosmos, ton corps sera vidé de toute vie. D’ores et déjà Andromède se vide même de sa propre existence, puisque l’armure ne te reconnaît déjà plus. »
Le Saint de bronze tombe sur le dos. Véritablement amaigri, ses yeux s’embrument à mesure que sa vie s’épuise : « Tu… m’as… attaqué… en… traître… Tu… n’es… pas… digne… d’être… chevalier…
_ Nous ne présentons pas tous le même code d’honneur que toi, ni même ta pudeur cher Andromède. »
Dans un dernier élan désespéré, Shun lève le bras vers le ciel : « Ikki… Ikki… Mon frère… Viens à mon secours… Je… t’en… prie… »
Face à la main de Shun tombante dans le monde funèbre, le Saint d’argent le prive de tout espoir : « Lorsque tu es arrivé ici, Spartan a privé toute liaison de ton cosmos vers l’extérieur. Aussitôt après, le Soul Thief a dérobé ton âme. Personne ne sait que tu es ici. Demain les ouvriers du monde contemporain retrouveront ton cadavre desséché, sans savoir ce qui s’est passé ici. Et pour ton frère, le Phénix il me semble, ne t’en fais pas, je l’enverrais te rejoindre sous peu. »

Convaincu de sa victoire, il tourne le dos à sa victime, prêt à rendre sa Cloth à sa Pandora Box.
Pourtant, la coupe du Voleur d’Ame ne cesse d’être alimenté. Si bien que le cosmos de Crateris ne peut contenir davantage d’énergie et finit par déborder. Il fait volte-face : « Impossible ! Il aurait encore autant de cosmo énergie ! C’est plus qu’un Saint d’argent. »
Il voit Shun toujours mourrant, libérant non plus un cosmos teinté de rose mais une aura violacée. De plus en plus sombre. Ses cheveux prennent une teinte prune et son corps commence à reprendre une forme convenable.
La coupe du Soul Thief est rongée par le cosmos libéré par Shun : « Je ne peux contenir une telle cosmo énergie, elle est plus importante que celle d’un Saint d’or ! »
Totalement désemparé par la cosmo énergie qui échappe à son contrôle et qui l’entoure désormais, Crateris ne conçoit même pas que celle-ci est aussi noire que les ténèbres.
Le cosmos tourbillonne autour de lui.
Si bien qu’il semble prendre vie.
Prendre une forme humanoïde.
Celle-ci prend de la hauteur par rapport à Crateris et ouvre la bouche pour le dévorer.
Elle l’engloutit d’un coup, dans un vacarme assourdissant résultant du hurlement de terreur de Crateris.

Lorsque le calme revient, l’onde cosmique s’est dissipée. Crateris est encore debout. A ses pieds, un tas de poussière, correspondant à son armure brisée, gît.
Il est maintenu à la gorge par la main ferme de Shun.
Ses yeux embrumés et ses cheveux couleur prune, manifestent la présence d’une entité différente de celle d’Andromède.
Les yeux exorbités, Crateris essaie de parler : « Tu n’es pas qu’Andromède. Au fond de toi, vit une âme bien plus obscure, que j’ai malheureusement dérangé. Cela explique pourquoi tu ne sais pas toi-même contrôler ta propre force. »
Ses yeux injectés de sang, manquant de souffle, Crateris fixe le médaillon que Shun porte contre son torse nu depuis le début du combat : « Yours Ever ? »
D’une voix plus impériale qu’à l’accoutumée, Shun rétorque : « Oui. Et toi aussi, tu es désormais à moi, à jamais. »
Du médaillon se libère toute la cosmo énergie malfaisante d’Hadès qui consomme, annihile puis désintègre totalement le Saint d’argent.
Enfin, maintenant qu’il ne reste plus rien de son adversaire, le bras de Shun retombe le long de son corps.
Ses cheveux reprennent leur teinte habituelle et ses paupières se ferment.
Il s’écrase lourdement face contre terre.


En Grèce, au Sanctuaire, dans l’immense jardin qui juxtapose la demeure de la Vierge, quelques pétales de deux grands arbres sont soulevés et virevoltent au gré du vent.
Le propriétaire de ce jardin, vêtu d’une simple toge blanche qui habille à peine son poitrail, s’y promène les yeux fermés.
D’un calme incroyable, il ouvre la paume de sa main droite pour cueillir un de ces pétales. Dès lors, les propos tenus par une de ses anciennes amantes résonnent dans sa tête : « Quand je suivais tes enseignements, j’appréciais le fait que tu n’exclues pas le doute, que tu évites de poser tes opinions comme certitudes. Plus le temps passe et plus tu penses détenir la vérité absolue, au point de souffrir d’un complexe de déification. »
La voix douce d’Hasu attriste Shaka : « Hasu… Ta cosmo énergie nous a quitté. Tu t’es égaré sur le chemin de l’éveil. Si tu avais suivi jusqu’au bout mon enseignement et compris mes intentions, alors tu n’aurais pas perdu la vie aujourd’hui. Ce drame est un triste évènement à rajouter à la longue liste de ceux qui accablent notre Sanctuaire ces derniers temps. Ces renégats du Japon ont déjà commis trop de crimes. Quand le Grand Pope se décidera-t-il à nous envoyer, nous, Saints d’or ? »


Titubant dans les rues calmes, au beau milieu de la nuit, Shun a les bras en croix contre sa poitrine pour se protéger des basses températures de novembre.
Son corps porte les ecchymoses des deux affrontements, dont il se souvient à peine.
_ « Je me rappelle n’avoir pas su contrôler ma force face à Spartan. Mais pour l’autre chevalier ? Que s’est-il passé ? La dernière chose que j’ai en mémoire, c’est que j’étais couché sur le sol et je me vidais de toute ma puissance. Un sentiment de colère et de rage inhabituelle commençait à me dévorer de l’intérieur. Je crains que ce ne soit cette force obscure que j’ai en moi qui a fait basculer le combat. Cela ne me ressemble pas. Pourtant, je le sens, chaque fois que je laisse exploser ma force, un étrange sentiment de méchanceté s’empare de moi. Je dois à tout prix éviter de me battre le plus possible, s’inquiète Shun sans se douter de l’origine du mal qui le ronge. »

11
Only for Love / Re: Chapitre 3
« on: 14 March 2020 à 16h11 »
NEWS

Cette version du troisième chapitre est une version rééditée de la publication originale du 19 avril 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

12
Only for Love / Chapitre 58
« on: 2 March 2020 à 9h52 »
Chapitre 58

Seul, en Olympe, au dessus de l’Hyperdimension, Apodis s’impatiente.
Sans nouvelles de la Terre depuis l’affrontement contre Hestia, il craint que le sacrifice d’Hébé n’ait été vain.
Le temps lui paraît interminable, coincé sur cette surface minuscule avec rien d’autre que le néant à perte de vue.
Ce 17 novembre 1986, deux semaines se sont écoulées.
Deux semaines assis.
Sans bouger.
Ses plaies cicatrisent mal.
A méditer.
Essayant de ne pas penser à la faim ni la soif qui l’affaiblissent.
La solitude laisse place aux doutes.
Elle aide aussi à faire le vide.
Une fois les instincts primaires surmontés, elle permet de se recentrer sur l’essentiel.
Lorsqu’il ouvre les yeux, il s’attarde sur le lieu où lui est apparue une étrange silhouette féminine il y a deux semaines. « Elle détient des réponses, s’obstine-t-il. »

Interminablement, il lorgne dans sa direction en espérant la voir venir à lui.
Cependant, le ciel s’assombrit pour la première fois depuis qu’il est ici et une aura oppressante se fait sentir.
Sans pouvoir bouger, pris au piège de cette émanation cosmique, il distingue une autre apparence. Plus masculine cette fois-ci.
Tout comme la première personne à être apparue devant lui, celle-ci marche sur le vide, sans craindre de tomber dans le gouffre et l’Hyperdimension.
Le visage dur, les cheveux très tirés et les yeux couleur or très larges et plissés, l’inconnu vient délivrer un message.
Il se tient droit, dans sa longue robe azur, agrémentée d’une cape blanche qui entoure ses très larges épaules.
Son faciès très strict permet de faire comprendre à Apodis qu’il est face à un dieu.
Le chevalier reste de longues secondes à attendre que l’entité daigne lui adresser la parole. Il reconnaît au pétase, ce chapeau rond qu’il porte sur ses cheveux couleur blé, l’identité du hautain personnage.
De son grand mètre quatre vingt dix, il surplombe de toute sa hauteur le pauvre humain.
_ « Si j’en juge par ce cosmos infiniment puissant et par cette tenue, commence Apodis nullement effrayé, j’en déduis que tu es le dieu du commerce et le messager des dieux. Hermès.
_ Tu oses prendre la parole sans y avoir été invité, remonte davantage les épaules le susnommé pour prendre encore plus de grandeur. Alors on ne m’avait pas menti. Les humains sont vraiment devenus ingérables. Votre anéantissement est inévitable.
_ Qu’est-ce que tu racontes, tente de se lever Apodis malgré la pesanteur exercée par Hermès ? »
Outré par la tentative de révolte du Saint de bronze, Hermès exerce encore plus son pouvoir, forçant Apodis à se vautrer sur le sol, rouvrant ses plaies sous la pression.
_ « Couché, insecte ! Je n’arrivais pas à en croire mes oreilles lors de l'assemblée des dieux de l’Olympe, lorsqu’il a été question de la rébellion de l'humanité. Il a été présenté à Zeus, qu’Athéna entretenait la ranc½ur des hommes envers nous. Si Zeus a refusé que nous châtiions Athéna, faute de preuves, il a autorisé ta mise à mort lente et douloureuse dans le coliseum. Dans quelques jours, tu seras présenté au peuple olympien dans l’arène. Nos fidèles sujets, pourront ainsi nous prier de te donner la mort, pour l’affront que tu as commis envers les dieux.
_ Ah… Attends, balbutie Apodis écrasé parterre. Tu es dans l’erreur. Athéna aime les hommes et les protège. Elle veut qu’ils vivent en paix et en harmonie. Ce sont les dieux qui complotent contre elle. Certains dieux conspirent pour vous faire croire à notre révolte. Tu tombes dans leur piège à l’heure qu’il est !
_ Silence vermine ! J’étais chargé de te délivrer l’annonce de ta mise en mort. J’ai pu constater que celle-ci correspond bien aux prémices de la destruction de la Terre. »
Sans laisser la moindre chance de s’exprimer à Apodis, Hermès disparaît comme il est venu. Son apparence s’évapore dans l’atmosphère, à mesure qu’il s’éloigne en marchant par-dessus le vide.
Une fois seul, les bras serrant son torse déchiré par les hématomes, Apodis hurle à pleins poumons : « Athéna ! »


Sur Terre, dans une immense forêt d’arbres feuillus, un grognement bestial anime la population animale.
Dans les Rocheuses, au fin fond du Canada, un mammifère au grand corps trapu et massif, gesticule de douleur autour de deux petits de son espèce. La patte arrière droite décharnée, le géant au pelage dense et hirsute se vide peu à peu de son sang.
Gravement blessée, cette ourse n’abdique pas et protège sa progéniture d’une meute de loups affamés.
Malheureusement, la panique l’affaiblit de plus en plus et les canidés l’encerclent, en attendant patiemment la fin.
A bout de force, rampant à terre, l’ourse est à la merci de la meute.
Le chef s’élance, gueule grande ouverte, sur les petits recroquevillés contre leur maman.
Quand tout à coup, un homme au maillot et au pantalon bleu foncé, jaillit de derrière un fourré.
Bardé d’une musculature impressionnante, le géant tend le bras en avant pour que l’animal le lui chope.
Celui-ci s’en saisit et s’acharne dessus sans faire sourciller le colosse qui le soulève comme un fétu de paille. Il garde le bras gauche fermement agrippé par le loup en l’air et prend un léger élan avec son bras droit pour cogner l’animal féroce en plein flanc.
Le loup s’écrase inconscient quelques mètres plus loin, faisant fuir le reste de la meute.
Le bras gauche sans la moindre égratignure, le sauveur des oursons s’approche jusqu’à leur mère.
Souriant, les yeux débordant de compassion, Geki s’étonne : « Il y a encore quelques mois, l’idiot que j’étais, vous aurait achevé pour affirmer sa supériorité. Ma défaite au Japon et les propos de Jabu m’ont mis face à la réalité. »
Il caresse d’une main les petits tandis qu’avec l’autre, il communique son cosmos à l’animal mourant.
Bien vite, les petits retrouvent la joie qui caractérise la jeunesse puisque leur maman revient à elle.
L'ourse reprend ses esprits et elle est stupéfaite de se trouver en pleine forme, elle, ainsi que ses oursons.
De nature sauvage et prudente, elle se met en opposition à Geki qui s’en amuse : « Ah, ah, ah… Ce n’est pas très sympa. Je te signale que je viens de te sauver la vie. »
À ce moment, les petits viennent chercher de nouveau la compagnie du Japonais.
Ressentant la bonté qui se dégage du chevalier, la maman baisse sa garde et quitte les environs en ramenant ses enfants jusqu’à leur tanière.

Seul, les mains sur les hanches, Geki contemple la petite famille avec le sentiment d’avoir accompli une bonne action.
Il se penche au dessus du loup mal en point et marmonne : « Bon ! A toi maintenant ! Et après, je compte bien reprendre mon entraînement. »
Pendant qu’il réanime le loup, son expression devient plus grave : « Cela fait bientôt un mois et demi que je suis rentré auprès de mon maître. Un mois et demi que j’ai versé mon sang sur ma Cloth et que je l’ai laissé se régénérer dans sa Pandora Box. Mais il est encore bien trop tôt pour la revêtir de nouveau et revenir auprès de Seiya et des autres. Eux aussi on dû progresser. J’avais déjà beaucoup de retard à rattraper. »


Au même moment, au sud de l’île d’Yíaros, sur le port, aucun embarcadère n’est occupé. Aucun marin, aucun commerçant ne peuple cette gare maritime. Pas même les soldats ne montent la garde.
Marin dérive sur une barque sans être inquiétée.
Échouée sur son embarcation en bois, elle se dirige avec sa main, affaiblie, jusqu’au ponton le plus proche.
Son corps porte encore les marques du combat contre Peleus et Hestia, tandis que son poignet arbore le Jonc d’Athéna dont elle s’est emparée.
Une fois à destination, elle s’extirpe de son moyen de locomotion et titube jusqu’à l’unique passage qui, entre deux chaînes de montagne, relie le sud au centre de l’île grecque.
C’est seulement arrivée à ce delta qu’elle découvre deux soldats en faction.
Ceux-ci reconnaissent immédiatement l’ancienne invitée d’Hébé.
Rassurée et épuisée, elle s’effondre dans leurs bras.


Pendant ce temps, dans au Canada, à la base d’une roche épaisse où il a élu domicile, un vieil homme reste assis devant la Pandora Box de l’Ours.
Son regard s’évanouit dans le vague, pendant qu’une femme se tient derrière lui, les bras croisés.
La demoiselle, cachée derrière un masque, porte une armure marron par-dessus son bustier et son boxer couleur grenadine. Son ton n’est en rien agressif. Sa voix est calme, passionnée : « En tant qu’ancien Saint de bronze de l’Ours, tu dois donc comprendre la décision du Sanctuaire. »
Le vieillard abandonne sur le sol le message écrit sur papyrus et frappé du sceau du Sanctuaire qui lui est adressé.
_ « Oui. Oui je comprends, marmonne-t-il. Geki est considéré comme un traître et j’ai pour ordre de vous aider, vous Hevelius Saint de bronze du Petit Renard, à l’éliminer. Néanmoins, j’ai bien peur de devoir refuser cet ordre. En effet, depuis plusieurs années, j’ai le sentiment que quelque chose ne tourne pas rond au Sanctuaire. Oh, bien sûr, au vu de mon âge bien avancé, il aurait été trop prétentieux pour un Saint de bronze tel que moi, de défier l’autorité suprême. Seulement, quand Geki est venu à moi, j’ai vu en la jeune génération de Saints l’espoir d’endiguer le mal. »
_ Endiguer le mal, passe-t-elle le poing devant son opulente poitrine ?! Avec tout le respect que je vous dois, les amis de Geki se battent désormais pour une prétendue Athéna. Après s’être livrés à un tournoi ridicule, aux yeux du monde pour leurs intérêts personnels, ils défient le domaine sacré en voulant remplacer notre déesse par une richissime héritière du monde contemporain. Leur affront n’a pas de limite ! Ils ont même été jusqu’à tuer mon bien-aimé, le Saint d’argent de Persée, scande-t-elle les cheveux agités au vent. »
Le vieillard qui devait bénéficier par le passé d’une musculature impressionnante, n’est désormais plus que l’ombre de lui-même.
Tout recroquevillé, les épaules lui tombant en avant, il ne craint pourtant pas la menace d’Hevelius : « Ils sont même allés jusqu’à vaincre des Saints d’argent ! Ils vont au-delà de mes espérances. Je suis désolé mademoiselle, mais j’ai combattu avec le Grand Pope il y a une cinquantaine d’année. Il était venu nous porter assistance sur le champ de bataille. Bizarrement, j’ai senti qu’il n’était plus le même depuis plus de dix ans. Et tous ceux qui ont émis ce constat au grand jour sont mystérieusement morts. Je ne sais pas à quoi aboutira la rébellion de Geki et ses amis, mais j’espère simplement qu’elle mettra en lumière certains faits troublants.
_ Je vois qu’il est inutile de discuter davantage, soupire Hevelius.
_ Oui, sourit le colosse dans sa barbe blanche. J’ai lu la lettre jusqu’au bout et je sais quel sort m’est réservé. Je ne m’y opposerai pas. Je n’ai plus la force de le faire.
_ Adieu ancien Saint de bronze de l’Ours, lève-t-elle le bras au ciel. Adieu chevalier. »
Elle abat le tranchant de la main sur l’ancêtre.
Sa tête se détache et roule sur le sol, arborant toujours un rictus de satisfaction, à l’idée d’être allé jusqu’au bout de ses convictions.
Le reste de son corps s’écrase misérablement dans un flot de sang qui éclabousse le visage d’Hevelius.

Plus loin, dans les Rocheuses, Geki relâche la concentration de son cosmos.
Une étrange aura vient à lui. Il l’accueille dans sa main et s’inquiète : « Cette lueur ! C’est celle de mon maître. J’ai un mauvais pressentiment. »


Au sommet de sa prison olympienne, Apodis tourne en rond.
Les mains derrière le dos, tête baissée, perdu dans ses esprits, le Saint de bronze de l’Oiseau de Paradis fait les cent pas.
De temps en temps, il regarde les directions par lesquelles lui sont apparus Hermès et une femme dont il ignore encore l’identité.
Sa marche circulaire prend finalement fin, lorsqu’il se recentre au beau milieu de la colonne et dégage de son poing, en direction du ciel, une vague de cosmos : « Qu’est-ce que vous attendez de moi ! »

Il a beau s’époumoner, rien n’y fait.
En soufflant d’exaspération, se tenant le ventre et la gorge en raison de sa faim et de sa soif grandissante, il se laisse tomber sur le dos.
Il ferme les yeux et se laisse submerger par les souvenirs du passé…

Flashback
1981 - Désormais promu sergent, Apodis s’était établi dans le village de Paesco.
Les journées passèrent et pendant ce temps Pullo et Cliff soumirent à Apodis une soixantaine de soldats, parmi lesquels il recruta les treize meilleurs.
Il ne les jugea pas pour leurs capacités physiques ou leurs dispositions au combat. Il voulait une équipe de féroces soldats, impartiaux au combat et charitables envers le peuple.
Parmi ces treize élus, aucun n’était issu du même milieu. L’un était le fils d’un riche artisan, l’autre fouillait les ordures pour survivre, alors qu’un autre était soldat depuis plus de vingt ans. Il choisit même dans ses rangs une femme chevalier qui avait été rejetée de son camp d’entraînement pour avoir essuyé trop de défaites. Ainsi qu’un pauvre souffre douleur et son opposé, séduisant et sûr de lui qui n’avait pour seule gloire que le nombre de conquêtes tombées sous son charme.
« Tous différents et réunis sous le même emblème : Athéna, répétait souvent le sergent Apodis. »

Apodis et Cliff laissèrent les treize pousses sous la houlette de Pullo, tandis qu’ils s’attachaient à la fabrication de la demeure de Mujakis et à la fortification d’un camp.
Pour les aider à réaliser tout ce travail, Apodis avait pris sous son aile des villageois sans emploi, qu’il récompensait par bien plus de sacres qu’il n’en fallait.
La vie d’Apodis prenait un sens.
Le peuple appréciait sa présence et sa mère était épanouie grâce à lui.
Souvent, elle admirait à son fils : « Comme je suis fière de toi, répétait-elle souvent. »

Le jour, après des longues heures de labeur, Apodis flirtait avec Netsuai.
Elle était présente sur chaque chantier occupé par le chevalier. Elle lui apportait de l’eau et de la nourriture.
Ils échangeaient leurs points de vue sur tous les sujets de la vie quotidienne et souvent s’amusaient de partager les mêmes avis.
L’Oiseau de Paradis partageait également une profonde relation d’amitié avec sa voisine Marin Saint d’argent de l’Aigle et son disciple, le jeune Seiya. Souvent, Aiolia venait les visiter et Apodis appréciait de pouvoir converser avec un chevalier d'or.
Trop peu de monde accordait de l’importance à Aiolia en raison du passé honteux de son frère et ce, malgré le fait que le Lion se soit révélé être un des héros de la Guerre Sainte contre les Titans.
Certains avaient le même dédain pour son amie Marin à cause de ses origines asiatiques.
Apodis était donc un des rares à les saluer et même à s’incliner au début de leurs rencontres, pour leur témoigner le respect qui leur était dû. Bien vite ils lui demandèrent de se tenir droit face à eux, le considérant comme un ami. Il aimait leur confier son affection pour Netsuai.
À son tour, il comprit bien vite qu’ils partageaient une forte attirance amoureuse l’un envers l’autre, même s’ils voulaient le cacher. Il se prêtait donc au jeu et faisait fi de ne pas avoir conscience de l’amour réciproque entre Aiolia et Marin.

La nuit, il découvrait les joies des repas intimes chez Misty.
Là-bas, il s’amusait de voir Aphrodite soudoyer tous les invités pour participer à des jeux charnels comme il aimait en soumettre.
Il riait lors des parties de cartes en compagnie de Docrates et Aldebaran.
Il charriait Jamian qui évoquait sans cesse ses mésaventures quotidiennes.
Il engageait de sérieuses discussions à propos de la surveillance du domaine en compagnie de son lieutenant Misty. Tous les deux vautrés dans des sofas, pendant que plusieurs esclaves les massaient et les nourrissaient. Ils prenaient de sérieuses décisions devant quelques danseuses et danseurs qui s’exhibaient dans le plus simple appareil.
Mensa et Circinus venaient les rejoindre autour d’un verre de vin, pour prendre note des nouvelles instructions, afin d’améliorer la vie des villages de l’ouest.
Enfin, Apodis jouissait de son statut, de sa beauté et de l’attention qui lui était portée auprès des plus belles créatures à la solde de Misty.

Les mois défilèrent très vite.
La troupe d’Apodis était prête. Il lui fallut juste trouver un remplaçant à un de ses soldats qui ne survécut pas à l’intensité de l’entraînement de Pullo.
Contre un sac de sacres suffisant, Apodis put obtenir de Saül, le forgeron du Sanctuaire, des tenues, des protections et des armes sur-mesure pour ses soldats.
Ainsi, contrairement à tous les autres gardes du Sanctuaire, la cohorte d’Apodis était dotée d'une tenue spécifique. Les quinze guerriers d’Apodis portaient un casque couvrant entièrement leurs têtes et prenant la forme d’un bec qui descendait pour couvrir leur nez, à l'instar du diadème de la Cloth de l’Oiseau de Paradis.
De cette façon, le peuple reconnaissait la cohorte qui jouissait d’une grande réputation. Apodis leur faisait répéter souvent : « Accomplir des miracles est un don qui nous a été fait par les dieux. En faire usage pour les hommes selon le bon vouloir d’Athéna, tel est notre devoir. »
C’est cette unité qui permettait à cette équipe de témoigner d'un profond sentiment humaniste.
Apodis était très exigent envers ses soldats, tout comme il l’était envers lui-même. Il se considérait comme leur égal. Il s’entraînait avec eux, donnant des conseils à ceux qui en avait besoin, acceptant leurs remarques et leurs recommandations lorsqu’elles étaient justifiées.
Chaque fois qu’un événement majeur de leurs vies comme un anniversaire, un mariage ou la naissance d’un enfant pour ceux qui avaient une famille, le permettait, ils les célébraient tous ensembles au court d’un repas convivial.
Fermes mais justes, ils étaient soudés, ils s’appréciaient et été aimés du peuple.
Eurydice aimait venir à leur rencontre et Orphée leur jouait souvent de sa lyre, en guise de reconnaissance pour le travail accompli.
Cette majestueuse réputation s’étendit au fil des mois sur tout le Sanctuaire et incita de nombreux habitants à se rapprocher des villages sous leur protection.
Bienfaiteurs aux yeux du peuple, Apodis et ses soldats étaient surnommés Achille et ses Mirmidons.
La réussite des missions confiées par le Grand Pope sur les territoires ennemis sans pertes humaines, acheva de conforter cette appellation.

Un tel succès ne laissait indifférente aucune femme.
Seulement, au fil du temps, Apodis ne cherchait les faveurs que d’une seule.
Celle qui faisait battre chaque jour plus fort son c½ur depuis leur première rencontre.
Lorsqu’il se plongeait dans son regard, les yeux de Netsuai ne dégageaient pas toute la convoitise des autres. Elle voyait au plus profond de son âme et lisait quel homme il était, au plus profond de lui.
Leurs rencontres quotidiennes lui permirent de connaître chaque secret de son c½ur et elle ne pouvait être inconsciente de l’amour qu’ils se vouaient.
Flashback

Brusquement, une lueur blanche l’extirpe de ses souvenirs.
Il se relève sans se soucier de ses plaies ouvertes et distingue cette silhouette féminine quasi nue qu’il avait pu admirer il y a presque deux semaines.
L’intimité de l’intruse est à peine dissimulée par quelques ornements. Ses cheveux longs noirs de jais ressortent sur le fond quasiment blanc de l’horizon observé par Apodis.
Elle s’avance en marchant sur le vide en regardant le pauvre homme ébahi.
Une fois à sa hauteur, elle dissimule son corps svelte et plein de grâce d’une toge sombre au tissu très fin permettant de voir au travers.
_ « C’était vous n’est-ce pas, demande Apodis resté assis, l’autre fois, qui m’êtes apparue pour me conseiller de ne pas sauter ? »
Elle reste silencieuse. Son visage aux traits très tirés et ses larges yeux toisent Apodis sans le moindre mot.
_ « Votre regard, votre façon de vous tenir. Vous me faîtes penser à elle. Celle qui est la cause de ma présence ici. Hestia. Vous êtes du même rang n’est-ce pas, en déduit-il ? »
L’entité accepte de répondre d’un hochement de tête affirmatif.
_ « J’ai eu droit à la présence d’Hermès tout à l’heure pour m’annoncer que bientôt on m’exposerait comme une bête de foire dans une arène. J’imagine que vous êtes venue me chercher et que c’est pour cela que vous ne vouliez pas que je saute la dernière fois ? »
En guise de réponse, elle ouvre délicatement sa toge et, à la place de son abdomen parfaitement dessiné et de sa poitrine à peine couverte, apparaît une sorte d’univers.
De cet espace temps qu’elle a invoqué, jaillissent des mets aux formes inconnues pour Apodis ainsi qu’une jatte.
_ « On dirait des fruits ? Je n’en ai jamais vu de tels. »
La divinité consent enfin à prendre la parole. Sa voix, tout en étant calme, impose un profond respect : « Il s’agit de nectar et d’ambroisie.
_ La nourriture des dieux ! Vous les avez fait téléporter jusqu’ici ! Mais enfin, pourquoi ? »
Elle lui tourne le dos de nouveau : « Comme tu l’as dis toi-même, il s’agit des mets des dieux. Une seule bouchée de cela devrait soigner tes blessures et te redonner pleine possession de tes moyens. Tu en auras besoin. L’épreuve qui t’attend dans le coliseum sera rude.
_ Pourquoi tant de considération à mon égard ? Et qui êtes-vous à la fin ? »
Elle lui tourne le dos et repart comme elle est venue, ne prenant pas le temps de répondre.


Sur Terre, en quelques bonds, Geki arrive devant le rocher où son maître et lui vivaient.
Il est immédiatement saisi par la vision d’horreur, provoquée par les circonstances de la mort de son maître. La tête détachée de son corps roule au gré du vent.
Les cent deux kilos de l’Ours, s’effondrent à genoux : « M… Maître… »

Un rire sarcastique se fait rapidement entendre.
Depuis le creux laissé dans la roche à l’intérieur de laquelle le défunt vivait, Hevelius se montre.
Le masque de femme chevalier, ainsi que l’armure qu’elle porte ne laisse aucun doute à Geki.
D’un revers de la main il sèche ses larmes et se redresse : « Je suis Geki Saint de bronze de l’Ours. L’homme que tu as tué était mon maître. Et il était innocent. »
D’ordinaire si calme et si douce, Hevelius présente une attitude bien plus hostile depuis la mort d’Algol : « Non. Il était coupable. Coupable de s’être allié avec un traître de ton espèce. Un chien au service de cette Saori Kido. Responsable de la mort de Misty, Astérion, Mozes, Babel et… Algol.
_ S’il s’agissait de gens envoyés contre Seiya et ses amis, comme l’avait été Phénix, alors il s’agit d’un acte de justice, fait craquer ses poings Geki. Nous avons été attaqués par le mal, alors que nous n’avions rien fait. Peut-être que de nous être exposés lors de la Galaxian War aux yeux du monde était une erreur, mais je doute que cela justifie l’acharnement dont nous sommes victimes.
_ Cela va bien au-delà de ça. Vous avez défié délibérément le Sanctuaire. Alors ne compte pas t’en sortir.
_ Mais je n’y comptais pas. Il était hors de question que tu partes d’ici, sans avoir payé la mort de mon maître de toute façon, se met en garde l’Ours. »
Sans prévenir, Hevelius se jette sur le Japonais. Elle balance ses deux jambes musclées en avant et profite d’un prodigieux élan, pour le frapper avec ses deux pieds en pleine face.
Le mètre quatre vingt huit de Geki est soulevé comme un rien du sol.
Le temps qu’il se ressaisisse, il ne peut esquiver un crochet en plein poitrail, suivi d’un coup de pied sauté au visage.
En reculant de trois pas, Geki a à peine le temps de se remettre en garde que son adversaire apparaît déjà derrière lui. Elle le cogne avec ses deux poings dans les reins.
Dépourvu de la moindre protection, Geki s’écroule.
_ « Minable, le regarde-t-elle avec dépit ! Je me demande pourquoi on m’a envoyé, moi, Hevelius Saint de bronze du Petit Renard, pour t’éliminer. De simples soldats auraient suffi.
_ Il est facile de se vanter lorsqu’on attaque un adversaire sans armure, se relève-t-il difficilement.
_ Faudrait-il que j’accède à cette faveur ? Tu me promets un combat plus relevé si je te laisse porter ton armure ? »
D’un revers de la main, Geki se nettoie le sang qui s’échappe de ses lèvres. Son regard est emprunt d’une animosité rageuse. Son sourire lui donne une mine confiante : « Surtout pas ! Tu sembles être une Saint de bronze aguerrie. T’affronter sans armure sera un test pour m’assurer de mes progrès. »
Derrière Geki, l’effluve de sa cosmo énergie dessine un ours.
Le chevalier s’élance à son tour.
Son mouvement, beaucoup plus fluide que tout à l’heure, surprend Hevelius.
Arrivé devant elle, il l’assomme en laissant tomber sa grosse main gauche sur le sommet de son crâne. Il l’enchaîne, avec une agilité qu’Hevelius n’aurait pas prêtée à un tel gabarit, d’un coup de pied retourné qui fissure le masque de la compagne du défunt Algol.
Passablement sonnée, la jeune femme choisit de concentrer son cosmos dans sa main droite : « Très bien, tu vas subir ma technique prépare-toi à… »
Seulement, Geki se précipite sur elle avec une maîtrise totale du déplacement à la vitesse du son. Il cogne du gauche l’avant bras droit d’Hevelius pour lui faire perdre son accumulation de cosmo énergie. S’ensuit un uppercut du droit et un coup de tête qui aggrave l’état du masque.
Tandis que son corps s’échoue en arrière et que ses forces l’abandonnent, Hevelius revoit les plus beaux instants de sa vie passés en compagnie d’Algol.
Néanmoins, une terrible pression contre sa boite crânienne la ramène à la triste réalité.
Avec ses deux énormes mains, Geki s’est saisi de son crâne qu’il serre de toutes ses forces.
Le masque se brise totalement et le visage d’Hevelius commence à se déformer tandis que du sang jaillit de ses yeux, de sa bouche, de son nez et de ses oreilles.
D’un hurlement bestial, Geki proclame son succès : « Cette victoire, maître, est pour vous. Et pour tout ce que vous m’avez enseigné. Pour l’amour, pour la justice… Pour Athéna ! Hanging Bear ! »
Le diadème de la Cloth de bronze du Petit Renard cède et couvre le bruit provoqué par le craquement des os de la jeune femme.
La boite crânienne en lambeaux, la compagne du Saint de Persée est partie rejoindre son amant.
Geki, lui, reste immobile. Il abandonne le cadavre de son ennemie qui s’échoue à ses pieds.
Des larmes lui viennent : « Maître, vous êtes mort parce que vous croyiez en moi. Malgré mes progrès, je doute de pouvoir rattraper le niveau de Seiya et des autres. Mais je jure en votre mémoire, que je me battrai à leurs côtés jusqu’au bout. »


Aux confins de la dimension qui surplombe la Terre, le temple de Zeus domine le Mont Olympe.
Devant lui, sur le versant de la montagne, est dressé le Palais des Dieux. C’est ici que les dieux olympiens se réunissent.

A l’intérieur, dans la chambre qui juxtapose la salle des banquets, la salle du trône, le débat est vigoureux.
Sur le sol marbré, positionnés en arc de cercle devant un trône immense, onze sièges imposants sont partiellement occupés.
En effet, les dieux résidents en l'Olympe se concertent.
_ « Bien évidemment, les principaux concernés sont absents, pointe du doigt trois fauteuils vides Hestia. Hadès, Poséidon et surtout Athéna ne sont pas là lorsqu’il s’agit de débattre à propos de la Terre.
_ Mais bien plus que de la Terre elle-même, aujourd’hui, il est question de l’Homme, précise à côté d’elle Héra.
_ À commencer par celui qui a osé attenter à Hestia, rajoute leur complice Héphaïstos assis à l’autre bout. Il est retenu aux prisons de l’Olympe. Il s’agit à présent de valider la suggestion faite il y a peu de temps.
_ Au vu des éléments exposés ici et des événements de plus en plus irrévérencieux à notre encontre ces derniers siècles, intervient Artémis, j’estime que la sanction que nous avions prise à l’égard de cet humain indélicat est adéquate.
_ J’ai voulu moi-même en avoir le c½ur net, affirme Hermès à côté d’elle. Je me suis rendu aux prisons pour voir de mes yeux cet affront. Je ne me suis jamais autant senti insulté par le simple regard qu’il pouvait me jeter. Cette punition est sans conteste la plus appropriée. »
Les mains posées avec grâce sur les accoudoirs de son majestueux fauteuil, les jambes croisées avec élégance, Aphrodite Déesse des Plaisirs et de la Beauté propose d’une voix douce mais assurée : « Je suis profondément choquée par l’impudence de cet homme. J’insiste pour que les Anges qui forment ma garde personnelle, s’occupent de châtier cet individu dans l’arène. »
Enfin, tous tournent leur regard vers le siège du milieu, celui qui fait face au trône de Zeus.
Silencieux depuis le début, le visage inexpressif, Apollon attend que le silence règne, pour offrir sa divine parole.
Ses petits yeux plissés se lèvent en direction du trône.
Sans en attendre la permission, preuve de son influence pressante dans l’Olympe, le Dieu du Soleil s’adresse à leur souverain avec ses courtes phrases qui le caractérisent si bien : « Et bien. Dieu des dieux. Voici la preuve, s’il en fallait une, de ce que je t’avançais. Sous la coupe d’Athéna, les hommes se dressent contre nous. Ce chevalier mourra contre le premier Ange auquel il sera confronté. A défaut de celle des humains, cette divine punition fera accroître la foi des olympiens en nous. »
Aussitôt, les regards se lèvent sur l’empereur des cieux. Sachant qu’une réponse de sa part est attendue, Zeus se racle au préalable la gorge.
Le son provoqué est si intense qu’il retentit tel un coup de tonnerre.
Au sommet de l’Olympe, un éclair déchire le ciel.
Les mains épaisses du roi des dieux, tombent sur ses cuisses habillées d’une courte jupe blanche, provoquant un second grondement.
Ainsi, il prend appui sur ses jambes et se lève pour exposer ses deux mètres quarante-sept maintenus par une musculature inouïe.
Il réajuste le voile blanc qui passe au travers de son torse et habille la moitié de sa poitrine.
Ses yeux larges et plissés sont coiffés d’épais sourcils. Ceux-ci sont d’un blanc aussi grisonnant, que sa longue et opulente chevelure. Celle-ci se mêle à sa barbe dense, qui descend jusqu’au c½ur de ses pectoraux taillés dans le marbre. 
Lorsqu’il commence à ouvrir la bouche pour apporter sa réponse, le temps semble se suspendre. Tous sont pendus à ses lèvres. Sa voix détone à en faire trembler les murs : « La situation est en effet préoccupante. Jamais je n’aurai pu croire qu’un humain se rende coupable d'une telle offense à l’égard de l’Olympe. Lorsque j’ai légué la Terre à ma fille Athéna, j’espérais qu’elle ferait des hommes des êtres à notre image. Hélas, le vice qui les ronge les condamne de génération en génération à notre colère. Cependant, depuis mon retrait dans l’Olympe, j’ai pris pour habitude d’écouter les c½urs des humains en faisant réincarner sur Terre mon Aigle et mon Trait de Foudre. Ils me servaient de messagers et me permettaient de peser le pour et le contre entre les qualités et les défauts des hommes. »
Le maître des huit divinités réunies ici s’assied, comme pour conclure sur une indécision.
Préférant obtenir une autre réponse, Apollon lui suggère : « Pardonne-moi dieu des dieux. Tu sembles soucieux. Toutefois, cela fait des siècles que nous te faisons part de notre inquiétude. La gouvernance des hommes par Athéna laisse à désirer. Elle les soutient dans leur rébellion contre notre autorité. Certains en viennent même à nier notre existence. Ton Aigle et ton Trait de Foudre sont la preuve que même réincarné, un olympien peut être corrompu par la bassesse des hommes. Aujourd’hui, ils ne sont pas revenus vers toi. Ton Aigle et ton Trait de Foudre, ont bafoué leur allégeance en ton nom. »
Pensif, presque dérangé, Zeus passe sa main dans sa barbe drue.
Ses yeux prennent la direction du dernier membre de leur comité.
Cette déesse, bien silencieuse depuis le début du débat, observe les siens.
_ « Lesquels mènent le complot et lesquels en sont victimes, s’interroge-t-elle ? »
L’intimité à peine dissimulée par quelques ornements, quasiment nue, celle qui est apparue à Apodis sous une toge sombre au tissu très fin, réalise la tournure que prennent les événements. P
référant ne pas faire le jeu de ses semblables, elle s’est mue jusqu’à présent dans le silence.
Néanmoins, la voix caverneuse de leur souverain l’interpelle : « Et bien Déméter. Tous ont donné leur avis ici sauf toi. Que suggères-tu ? »
L’entité aux longs cheveux noirs de jais, préfère ne pas éveiller les soupçons et fait le jeu des conspirateurs : « Seigneur Zeus, le coliseum n’a pas été utilisé depuis des siècles. Je pense qu’il serait du meilleur effet d’y inviter votre peuple pour les divertir. La mise à mort d’un homme leur offrira un passe temps original. Quant à nous, cela nous rappellera aux bons souvenirs des guerres d’antan. »
Cette réponse satisfait Héphaïstos, Héra et Hestia qui arborent une expression suffisante. Apollon, lui, reste terne comme à son habitude. Ravi néanmoins au fond de lui que son plan se déroule comme prévu.
Voyant que Zeus ne partage pas les mêmes certitudes qu’Aphrodite, Artémis, Déméter et Hermès, le Dieu du Soleil précise : « Dieu des dieux. S’il t’en fallait plus, je me contenterai de citer la légèreté d’Hébé. Comme ma s½ur Athéna. Elle a toujours cru bon de se réincarner parmi les hommes. Les encourageant même, dans leur entreprise de destruction du temple d’Hestia sur Terre. »
Confronté à une vérité montée de toute pièce, Zeus n’a pas d’autres choix. Il fronce les sourcils et grommelle : « Qu’il en soit ainsi. Le chevalier d’Athéna sera jeté dans le coliseum. Il affrontera les Anges au service d’Aphrodite comme celle-ci l’a proposé. Il les affrontera jusqu’à ce que mort s’en suive. »


Durant ce temps, à l’intérieur d’un temple qui porte encore les traces de l’occupation athénienne de ces derniers mois, Marin recouvre ses esprits sur Yíaros.
Son premier réflexe est de caresser son visage, pour s’assurer qu’il est toujours caché.
A cet instant, la stupeur la prend, ses doigts caressent sa peau. « Mon masque, s’inquiète-t-elle aussitôt ! »
Elle bondit de la couche où elle se reposait, sans se soucier de ses plaies encore fraîches.
Heureusement, la voix chaleureuse et familière de Juventas la ramène au calme : « Ne t’en fais pas. Tu es dans le temple réservé aux prêtresses d’Hébé. Le temple des femmes, le temple d’Héra. »
Marine se saisit immédiatement du masque, que lui tend l’Alcide des Juments de Diomède : «  Merci. Je… Je ne voulais pas te sembler impolie. »

Les deux jeunes femmes sortent côte à côte.
Leurs regards dissimulés fixent une statue d’Hébé qui trônait autrefois fièrement devant ce temple et qui est maintenant couchée et brisée, après le massacre orchestré par les Athéniens.
_ « Il ne reste plus rien d’elle désormais, déclare tristement Juventas. »
La voix venue du ciel et communiquée par télépathie par ¼dipe, réagit au sous-entendu de son amie. Son apparence disgracieuse fend l’air, pour le laisser prendre place à proximité des jeunes femmes : « C’est faux. Il règne sur cette île une atmosphère bienfaisante. Comme si l’empreinte du cosmos de notre Majesté était ancrée à jamais. Et le plus important, c’est que cette île a toujours vu ses habitants vivre dans l’amour. De notre divine Hébé, il restera toujours nos c½urs aimants. »
Au loin, Juventas regarde sa fille Agape courir après d’autres enfants.
_ « Et si d’Iphiclès il me reste Agape, que me reste-t-il d’Apodis ? Et de Baucis ? Et Philémon, relance avec peine Juventas ?
_ Il nous reste l’espoir, tend Marin le Jonc que ses amis ont gagné. Ils sont parvenus à arracher cet artefact indispensable à la protection d’Athéna, pour les véritables combats à venir. Maintenant nous pouvons passer à l’étape suivante. Une fois qu’Athéna aura repris son Sanctuaire…
_ Oui, l’interrompt Juventas. Une fois qu’elle aura repris son Sanctuaire, seulement à cet instant, nous prêterons allégeance à Athéna. Maintenant, l’étape suivante, quelle qu’elle soit, sera pour moi de protéger l’île et de veiller sur le peuple.
_ Après la mort d’Iphiclès, Juventas est devenue le général des armées hébéïennes, précise avec beaucoup d’affection pour Marin ¼dipe. Sans déesse désormais, Juventas devient légitimement la régente d’Yíaros. A cet effet, je deviens son sujet. Et je préfère t’avouer que je lui donne parfaitement raison sur sa décision. La querelle interne au Sanctuaire d’Athéna nous a coûté tout ce que nous avions. »
Soutenue, Juventas, le corps noyé par les larmes qui s’échappent de sous son masque, conclut d’une tape amicale sur l’épaule de Marin : « Le premier Jonc que tu avais ramené sur Yíaros repose toujours sur le siège d’Hébé. Tu es libre de le reprendre.
_ Je comprends votre décision, baisse la tête amèrement Marin. Je poursuivrais donc, seule, mes investigations. Cependant j’aimerai, au contraire, avec votre accord, laisser ce second Jonc ici, en compagnie du premier. Je ne voudrais pas qu’ils finissent entre de mauvaises mains, si je venais à faire une sale rencontre.
_ Bien entendu. Je te laisse le soin de réunir au Parthénos les deux Joncs. Nous restons les alliés d’Athéna, même si cette quête en son nom s’arrête ici pour nous. »


En Olympe, à l’intérieur du temple du dieu du Soleil, aux pierres aussi froides que son c½ur, Apollon laisse son fidèle serviteur, le vieux Roloi, lui tenir sa cape pour faciliter son avancée.
Derrière eux, l’Ange le plus puissant de l’Olympe, Helénê, connue sous le nom terrestre de Ksénia, arbore un sourire à mesure que le petit bonhomme moustachu félicite la stratégie de leur maître : « … De plus, vous devez être ravi que ce soit sa Splendeur Aphrodite, qui propose de punir le chevalier. Alors qu’elle n’est même pas complice de votre plan, elle suit parfaitement le déroulement de celui-ci. Et sans compter Hermès, à qui il a suffit de voir la grossièreté de l’humain pour être certain de sa culpabilité. »
Arrivé devant une litière sur laquelle il choisit de s’allonger, Apollon se défait de l’assistance de Roloi d’un mouvement de bras qui signifie tout son agacement.
Les gros yeux inondés de bêtise du bougre au crâne dégarni s’écarquillent malgré tout pour exprimer un plaisir tout particulier lorsque Apollon prend la parole.
_ « Tes conseils m’ont été d’une grande utilité également, le satisfait Apollon. Il faut le dire. Avoir séparé l’Aigle et le Trait de Foudre de Zeus dès leur enfance terrienne. Il s’agissait d’une ingénieuse idée. Aujourd’hui Zeus ne peut voir que les défauts des hommes, que rapportent les Olympiens. Il ne voit plus ce qu’il prétendait être leurs qualités, lorsque ses seconds les lui rapportaient. »
Roloi s’écarte pour laisser d’autres serviteurs servir à leur maître du nectar et de l’ambroisie.
Face à l’euphorie de Roloi, Helénê s’emballe : « Maintenant qu’Hébé a été anéantie, Athéna est désormais seule sans le soutien de quiconque. C’est le moment idéal pour porter un coup fatal. »
Tout en tournant autour de la vénusté Roloi la regarde avec indélicatesse. Prêt à laisser balader quelques mains bien audacieuses sur les courbes de l’Ange, Roloi préfère atténuer son enthousiasme : « Agir ainsi serait bousculer les choses. Alors que tout se met en place progressivement, il serait dommage de tout gâcher. »
Elle corrige les mauvaises manières du vieillard sénile, en lui tapant la main.
Face à tant de décontraction, Apollon prend un ton impérial qui impose le respect à ses deux sujets et fait fuir ses esclaves : « Cessez vos imbécillités. Helénê n’a pas tort. Athéna est affaiblie. Mais Roloi a raison. Les autres dieux qui ne sont pas au fait de mon plan tombent dans le piège. Ils se font manipuler aisément. Tu as semé quelques graines sur Terre Helénê. Auprès d’Hadès. Auprès de Poséidon et d’Odin. Auprès d’Arès également. Laisse-les donc germer. Athéna sera obligée de commettre l’irréparable. Ne laissant plus d’autre choix à Zeus, que d’accepter ma réalité. »


En Grèce, les vagues viennent mourir sous les pontons du port de l’île d’Yíaros dans le calme le plus total.
Assise au bout d’un de ceux-la, Marine retire son masque pour scruter l’horizon.
Elle est perdue dans ses pensées : « Je repars de zéro à présent. L’idéal serait pour moi de récupérer mon Pendentif de Zeus. Cette vision que j’ai eu lorsque j’ai été frappée par le cosmos d’Hestia m’a délivré quelques signes. Hélas, je ne sais comment les interpréter. En plus de l’Olympe, je suis chassée par le Grand Pope. Et le seul qui n’en a cure et qui dispose des connaissances nécessaires est Mû de Jamir. Je n’ai que lui vers qui me retourner. »

13
Only for Love / Re: Chapitre 2 - Un coeur de glace
« on: 26 February 2020 à 10h30 »
NEWS

Cette version du second chapitre est une version rééditée de la publication originale du 19 avril 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

14
Only for Love / Chapitre 57 - Un avertissement pour l'Olympe
« on: 9 February 2020 à 18h39 »
Le lendemain de la catastrophe s’annonçait terrible pour Marine. Comment allait-elle rentrer sur Yíaros et surmonter le regard accusateur des hébéïens ? Non seulement l’île avait perdu deux Saints d’Athéna, Philémon et moi, qui avions adoptés Yíaros comme notre seconde patrie, mais une enfant du pays, Baucis. Et surtout, leur raison d’être, l’objet de leur culte, leur bienfaitrice, la Déesse de la Jeunesse, Hébé.
Dans l’Olympe, l’échec d’Hestia allait certainement faire grand bruit, puisqu’il représentait également un revers pour les conspirateurs du royaume céleste…



Chapitre 57 - Un avertissement pour l’Olympe

En Grèce, au Sanctuaire, dans la chambre du Pope :

3 novembre 1986.
Dans les couloirs des appartements du Grand Pope, seuls quelques gémissements ambiancent le bâtiment désertique. Ces bruits, semblables à des sanglots, proviennent du maître des lieux.
Agenouillé, le visage libéré de son masque et de son casque, Saga la mine bleuie par les larmes, marmonne : « Ainsi tu as été au bout de ta mission sur Terre… Ma chère Ambroisie… Hébé… Je t’aimais tellement. »
Il s’effondre à genoux : « Plus de doutes possibles. Je ne ressens plus ta cosmo énergie. Le mal qui m’habite voulait attenter à ta vie. Cependant, l’humanité et l’amour de notre passé commun avaient réussi à lui arracher un compromis, en te laissant prisonnière de ton île. Ainsi, tu gardais la vie sauve sans contrecarrer mes plans. Maintenant, je n’ai plus à m’en faire. Je peux libérer ton île de mon contrôle et rappeler mes hommes pour accroître mon autorité auprès de mes sujets situés dans les domaines annexés, comme ceux où se cachent les renégats qui ½uvrent pour Saori Kido. Je n’ai plus rien à craindre d’Yíaros. Malheureusement… »
D’un revers de la main, il essuie ses larmes et ramasse son heaume rouge, pendant que ses cheveux se teintent d’un blanc grisonnant : « Oui… Car hélas, ta mort ronge encore un peu plus le peu de bien qui restait dans mon c½ur… »


Dans une dimension qui surplombe la Terre, l’Olympe :

Au pied du Mont Olympe, au sommet duquel le temple de Zeus surplombe le domaine des cieux, dans un des onze palais appartenant aux autres divinités olympiennes, la tension est palpable.
Dans cette demeure en pierre aussi froide que le c½ur de sa propriétaire, cette dernière passe sa main sous son épaisse bure contre son abdomen marqué d’une légère cicatrice. Aussitôt, chaque fois que ses doigts buttent contre la bosse qui marque la réunification de sa chair, ses petits yeux plissés défient la lame qui l’a transpercé.
Celle-ci, la dague brisée d’Hébé, trône sur un banc de pierre.

Vexée, marquée au plus profond d’elle par la découverte d’un sentiment nouveau : la douleur, provoquée par un humain, Hestia tire chaque seconde un peu plus fort le voile qui couvre ses cheveux rougeoyant pour s’y camoufler. « Voici ce que les faibles appellent la douleur ? Et la sensation qui s’en suivait… Etait-ce ce que les humains considèrent comme la peur ? », se tracasse-t-elle.

Face à elle, tenue droite dans sa longue robe pourpre, Héra garde toute sa hauteur en dévisageant la Déesse du Feu Sacré. Son visage fin et ses traits très tirés expriment à chaque instant la supériorité dont elle se glorifie : « Comment cela est-il possible ?
_ Je n’arrive pas à comprendre moi-même. Tout était sous contrôle.
_ Rien qu’avant cela. Ils sont tout de même parvenus à vaincre un Ange, un de nos puissants serviteurs.
_ Mais après cela, ils étaient à ma merci… »

Une voix indélicate et bien connue des déesses, ne dégage aucune formalité malgré la révérence que son propriétaire se devrait d’avoir : « Toujours est-il que les deux Joncs d’Athéna sont libres à présents. Si la Chouette venait à récupérer son bracelet… »
Héra identifie aussitôt l’importun. Un vieil homme, habillé d’une simple toge blanche, accrochée stratégiquement par des broches en or. Il tire sur ses fines moustaches à chaque coin de ses lèvres.
_ « Roloi, le serviteur du chef d’orchestre de notre plan ! Ne t’inquiète pas vieillard sénile ! Cela n’arrivera pas. S’il n’est pas parvenu à la tuer, l’Ange à qui j’avais confié cette mission a réussi à mettre la Chouette hors d’état de nuire.
_ Tu peux donc dire à ton maître qu’il est inutile de s’inquiéter. Notre dessein est toujours aussi infaillible, rajoute Hestia. »
Le bougre, de petite taille, le crâne au sommet dégarni, ne gardant qu’autour de la tête une épaisse touffe de ses cheveux blancs coton, avance en mettant tranquillement un pas devant l’autre. Sous ses étroits sourcils, ses grands yeux ronds prennent la direction de la déesse qui le toise. Ses yeux sont inondés de bêtise :
_ « Hestia ! Comment se porte la déesse poignardée par un humain ?
_ Comment oses-tu t’adresser ainsi à une déesse de l’Olympe misérable être abject ? », s’insurge la Déesse du Mariage du ton emprunté à l’encontre de sa semblable. 
Roloi courbe immédiatement l’échine et passe ses mains sur sa tête comme pour se protéger du courroux d’Héra.
Heureusement, une voix grondante lui vient en aide : « Il n’a pas tort pourtant ! »
Un pas saccadé s’ensuit, présentant la silhouette de l’intervenant. Celui-ci, boiteux, approche l’assistance. Titanesque, au torse bardé de muscle, il expose son corps athlétique en ne le dissimulant qu’avec une toge enroulée autour de sa taille. Son menton carré est couvert d’une barbe broussailleuse qui passe sous son nez épaté. Il porte le même regard hautain que les siens.
Roloi remercie son sauveur. Il se redresse et gesticule comme un enfant à qui on vient de lever une punition : « Oh Seigneur Héphaïstos ! Quel plaisir de vous voir parmi nous ! »
Le Dieu du Feu, des Forges et des Volcans remet prestement le serviteur à sa place : « Il suffit Roloi ! Ce n’est pas parce que tu bénéficies de la protection d’un des nôtres, que tu ne dois pas te comporter comme tout bon olympien. »
Roloi cesse ses pitreries et s’agenouille illico.

Avec grandeur, le barbu poursuit : « Comme tu le dis Hestia, notre dessein est toujours aussi infaillible. Certes. Pourtant l’idéal aurait été que Pégase soit privé lui aussi à l’époque de son Jonc, afin d’éviter tout danger. »
Enfin, une dernière arrivée complète la discussion. Accompagné de la magnifique Helénê, connue sur Terre sous le nom de Ksénia, l’éminent Dieu du Soleil impose chez les siens un respect sans pareil.
Chacun incline la tête devant la grande et mince entité au regard bleu perçant et aux cheveux flamboyants.
Roloi se hâte de se prosterner à ses pieds, de l’autre côté de là où se trouve Ksénia. Entouré de ses fidèles sujets, Apollon conclut : « Hélas, inconsciemment, enfant, Athéna a réussi à protéger Pégase en l’envoyant devenir Saint au Sanctuaire. L’atteindre sans éveiller les soupçons de notre Seigneur Zeus était trop risqué. Voilà pourquoi j’ai envoyé Helénê, auprès des diverses divinités présentes sur Terre, pour affaiblir Pégase avant même que nous n’intervenions. Ainsi Odin fera involontairement la guerre à Athéna, sous la coupe de Poséidon, qui lui aussi servira à son insu nos intérêts. Enfin Hadès ne manquera pas d’affronter une fois de plus Athéna en cette ère. Avec autant d’occasions il est impossible qu’Athéna et Pégase ne soient pas poussés à la faute. Et s’il le faut, j’ai désormais Arès dans ma poche. Notre Seigneur Zeus aura alors face à lui un terrible constat d’échec. Sa fille à qui il a confié la Terre, sera devenue aussi malfaisante que les humains qu’elle affectionne. Dans ces conditions il nous permettra légitimement de prendre possession de son ancien royaume. »


A Jamir :

Au sein de la contrée himalayenne, les élèves de Mû volent peu à peu de leurs propres ailes.
Les conseils prodigués par le Saint du Bélier ne sont pas miraculeux, s’ils veulent maîtriser l’essence même du cosmos, Mei, Yulij, Médée et Nicol doivent trouver d’eux-mêmes leurs propres voies.

Le jeune couple, Mei et Yulij, y est parvenu à force de défiance l’un envers l’autre. A vouloir pousser chaque fois leurs limites pour surpasser l’autre, ils sont parvenus à s’y éveiller.
Tout en continuant à se chamailler, amoureusement, ils apprennent à le maîtriser totalement.

L’épouse de Mû rencontre plus de difficultés. Malgré la sagesse et la bienveillance inculquées par son conjoint, le Saint de bronze du Graveur doute beaucoup trop de l’avenir. Les évènements qui entourent le Sanctuaire et dont elle cause avec Mû la pousse involontairement à se poser trop de questions qui nuisent à sa totale concentration.

Une concentration dont s’arme pourtant Nicol. Le Saint d’argent de l’Autel n’a de cesse de se recentrer sur lui-même, lorsqu’il n’échange lors de débats passionnés avec Mû et qu’il n’observe pas les étoiles.
Celles-ci ont été bavardes ces derniers jours. Et il le sait : « Aujourd’hui est le jour de ma consécration. Les étoiles me l’ont dit, les signes qui entourent ma constellation sont sans équivoque. »
Une brise de plus en plus violente balaie les cheveux châtains clairs ébouriffés du jeune homme à la carrure digne d’une statue grecque.
Son visage, relativement mature pour un jeune homme de vingt-cinq ans, est paisible, détendu.
Quasi inexpressive, son attitude atteste qu’il a fait le vide dans son esprit.
Debout devant la tour de Jamir, dans laquelle ses amis prennent un léger repas, il ne pense plus à la faim. Les dialogues de ses camarades ne l’atteignent pas. Il ne fait plus qu’un avec la nature capricieuse.
La météo se gâte, le ciel s’assombrit. Le tonnerre gronde, sans que cela n’altère l’application du chevalier.
Une première goutte tombe depuis le ciel. Cet évènement, somme tout anodin en temps normal, ne passe pas ici inaperçu pour l’héritier d’Arlès.
En effet, le son de l’eau qui s’écrase sur le sol rocailleux lui parvient à l’oreille. Il résonne si fort dans sa tête qu’il lui permet de réaliser la teneur de son travail acharné. En effet, celui-ci a permis de mettre tous ses sens en alerte. Ce choc représente pour lui, le top départ de son dernier test.
A la première goutte, suivent d’autres. D’abord par dizaines, puis par centaines, et enfin par milliers.
Pourtant, tout en restant sur place, malgré une pluie désormais battante, Nicol n’est pas mouillé.

L’attitude parfois condescendante de Nicol à l’égard de Mei, a amené chez le japonais un sentiment de rivalité envers le grec.
Cela l’amène à s’intéresser en plein repas à l’étrange exercice auquel son concurrent se soumet.
Il rejoint Mû, déjà posté à une lucarne de sa tour, les bras croisés, entrain de l’épier.
_ « Incroyable. Un ½il innocent croirait que l’eau ne l’atteint pas.
_  Pourtant il est perpétuellement en mouvement afin d’éviter toutes les gouttes qui s’abattent sur lui.
_ Mû… Il bouge si vite autour du même point qu’il crée une image rémanente n’est-ce pas ?
_ Il n’y a qu’une façon de réaliser cela…
_ … c’est de se déplacer à la vitesse de la lumière. »

Dehors, le tonnerre gronde. Le vent est de plus en plus violent.
Des éclairs de plus en plus grands illuminent le ciel jusqu’alors assombrit par la grisaille.
Face à cela, Nicol reste impassible. L’image rémanente ne bouge pas d’un millimètre tandis que le grec est toujours au sec dans ses vêtements.
L’orage devient davantage menaçant et se sont désormais des trombes d’eau, poussées par des rafales violentes qui tombent à présent.
Soudain, l’image rémanente laisse apparaître que l’ancien disciple d’Arlès ouvre ses yeux.
Aussitôt, la foudre s’abat sur le sommet d’une montagne voisine. Immédiatement, l’apparence de Nicol disparaît.

Dans la tour, Mei observe le point de chute de la foudre : « Il a été suffisamment rapide pour arriver à la destination de la foudre juste avant elle. Il a pu calculer sa trajectoire alors qu’elle commençait à peine à illuminer le ciel.
_ Pour réaliser un tel exploit, il ne faut pas seulement se déplacer à la vitesse de la lumière, mais aussi ne faire qu’un avec la nature pour sentir le départ de la foudre et connaître le lieu où elle a va tomber. Même parmi nous, les Saints d’or, très peu en sont capables avec autant de précision.
_ Notre apprentissage du septième sens continue. Cependant, j’ai l’impression que pour atteindre le niveau de Nicol, il va falloir poursuivre davantage nos efforts.
_ En effet, Arlès a fait du très bon travail avec lui. S’il continue ainsi, il pourra très vite concurrencer les Saints d’or. »


Dans une dimension qui surplombe la Terre, l’Olympe :

Devant la montagne impériale sur laquelle siègent les douze dieux du royaume, après les demeures du peuple olympien et leurs innombrables prieurés, là où les chemins habituellement faits de pavés ne sont plus que des routes détériorées et désertiques couvertes de poussière, de dangereuses bourrasques soufflent sans cesse.

A l’ouest, la voie cesse devant un gouffre insondable. De celui-ci jaillissent d’incalculables colonnes sphériques. Elles pointent vers le ciel d’un bleu plus obscur que celui azuréen qui règne sur tout le reste du royaume
Personne ne s’aventure en ce lieu où sont réunis les ennemis de l’Olympe.
C’est au sommet des colonnes à la surface plate que s’impatientent les prisonniers. Il n’existe pour eux qu’une seule échappatoire. Lorsque la faim, la soif ou la peur deviennent trop insoutenables, la chute vertigineuse jusqu’au fond du gouffre offre une mort certaine, puisque ici l’abîme n’est autre qu’un passage vers l’Hyperdimension.

Au pic d’une des colonnes, seul au milieu d’autres tiges vides, un homme ne portant plus qu’un pantalon et aillant le bas des jambes revêtu par ce qui s’apparente être des morceaux d’armures, est étendu sur le dos. Son torse nu et son visage sont maculés de sang séché.
Profondément plongé dans le sommeil, quelques souvenirs du passé viennent le perturber…


Flashback
1981 - Cela faisait deux ans qu’Apodis avait été fait Saint.
Après des débuts où il se montra bien orgueilleux, les remontrances du Saint de la Lyre eurent l’effet escompté. Le Saint de bronze de l’Oiseau de Paradis était devenu un chevalier respectable.

De retour de mission d’Egypte, le maître et l’élève finissaient de rendre des comptes au Grand Pope.
Désormais Saint aguerri, une nouvelle orientation attendait Apodis. Le Grand Pope venait de le proclamer sergent. Il allait avoir la mission de créer sa cohorte et de veiller sur le secteur ouest, sous le commandement du lieutenant Misty.
Pressé de retrouver sa bien-aimée, Orphée pris congé d’Apodis.

Plusieurs choses avaient changé depuis le départ du Saint de la Lyre.
Le post de général des armées qui lui était destiné, est finalement revenu à un autre, puisqu’il avait préféré s’attacher à l’apprentissage du Saint de bronze.
Maintenant, il devenait un Saint d’argent qui pouvait couler des jours paisibles en attendant d’être rappelé par le Grand Pope pour une mission.

La première chose que fit Apodis, une fois les marches des douze palais du zodiaque descendues, ce fut de se rendre dans la maisonnette de ses parents à Honkios.
Cela faisait deux ans qu’il avait été réquisitionné dans l’armée pour combattre les arèsiens.  Depuis, sa famille restait sans nouvelles.
Son père et tout le voisinage pensaient que, comme de nombreux jeunes soldats envoyés sur le front au moment de la Guerre Sainte contre Arès, le chétif grec n’avait pas survécu. Seule sa mère refusait de se résigner.

Lorsque la porte d’entrée s’ouvrit en grand pour laisser apparaître le visage plus mûr et la taille plus athlétique de son fils, Mujakis perdit connaissance.
Apodis réceptionna sa mère dans les bras : « Tu ne rêves pas maman. Je suis de retour.
_ Oh Apodis, mon grand garçon, si tu savais depuis le temps que j’attends que tu ouvres cette porte. Ton nom n’a jamais été cité, lorsque les prêtres énuméraient l’identité des morts retrouvés lors de la bataille. Je me suis toujours refusée à te croire… »
Le bonheur et les larmes l’empêchèrent d’achever sa phrase. Apodis la serra fort contre son torse bardé de muscles : « C’est fini. Je suis de retour à présent. »

Dans ces propos, on pouvait sentir une certaine affliction. Apodis reconnaissait difficilement sa mère. Elle avait le visage creusé, fatigué. Elle était devenue rachitique, tremblante et marquée de coups.
Apodis pointait du doigt un hématome que portait sa mère : « A ce que je vois, malgré mon absence, cela n’a pas empêché mon père, Frontinus, de manifester du mécontentement. Il s’en est pris à toi de façon plus acharnée depuis. »
La malheureuse baissa la tête sans rien dire.
Le fils averti releva sa mère et brandit son poing en l’air : « N’ait crainte. Désormais je suis assez fort pour te protéger.
_ Tu ne le verras pas. Il ne repasse que très peu à la maison. Il s’est fait une nouvelle bande d’amis. Ils jouent le rôle d’usuriers pour le compte de riches commerçants qui veulent récupérer de l’argent auprès de leurs mauvais clients. Ils sont sous la coupe d’une jeune femme qui était apprentie Saint. Une certaine Geist. Frontinus ne repasse ici que lorsqu’il est trop ivre pour poursuivre ses desseins. »

Le jeune homme aux cheveux bleutés réfléchissait. Il faisait le tour de lui-même dans cette demeure d’où il ne gardait que de mauvais souvenirs. Puis, il avança jusqu’au tableau accroché sur la cheminée. Il s’agissait d’un portrait de son ancêtre, Tenma de Pégase.
Il le décrocha et l’observa quelques instants. Il pouvait distinguer au dos de la peinture qu’elle était signée par un certain « Alone ».
Après avoir détaillé avec minutie le visage de son aïeul, il glissa le tableau sous son bras et décréta : « Bien. Ramasse tes affaires. Nous partons d’ici. Je suis devenu un Saint d’Athéna… »
Dès cette annonce, les yeux de sa mère s’émerveillèrent, témoignant toute la fierté qu’elle pouvait éprouver à cet instant devant la réussite de son petit garçon devenu un homme fier : « … et j’ai été nommé sergent dans le secteur ouest du domaine sacré. Nous allons commencer une nouvelle vie. Frontinus ne nous retrouvera pas. Et si ça venait à être le cas, je le châtierai. »
En quelques minutes, la maison fut vidée. En pleine nuit, Apodis entamait une longue marche à travers le Sanctuaire en tirant une carriole sur laquelle sommeillait sa mère et reposait sa Pandora Box ainsi que quelques vêtements et quelques victuailles.
Leur maison d’Honkios, symbole de tant de malheurs, n’était bientôt plus qu’un point à l’horizon. Un point enflammé, après qu’Apodis ait choisi d’effacer toute trace de leurs vies précédentes dans cette ville.

Le lendemain matin, à peine éloignée d’Honkios, Mujakis ouvrit les yeux et bondit de la charrue que tirait son fils. Celui-ci était absent à son réveil. La seule chose qu’elle reconnaissait, c’était un champ de ruines au beau milieu duquel se dressait un petit colisée.

A l’intérieur de celui-ci, Apodis avançait sous les regards défiants des soldats qui se tenaient adossés contre les murs ou les colonnes doriques.
Certains s’échauffaient ou ficelaient leurs protections en vue d’une rude journée d’entraînement.
Une voix familière à Apodis arbitrait un combat : « Allons soldats ! Qui est encore de taille à se mesurer à Cliff ? »
Apodis reconnut aussitôt le grand Pullo. Il fut son caporal à l’époque où lui n’était que simple soldat. Tout comme son compagnon Cliff. L’italien est resté auprès de leur instructeur pendant qu’Apodis apprenait auprès d’Orphée.
Apodis s’élança d’une voix enjouée : « Moi bien sûr ! »
Devenu aveugle durant la Guerre Sainte contre Arès, Pullo ne pouvait cependant pas se tromper. Il cria de joie : « Apodis ! »
A son tour, l’italien aux boucles blondes se jeta dans les bras de son camarade : « Apodis ! Tu es de retour !
_ Lors de ma convalescence on m’a appris que tu étais parti en compagnie d’Orphée, explique Pullo. D’abord pour apprendre les bases ici au Sanctuaire, puis pour une mission d’évaluation en Egypte. Je suis heureux de te savoir revenu. Ton cosmos inspire aujourd’hui sécurité et puissance. Tu as fais beaucoup de chemin ces deux dernières années.
_ Merci Pullo. C’est aussi grâce à toi que j’ai su relever la tête durant la guerre et ainsi recevoir l’armure de bronze. Néanmoins je suis attristé de voir que tu n’as pu recouvrer la vue.
_ Ce n’est rien mon garçon, il n’y a pas que les yeux qui nous servent à voir. Ce que le c½ur peut percevoir est bien plus passionnant. Et puis privé d’un sens, j’ai été forcé d’accroître mes perceptions grâce aux autres.
_ Et toi Cliff ! Je suis ravi de te retrouver en pleine possession de tes moyens, assura Apodis tout en déposant sa main sur l’épaule de Pullo.
_ Après la bataille il a perdu beaucoup de sang, répondit Pullo pour Cliff, et il n’était pas hors de danger. Néanmoins il a puisé au fin fond de son cosmos le courage de se relever. A peine la plaie était pansée, qu’il voulait déjà porter l’épée sur les derniers fronts où le Sanctuaire menait encore la lutte.
_ Depuis je suis resté dans la garde d’Athéna et j’ai été plus d’une fois du voyage pour m’assurer de la suprématie d’Athéna sur nos territoires annexés aux quatre coins du monde, compléta l’intéressé.
_ Il a même été promu caporal !
_ En fait j’ai été promu caporal à la place de Pullo ! Le Pope lui a « accordé » une retraite forcée en lui offrant une petite parcelle de terre à cultiver. Néanmoins, je ne l’y ai jamais vu poser les pieds. Il est toujours là à réprimander mes apprentis soldats ! »
Les trois acolytes se mirent à rire.
Ils finirent de fêter leurs retrouvailles autour d’un verre, sous la tonnelle dressée pour les services du caporal Cliff.
Après quelques joyeusetés, Apodis racla sa gorge, comme pour annoncer le sérieux de ce qui allait précéder : « Je suis heureux de vous avoir retrouvé sains et saufs. Au-delà de ça, ma présence ici est également intéressée. Je suis devenu sergent pour le secteur ouest du Sanctuaire. Je dois m’établir là-bas et y constituer ma troupe pour rattacher la défense de nos frontières. J’ai immédiatement pensé à vous. »
Cliff et Pullo levèrent aussitôt leurs verres en guise d’acceptation.
Toutefois, Apodis restait ferme : « Seulement, il me faut un seul caporal. Je compte sur les notions de respect, d’ordre et de discipline qu’impose l’expérience de Pullo. Je suis donc désolé Cliff. »
Malgré une pointe de frustration dans le regard de l’italien, celui-ci trinqua une fois de plus avec ses amis : « Je continuerai à apprendre de Pullo dans ce cas. »

Accompagnés de Pullo et Cliff, Apodis et sa mère arrivèrent dans un paisible village de l’ouest bien connu par le Saint de bronze de l’Oiseau de Paradis, Paesco.
Ils trouvèrent devant la demeure d’Orphée, les Saints d’argent du Lézard et de la Lyre en pleine discussion.
Immédiatement, Pullo, Cliff et Mujakis s’inclinèrent. Apodis se courbait légèrement.
_ « Tu tombes bien Apodis, affirma Orphée en tendant le bras vers son disciple. Approche donc que je te présente à ton lieutenant. Il est également le capitaine de notre armée et dirige tous les Saints de bronze et d’argent. Misty du Lézard.
_ Voici l’élève d’Orphée ! L’élève de celui qui est notre modèle à nous tous, chevaliers d’argent et de bronze, gratifia Misty en penchant légèrement sa tête en avant. Le Saint d’or des Poissons que tu as déjà rencontré en te rendant chez le Grand Pope, m’a appris hier lors d’une de nos rencontres à quel point tu étais séduisant. J’ajouterai donc que tu apparais en plus de cela, comme quelqu’un de très mystérieux. Rares sont les jeunes Saints qui demandent à veiller sur nos murailles. En général, ils préfèrent s’attacher à la surveillance de la grande citée d’Honkios puisqu’elle respire la joie de vivre et les festivités. Ici, à l’ouest, nous sommes dans les campagnes les plus reculées du domaine sacré. Cela me fait donc plaisir d’avoir à mon service un jeune volontaire. D’habitude ce sont les anciens comme Mensa et Circinus qui postulent pour les postes frontières. Rares sont les intrus qui nous assaillent. Ici c’est un endroit paisible pour installer sa famille et ne pas avoir trop de travail. Loin des cités du centre, où il faut constamment intervenir pour régler les querelles, escorter les prêtres qui portent les malles de sacres de leurs temples jusqu’au capitole…Quoique le peuple dans les petits villages frontaliers est très uni et solidaire. Les révoltes contre la répression ne sont pas à écarter en cas de crises. Il faut donc faire preuve d’une grandeur d’âme et d’une bonté suffisante pour apprendre à gérer le peuple sous notre juridiction, mais également faire preuve d’autorité et de charisme pour mener une équipe. Sauras-tu faire preuve de toutes ces qualités ? Oui, tu le seras. Je le sens, continua Misty, sans laisser à Apodis le soin de répondre. A présent il va falloir que tu poses tes valises sur les terres que tu protèges. Comme tu peux le remarquer, ce n’est pas l’espace qui manque ici. Paesco est un village paisible, qui a beaucoup souffert de la Guerre Sainte contre les arèsiens. Prends le temps nécessaire pour te créer ton habitation en fonction de la solde que les intendants du Pope viennent de m’attribuer pour toi, lui dit-il en lui balançant une besace remplie de sacres. En général fabriquer son logement demande peu de temps à un Saint pour qui le poids des matières et la montre ne sont que rigolade en vu de ses capacités physiques. C’est pourquoi je te demande de composer par la même occasion une équipe de quinze hommes et de nommer parmi eux un caporal. Ta troupe veillera à la fois sur les murailles et les villages qui les longent, ainsi que ceux qui rejoignent le centre du domaine. Les sergents Mensa Saint de bronze de la Table et Circinus Saint de bronze du Compas te donneront plus en détail l’étendue de notre zone de surveillance. Chaque mois je vous annoncerai vos plannings de surveillance, afin que vos troupes travaillent en roulement. Lorsque vous n’êtes pas à la sécurité des villages, votre caporal doit entraîner vos soldats tandis que vous veillez en même temps au développement économique, social, agricole et militaire de votre secteur. Tu incarnes dorénavant la loi du Sanctuaire tout en étant l’assistant personnel de chaque habitant… "

Après plusieurs minutes d’explications, Misty prit congé d’Orphée et d’Apodis, laissant le maître et l’élève à l’½uvre.
_ « Alors, penses-tu te construire un logis ?
_ Oui, quelque chose de grand et lumineux pour y installer ma mère. En parallèle, je compte dresser un camp pour mes hommes. Je me ferai ma propre demeure une fois que tout le monde sera à l’abri du besoin. Pendant ce temps, je vivrai avec mes hommes. »
Une voix venue de derrière Orphée demanda à Apodis : « Pourquoi ne viendrais-tu pas te loger chez nous en attendant ? »
Malgré les deux années pendant lesquelles il ne l’avait pas vu, Apodis reconnut tout de suite la s½ur d’Eurydice qu’il appréciait tant. Netsuai.
Elle aussi avait bien grandi. Elle était resplendissante dans sa fine robe rose qui la serrait de la poitrine à la taille où un fin ruban de soie la maintenait. Son sourire rayonnait sur ce visage orné de ses beaux yeux bleus.
_ Merci beaucoup Netsuai, dit-il en lui passant la main dans ses fins cheveux bruns coiffés au carré, mais je ne voudrais pas vous importuner. Cependant, j’espère que cela ne m’empêchera pas de profiter de ta bienveillance lorsque je m’accorderai quelques instants de repos. »
Flashback


Le visage radieux et angélique de sa défunte épouse tire Apodis du profond repos dans lequel il s’est plongé d’épuisement.
La tête lui tourne terriblement et le moindre mouvement tire sur ses plaies à peine sèches.
Se tenant le crâne et grimaçant, il redresse son buste et détaille les lieux autour de lui.
« Rien. Personne. Que ces maudites colonnes. », constate-t-il.
D’un pas tremblant, il approche le précipice au fond duquel se trouve l’Hyperdimension. Il murmure : « Je ne sais pas ce qu’il y a au fond, mais je n’ai pas le choix, si je veux partir d’ici… »
Sans qu’il s’y attende, une voix féminine et impériale lui conseille : « Là-dessous c’est l’Hyperdimension. Si tu y tombes ton corps sera inexorablement désintégré. Tu ne parviendras pas à sortir de cette dimension comme tu as pu y entrer.
_ Qui est-ce, questionne-t-il en faisant le tour de lui-même, tout en en se maintenant ses côtes qui le font abominablement souffrir, qui est là ?
_ Ici il y a de nombreuses personnes. D’autres prisonniers. A des kilomètres à la ronde. Tous finiront par se jeter dans ce précipice. Mais toi, tu es un prisonnier spécial. Je sens que le sort qui t’est réservé est tout autre. »
En plissant les yeux, Apodis distingue l’apparence d’une femme quasiment nue, l’intimité à peine dissimulée par quelques ornements. Ses longs cheveux noirs de jais ressortent sur le fond quasiment blanc de l’horizon observé par Apodis.
Celle-ci lui tourne le dos et semble réussir l’exploit de marcher dans le vide avant de disparaître. Laissant Apodis plein de doutes.


A Jamir :

L’orage s’est dissipé pour laisser place à un temps plus clément.
Tous en profitent pour reprendre l’entraînement là où ils l’avaient laissé, notamment Mei, impatient à l’idée de surpasser son rival Nicol.

Ce dernier n’a pas bougé depuis qu’il a intercepté la foudre. Il s’est positionné en tailleur et médite de nouveau.
Sa perception affûtée lui permet de remarquer l’approche du maître des lieux.
_ « Seigneur Mû, dois-je comprendre en votre présence qu’il est l’heure d’une de nos fameuse conversation ?
_ Tu ne peux en vouloir à un ermite de vouloir converser avec un esprit cultivé, sourit le muvien.
_ Un ermite ? Derrière votre tour vit pourtant le reste de votre peuple. Je veux bien admettre que votre communauté soit peu nombreuse, cependant, vous ne pouvez dire que vous êtes seul.
_ Tu dis cela parce que ça ne fait pas longtemps que tu es chevalier. Tu comprendras très vite que la vie d’un Saint est faite de solitude. Nous frôlons la mort à chaque instant. Notre mission sur Terre et si fondamentale que notre existence peut cesser malgré notre jeune âge.
_ Oui, je comprends tout à fait. Je disais cela pour vous taquiner Seigneur Mû. Parfois, je trouve en vous l’attitude pessimiste de mon maître Arlès. Il faut dire qu’il était le frère de votre maître Shion. Vous avez dû hériter de leur mélancolie, rigole enfin Nicol.
_ Et pas toi ?
_ Cela se témoigne chez moi par une attitude plus austère.
_ Il faut dire que tu es bien plus mature que Mei et Yulij qui t’accompagnent.
_ C’est vrai, confesse le Saint de l’Autel. Heureusement, votre épouse m’accompagne et me permet d’évoquer certains sujets qui ne passionnent guère nos deux jeunes camarades. D’ailleurs, je m’inquiète énormément pour le devenir de Yulij. Je l’aime comme un frère peut aimer une s½ur.
_ Je comprends. La bataille que livre en interne le Sanctuaire peut s’avérer dangereuse. »
Nicol secoue la tête. Il pense à autre chose et se rapproche, sans le savoir, des visions qu’a eu Marine la veille, lorsqu’elle a touché le sceau qui retenait le Jonc prisonnier.
_ « Certes. Néanmoins, j’ai vu d’autres signes dans les étoiles. Je ne sais pas pourquoi, mais le combat que nous allons mener n’a rien à voir avec la reconquête du Sanctuaire. Quelque chose d’autre se trame. Une situation bien plus dangereuse que celles rencontrées par Athéna dans le passé. Je pense que la réponse se trouve auprès du Saint de l’Aigle. Les étoiles de cette constellation m’intriguent depuis plusieurs jours.
_ Dans ce cas si votre chemin venait à ne pas être celui de la libération du Sanctuaire, alors nos routes se sépareront. Mais j’ai foi en vous. Tout comme j’ai foi en les chevaliers que suit actuellement mon disciple Kiki. Je sais qu’ils parviendront à libérer le Sanctuaire du mal. Et si votre quête consiste à aider Athéna, alors elle n’en pourra qu’être plus utile une fois le Sanctuaire épuré du mal qui le ronge.
_ Merci Seigneur Mû.
_ Tu n’as pas à me remercier. Je reconnais dans tes propos la sagesse propre à Arlès. Tu disposes de tous les attributs nécessaire à un Saint de l’Autel qui destine ce chevalier à être le second du Pope, voire son suppléant si besoin est. »
Nicol, touché par une telle déclaration, scrute l’horizon avec fierté.


Dans une dimension qui surplombe la Terre, l’Olympe :

A l’intérieur de la demeure de la Déesse du Feu Sacré et du Foyer, les dieux conspirateurs, Apollon, Héphaïstos, Héra et Hestia, poursuivent leur bilan sous les yeux de Roloi et Helénê, les fidèles sujets d’Apollon.

_ « Tout de même, qu’un humain parvienne à blesser un dieu, cela me laisse circonspect, persiste Héra devant la mine confuse d’Hestia.
_ Plait-il ? Il ne s’agit en aucun cas d’un humain mais d’Hébé ! Cette traîtresse s’est sacrifiée pour les hommes et a affaibli Hestia, précise de suite Héphaïstos qui refuse qu’il soit porté atteinte à leur céleste statut.
_ Le coup a tout de même été porté par un humain, précise Héra, moins sûre qu’à l’accoutumée. C’est indéniable… »

Grand meneur de cette confrérie, Apollon se contente d’une de ces courtes phrases qui le rendent si charismatique et qui le caractérisent si bien.
_ « Héra à t’entendre on croirait que tu crains les hommes.
_ Absolument pas, assure-t-elle avec grandeur en bombant la poitrine. Je pare à toute éventualité. C’est tout. Il s’agit d’un guerrier d’Athéna. Il a réussi à porter un coup à l’une des nôtres. Que cela soit grâce à Hébé ou non, les faits sont là. De plus, il est parvenu à repousser Hestia jusqu’ici et à la suivre. Cela signifie que…
_ Il suffit à présent, interrompt Apollon, imposant à la Déesse du Mariage le silence. L’homme n’a jamais été rien d’autre qu’un cafard pour nous. Cela ne changera jamais.
_ Toujours est-il que la présence de cet homme en Olympe est une injure, rétorque Héphaïstos, seul semblable d’Apollon à oser lui répondre. Il est parvenu à traverser l’Hyperdimension. Notre dimension ! Et cela, indemne !
_ C’est un miracle, rajoute Hestia amère.
_ Seuls les dieux sont grands. Leurs actes sont semblables à des miracles pour les hommes. Les humains espèrent en accomplir. Car c’est tout ce qui leur permet de s’accrocher à leur misérable existence, annonce Apollon d’un sourire perfide qui témoigne de toute la confiance qu’il place en son essence divine. Traverser l’Hyperdimension n’est en rien miraculeux pour un Dieu. Ni pour un homme bénéficiant de l’assistance d’un dieu, adresse-t-il à Héphaïstos en lui balançant avec dédain la dague brisée d’Hébé après l’avoir saisit sur le banc de pierre où elle trône.
_ Alors ce guerrier est sorti indemne de l’Hyperdimension parce qu’il était protégé par la dague d’Hébé, aboutit Héphaïstos.
_ Il la tenait fermement dans ses mains jusqu’à notre arrivée en ce lieu, se souvient douloureusement Hestia. »
Héra reste néanmoins dérangée : « Toujours est-il qu’il est ici, en Olympe. Vivant. Sa présence ne peut qu’être préjudiciable à nos plans. Si le Seigneur Zeus venait à…
_ Dès son intrusion ici je l’ai fais conduire aux prisons de l’Olympe, réagit prestement Apollon. Voici des décennies que notre coliseum n’a pas accueilli de divertissement pour notre bon plaisir. Je me charge de Zeus. »



J’étais pris au piège, bien loin de m’imaginer le sinistre complot organisé par quelques olympiens.
Baigné par les souvenirs de mon passé, j’essayais de penser à autre chose, qu’à ma modeste condition dans la prison céleste.
Heureusement, la lecture des étoiles par Nicol, laissait présager que Marine ne serait pas seule pour poursuivre la lutte contre Apollon et les siens.
D’ailleurs, dans un monde ou chacun jouait un jeu, je me demandais si les conseils de cette femme mystérieuse étaient sincères. Pourquoi m’avait-elle sauvé d’un saut dans l’Hyperdimension ? Mais surtout, qui était-elle ?

15
Only for Love / Re: Chapitre 1
« on: 1er February 2020 à 19h52 »
NEWS

Cette version du premier chapitre est une version rééditée de la publication originale du 19 avril 2010.
Bonne relecture aux lecteurs les plus fidèles, et bonne découverte pour les nouveaux.

Pages: [1] 2 3 ... 8